DAKAR, 8 sept 2018 (IPS) – El Adama Diallo a quitté son domicile au Sénégal le 28 octobre 2016 avec le rêve d’atteindre le cœur de l’Europe et une volonté de fer qui l’a amené à emprunter une voie alternative, dangereuse, malgré l’absence de papiers migratoires réguliers.

Son voyage l’a conduit de l’Afrique de l’Ouest – à travers le Mali puis à Agadez au Niger et à travers le désert du Sahara – à une ville oasis du sud en Libye.

C’était une route peuplée de trafiquants d’êtres humains lourdement armés, de bandits et de corps de migrants encore vivants, émaciés et faibles à cause du manque d’eau et de nourriture, qui avaient été abandonnés sous le soleil brûlant d’Afrique du Nord.

Diallo y a survécu. À peine.

“Toutes les routes menant à Agadez, et finalement à la Libye et à l’Italie sont dangereuses”, a-t-il déclaré à IPS en marge d’une émission en direct sur Radio Afia Fm lundi 3 septembre, dans la capitale sénégalaise Dakar.

Pour moi, le rêve d’atteindre l’Europe de façon irrégulière est terminé, et j’invite tous ceux qui envisagent une migration irrégulière à l’arrêter maintenant, a déclaré Diallo, âgé de 32 ans.

Diallo a beaucoup à dire sur son expérience. Il a finalement pu rentrer au Sénégal le 5 décembre 2017 avec l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), qui travaille en coordination avec l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés et le gouvernement libyen pour aider les migrants qui veulent rentrer chez eux.

Il veut maintenant raconter aux autres son expérience. Diallo est devenu bénévole dans une campagne de sensibilisation novatrice de l’OIM intitulée Migrants comme messagers (Migrants as Messengers, MaM en anglais). Migrants as Messengers (MaM)

MaM est une campagne de messagerie pair à pair qui forme les migrants qui rentrent au pays à partager leurs histoires sur les dangers, les traumatismes et les abus dont ils ont été victimes lors de tentatives de migration irrégulière. Les histoires sont des témoignages sincères et émouvants.

C’est l’histoire de Diallo.

Conditions de détention inhumaines

Diallo est arrivé à Sabha, dans le sud-ouest de la Libye et a découvert que “presque toute l’Afrique était là; Maliens, Gambiens, Ivoiriens, Nigérians et autres. De là, il espérait aller à Tripoli pour prendre un bateau en direction de l’Italie. Mais il a été immédiatement enlevé par des bandes se faisant passer pour des trafiquants d’êtres humains.

«Ils ont exigé une rançon d’ [environ 800 dollars] pour me libérer, qui a été payée une semaine plus tard par ma famille au Sénégal», a-t-il déclaré.

Le fait d’avoir été pris en otage par des trafiquants d’êtres humains lui a montré que la race ou la nationalité ne signifiait pas solidarité lorsqu’il s’agissait de réaliser des bénéfices.

“Il n’y a pas matière à rire ici. Les noirs trahissent leurs propres frères et les vendent aux Arabes. Ce sont eux qui négocient la rançon pour le compte de leurs patrons arabes”, dit-il.

Mais après sa libération, il a passé environ 10 mois en Libye, attendant toujours de voyager en Italie. Il a finalement été arrêté par les forces de sécurité et détenu, avec des milliers d’autres, dans un centre de détention à Tripoli dans des conditions tellement inhumaines qu’il a fini par le savoir : tout ce qu’il voulait, c’était rentrer chez lui.

Il est resté deux mois dans des cellules tellement surpeuplées que “nous étions entassés comme des sardines”.

“Certaines personnes dormaient debout et d’autres passaient la nuit dans des toilettes puantes, et nous ne mangions qu’une fois par jour. C’était terrible”, a expliqué Diallo.

Il l’a supporté jusqu’à ce qu’il ait eu l’occasion de rentrer chez lui avec l’OIM.

 

Expliquer les dangers aux autres

Mamoudou Keita, journaliste à Radio Afia, a déclaré à IPS que les stations de radio communautaires étaient la bonne plateforme pour débattre de cette question.

“La radio communautaire est proche des personnes sur le terrain. Je pense que c’est une bonne stratégie de communication. Cependant, il ne doit pas être limité aux médias. Il faut descendre dans les rues, les mosquées et les églises pour que le message soit compris partout”, a déclaré Keita.

“En outre, les marchés sont également des endroits propices pour faire passer le message, car certaines mères financent les voyages [irréguliers] de leurs enfants en Europe. Il faut leur dire que c’est moralement répréhensible et dangereux.”

El Hadji Saidou Nourou Dia, porte-parole de l’OIM au Sénégal, a déclaré à IPS que son agence travaillait avec 30 stations de radio communautaires affiliées à l’Association des Radio Associatives et Communautaires du Sénégal (URAC) ou aux stations de radio communautaires du Sénégal. Les stations sont basées à Dakar, Tambacounda, Kolda et Seidhou, les régions les plus touchées par la migration irrégulière.

Il a déclaré que les stations étaient détenues et gérées par des personnes qui étaient des leaders dans leurs communautés respectives et que les gens écoutaient et tenaient compte de leurs conseils.

“Notre partenariat, qui devrait s’achever en décembre 2018, consiste notamment à renforcer les capacités des journalistes de la radio en leur expliquant comment traiter au mieux les informations liées aux migrations”, a-t-il déclaré.

“Quand un migrant parle de sa propre expérience, les choses qu’il a traversées ont certainement le pouvoir de pousser les candidats à l’immigration irrégulière à réfléchir à deux fois avant de suivre cette voie”, a déclaré Dia.

Les programmes de migration de la radio communautaire comprennent:

  • Amener les migrants de retour à parler et à débattre de leurs expériences de voyage ratées en Afrique du Nord,
  • Inviter des spécialistes à discuter des défis de la migration,
  • Éduquer les communautés à travers des feuilletons radiophoniques, inspirés de caricatures internationales et adaptés au Sénégal.

Il est possible de réussir chez eux

Une émission de radio similaire à celle de Diallo de cette semaine a également été diffusée la semaine dernière à Pikine, à l’est de Dakar, sur Radio Oxy Jeunes Fm.

Le chanteur hip-hop Matar Khoudia Ndiaye, alias Big Makhou Djolof, est lui-même un migrant de retour.

“Il est toujours possible de récolter le succès en restant chez soi”, a déclaré le grand artiste, qui a un single intitulé “Arrêtez l’immigration irrégulière ʺ.

“J’ai vu de mes propres yeux des personnes mourant dans le désert du Sahara et des femmes impliquées dans la prostitution pour survivre lorsqu’elles manquaient d’argent. En outre, les trafiquants d’hommes violent les mêmes femmes qu’ils sont censés aider à atteindre l’Europe”, a-t-il déclaré lors d’une émission chargée d’émotions animée par le journaliste de radio Oxy Jeunes, Codou Loum.

Fondée en 1989, la station de radio Oxy Jeunes est considérée comme l’un des plus anciens radiodiffuseurs communautaires d’Afrique de l’Ouest et compte environ 70 pour cent d’auditeurs

Ndiaye a passé deux mois en Libye en 2016 et a déboursé environ 1.400 dollars à des trafiquants d’êtres humains pour l’aider à s’enfuir en Italie.

Mais il n’y est jamais arrivé.

A la question de savoir s’il savait que les parents finançaient les voyages de leurs enfants en Afrique du Nord et finalement en Europe, il a répondu: “Arrêtez d’exercer des pressions sur vos enfants pour qu’ils deviennent rapidement riches pour aider la famille.

“Payer pour leur voyage irrégulier en Europe n’est pas une bonne chose à faire car si ces enfants sont tués, ce sera une grande perte pour vous.”

Les gouvernements africains doivent faire plus pour leurs jeunes

Ramatoulaye Diene, militante de la migration légale et personnalité de la radio, qui était également présente avec Ndiaye, a déclaré que la migration était le droit de tous. Cependant, a-t-elle souligné, il faut le faire de manière formelle et légale pour éviter que des personnes ne tombent dans des pièges imprévisibles.

Diene, tout en faisant écho aux sentiments du rappeur selon lesquels il était encore possible de réussir en Afrique, a appelé les gouvernements africains à créer un environnement favorable aux jeunes qui persuaderait les jeunes Africains de ne pas se lancer dans de tels voyages dangereux.

“Je pense que les gouvernements africains ont échoué dans leur devoir d’aider les jeunes à s’épanouir et à améliorer leur vie ici, chez eux. Ils doivent soutenir les jeunes par le biais de programmes adéquats d’emploi des jeunes et de politiques de migration légales.”

Diallo a fait écho aux mêmes sentiments lorsqu’il a parlé des raisons de la migration irrégulière.

  •  Avec la collaboration de Nalisha Adams à la rédaction.