Le Plan Scolaire Ougandais pour les Enfants Réfugiés Pourrait Devenir un Modèle Mondial

KAMPALA / KIKUBE / RWAMWANJA, Ouganda, le 21 décembre 2020 (IPS) – Wita Kasanganjo, 13 ans, est écolière à l’école primaire de Maratatu dans le camp de réfugiés de Kyangwali, du le district de Hoima en Ouganda. Mais le mois dernier, lorsque le président ougandais Yoweri Museveni a ordonné la réouverture des écoles pour la première fois depuis la fermeture à l’échelle nationale à la mi-mars, Kasanganjo ne faisait pas partie du groupe d’élèves de retour. Le gouvernement, dans une levée prudente des restrictions de verrouillage du coronavirus, a autorisé uniquement les écoliers en dernière année ou des candidats au concours d’entrée au secondaire à reprendre leurs études.

«Ne pas être en classe pendant tout ce temps n’est pas amusant. Mes amis à l’école et mes instituteurs me manquent aussi », a déclaré Kasanganjo à IPS, disant qu’elle attend avec impatience le jour où le gouvernement autorisera tous les enfants à retourner à l’école. Kasanganjo vit comme réfugiée en Ouganda depuis 2015, date à laquelle elle et sa mère ont fui le conflit armé dans la province voisine de l’Ituri, en République Démocratique du Congo.

Pendant le verrouillage du coronavirus et les fermetures d’écoles qui ont suivi, près de 15 millions de filles et de garçons, y compris des enfants vivant dans des camps de réfugiés dans ce pays d’Afrique de l’Est, ont été touchés. Et tandis que les écoliers dans leurs dernières années d’école, estimés à 1,2 million, sont rentrés le mois dernier, plus de 13 millions restent à la maison, certains n’ayant toujours pas accès au matériel didactique.

Les plus vulnérables de ces enfants sont les enfants réfugiés comme Kasanganjo. Selon l’organisation caritative internationale Save the Children, l’Ouganda accueille le plus grand nombre de réfugiés du continent.

Les chiffres donnent à réfléchir. Selon l’ONG, 57 pour cent des enfants réfugiés en Ouganda ne sont pas scolarisés, dans certains cas depuis plusieurs années. «Même pour ceux qui peuvent aller à l’école, la qualité de l’éducation est gravement compromise par un manque de salles de classe, d’enseignants et de matériel. Les classes ont en moyenne de plus de 150 enfants, avec certaines faisant comprimer quelques 250 enfants ou plus », selon Save the Children Ouganda.

Kasanganjo est l’une des plus chanceuses. Elle a été inscrite dans l’enseignement primaire en Ouganda dans le cadre du Plan d’intervention en matière d’éducation pour les réfugiés et les communautés d’accueil en Ouganda (ERP), facilité par Éducation Sans Délai.

Le plan, le premier du genre à l’échelle mondiale, a été lancé il y a deux ans par le gouvernement ougandais avec des partenaires humanitaires et de développement locaux et internationaux. «Il cible les enfants et les jeunes dans 12 districts accueillant des réfugiés en Ouganda, où plus d’un demi-million d’enfants sont actuellement hors apprentissage et non scolarisés», selon le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés.

ECW, le premier fonds mondial dédié à l’éducation dans les situations d’urgence et les crises prolongées, a donné l’impulsion pour développer l’ERP de trois ans et demi et soutient sa mise en œuvre avec une allocation de financement de démarrage de 33 millions de dollars. ECW lance un appel urgent aux donateurs nouveaux et actuels pour qu’ils se mobilisent et couvrent l’intégralité du coût prévu de 389 millions de dollars de l’ERP. À ce jour, 93 millions de dollars supplémentaires ont été mobilisés.

Alors que d’autres enfants réfugiés peuvent ne pas être scolarisés pendant le verrouillage, Kasanganjo est en mesure de continuer à apprendre de chez elle car elle a reçu du matériel de lecture distribué par les partenaires ERP travaillant dans le camp de réfugiés de Kyangwali.

Lorsque la pandémie COVID-19 a éclaté, ECW a immédiatement débloqué des fonds supplémentaires via sa première fenêtre de financement d’intervention d’urgence pour que ses partenaires mettent rapidement en place des solutions d’apprentissage à distance pertinentes et des environnements d’apprentissage sûrs et protecteurs, et de sensibiliser aux mesures barrières pour les enfants et les jeunes et leurs communautés afin de prévenir la propagation du virus.

«En temps de crise, le soutien aux opportunités d’apprentissage continu est essentiel pour aider à protéger les filles et les garçons vulnérables qui font face à des risques élevés d’abandon permanent en cas d’interruption prolongée de leurs études. Les filles sont particulièrement exposées au risque de mariage et de grossesses précoces », a déclaré Yasmine Sherif, directrice d’ECW. «Face au COVID-19, des interventions d’urgence rapides ont été essentielles pour protéger les enfants et les jeunes réfugiés et d’autres filles et garçons vulnérables et marginalisés d’un avenir incertain et pour préserver les gains des investissements pluriannuels à long terme d’ECW dans des résultats éducatifs de qualité. »

Au total, ECW a alloué 1 million de dollars de fonds d’urgence à ses partenaires de l’éducation en Ouganda. Cela comprend 475 000 dollars mis en œuvre par le HCR et 525 000 dollars mis en œuvre par Save the Children dans le cadre d’un consortium d’organisations de la société civile, notamment War Child Holland et ZOA Ouganda. Le consortium a distribué 38 000 kits d’apprentissage à domicile et plus de 900 radios à énergie solaire qui ont été donnés à certains des ménages les plus pauvres pour garantir que les enfants des communautés d’accueil de réfugiés puissent suivre les leçons à la radio. Le financement a également permis de donner des cours à travers des stations de radio locales.

«J’ai lu tout le matériel de lecture et répondu à toutes les questions. Parfois, j’ai des difficultés parce que je ne peux pas préparer de réponses, mais ma mère me permet de rendre visite à certains de mes amis dans la communauté afin que nous puissions faire le travail ensemble. Cela a vraiment fonctionné pour moi », déclare Kasanganjo.

Geatano Apamaku, directeur de radio à Radio Pacis dans la région du Nil occidental en Ouganda – qui se trouve le long de la frontière avec la République Démocratique du Congo, où se trouve la plus grande concentration de réfugiés en Ouganda, au nombre de 750000, estime que les cours par radio sont plus efficaces que la distribution de matériel d’études et faire apprendre aux élèves par eux-mêmes.

«Des enfants ont appelé pour poser des questions aux enseignants. Je pense que c’était plus efficace parce que la plupart des parents réfugiés sont analphabètes. Ainsi, ils ne pouvaient pas aider leurs enfants à apprendre », explique Apamaku à IPS.

Dugale Severy, un enseignant et réfugié du Soudan du Sud qui vit et enseigne dans le camp de réfugiés de Nyumanzi dans le district d’Adjumani, dit à IPS que sans programmes d’éducation pour les enfants réfugiés, beaucoup ne seraient jamais entrés dans une salle de classe après avoir fui leur pays. Et malgré le verrouillage du COVID-19, il dit que les enfants réfugiés sud-soudanais reçoivent une bonne éducation.

«Parce que vous ne pouvez pas apprendre lorsque vous entendez des coups de feu. Tout comme vous ne pouvez pas enseigner à votre meilleur lorsque vous entendez des bombes. Je prie pour que ce type d’éducation soit étendu à d’autres enfants réfugiés du monde entier », explique Dugale.

Le Commissaire national ougandais pour l’éducation de base et primaire, le Dr Cleophus Mugenyi, a déclaré à IPS que sans le financement de l’ECW, les enfants des camps de réfugiés n’auraient pas pu poursuivre leurs études.

«Ce serait horrible. Les enfants se verraient refuser le droit à l’éducation, et vous savez que l’éducation est un droit humain fondamental pour tous et qu’il est important que chacun profite au maximum de sa vie. Ainsi, les enfants des camps de réfugiés méritent aussi une éducation », déclare Mugenyi.

Selon Mugenyi, le financement de l’ECW a profité aux réfugiés et à leurs communautés d’accueil pour améliorer les installations d’apprentissage, construire des salles de classe et des latrines à fosse, et former des enseignants, entre autres.

En fait, l’ECW rapporte que le taux brut de scolarisation des enfants réfugiés dans le primaire est passé de 53% en 2017 à 75% en 2019, suite au soutien du Fonds à l’ERP.

Malgré ces progrès, il en faut davantage car les réfugiés sont confrontés à des situations précaires.

«Notre appel aux partenaires est de continuer à mobiliser des ressources pour ce type d’éducation car, du point de vue de l’Ouganda, nous avons démontré que le Plan d’action en faveur de l’éducation pour les réfugiés et les communautés d’accueil en Ouganda peut aider les enfants à accéder à l’éducation», déclare Mugenyi.

Mais l’Ouganda a fait plus pour les réfugiés que la plupart des pays en leur accordant l’accès à la terre et aux services, la liberté de mouvement et le droit au travail. Selon Save the Children, le gouvernement ougandais a fait preuve de «leadership mondial dans la politique des réfugiés et la façon dont nous répondons aux crises de réfugiés».

Selon l’ONG, ce qui se passe en Ouganda déterminera un cadre international pour la crise des réfugiés.

«L’Ouganda et l’ERP constituent un test de la volonté de la communauté internationale de soutenir ses engagements par des actions pratiques et de garantir que la responsabilité de répondre à la crise des réfugiés est partagée équitablement», déclare Save the Children.

L’ECW appelle les donateurs publics et privés à mobiliser d’urgence 400 millions de dollars dans le monde. Avec ces ressources, ECW continuera à financer le soutien à l’éducation d’urgence pendant la pandémie COVID-19 et dans d’autres crises soudaines, et contribuera à l’élaboration et à la mise en œuvre de plans d’intervention pluriannuels pour les réfugiés et autres enfants et jeunes dans un total de 25 crises prolongées à travers le monde.

Pendant ce temps, Gladys Nayema, tout comme Kasanganjo, est l’une des nombreuses filles qui continueront leur apprentissage à la maison. «Certains de nos collègues étaient heureux lorsque les écoles ont été fermées. Ils pensaient que c’était un début de vacances. Je ne l’étais pas. J’ai continué à apprendre de ces matériaux de Save the Children et du gouvernement. J’exhorte les autres garçons et filles à les lire car ils sont utiles », dit-elle à IPS.

Wambi Michael