MBABANE, le 13 juil.2020 (IPS) – Lorsque Fatima * est tombée enceinte au milieu de l’année scolaire et a abandonné, elle a été reniée par ses parents. La sienne est une histoire qui aurait pu se terminer comme une autre statistique des taux d’abandon chez les apprenantes au Sénégal.

Mais Fatoumata Fall, membre du Réseau Siggil Jiguen, une ONG qui promeut et protège les droits des femmes au Sénégal, a eu vent de l’histoire de Fatima par des agents de santé du poste de santé de Keur Massar. Elle a demandé l’aide des autorités municipales.

Moustapha Mbengue, maire de la municipalité de Keur Massar, a offert un soutien moral et financier à Fatima, lui permettant de recevoir des soins prénatals. Et les efforts combinés de Fall et Mbengue ont également convaincu les parents de Fatima d’accueillir leur fille à la maison. Mbengue s’est également engagée à aider Fatima à poursuivre ses études après l’accouchement.

Ce fut une fin heureuse pour Fatima.

Bien que de nombreuses autres filles de la nation ouest-africaine soient confrontées à des réalités différentes.

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO), bien que la parité entre les sexes ait été atteinte en faveur des filles dans l’enseignement primaire, où pour 100 garçons inscrits, il y a environ 104 filles, le taux d’abandon au secondaire parmi les filles apprenantes est élevé.

«Le décrochage scolaire est très courant non seulement lors de la transition du primaire au secondaire mais aussi au sein de l’enseignement secondaire», a observé l’UNESCO dans sa fiche d’information 2011/12 du Partenariat mondial pour l’éducation des filles et des femmes.

Parallèlement aux défis économiques, l’UNESCO évoque les grossesses précoces et les mariages précoces parmi les raisons pour lesquelles les filles ne restent pas à l’école et ne terminent pas leurs études.

Fatou Gueye Seck, de la Coalition des organisations de l’énergie pour la défense de l’éducation publique (COSYDEP Sénégal), a déclaré à IPS que la Revue Multidimensionnelle de 2016 attribue l’accès limité à l’éducation des femmes et des filles au mariage précoce, entre autres raisons.

Citant un rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) de 2017, Seck a déclaré que 25% des filles âgées de 15 à 19 ans étaient mariées en 2014, contre 4,6% des garçons du même groupe d’âge.

• Selon le rapport du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), «Contre ma volonté: état de la population mondiale 2020», le taux de natalité des adolescentes de 15 à 19 ans est de 78 pour 1 000 naissances.

“Au Sénégal, l’indice de genre est toujours contre les filles”, a déclaré Seck à IPS.

En conséquence, a affirmé Seck, l’ampleur de l’analphabétisme, en particulier chez les femmes des zones rurales du Sénégal, est également symptomatique du mauvais accès à l’éducation. Selon l’UNESCO, le taux d’alphabétisation du Sénégal pour la population âgée de 15 ans et plus est de 64,81% pour les hommes et de 39,8% pour les femmes.

«Ce phénomène reste très récurrent chez les femmes des zones rurales où seulement 25,9% d’entre elles sont alphabétisées», a déclaré Seck.

Seck a affirmé qu’une analyse régionale du phénomène réalisée en 2014 montre que les régions de Ziguinchor (62,3%) et Dakar (61,9%) ont les meilleurs taux d’alphabétisation. En revanche, les régions de Matam (24,9%), Tambacounda (26,6%), Diourbel (29,8%) et Kolda (33,1%) se distinguent par les taux les plus bas.

Citant un rapport de l’OCDE, Seck a déclaré que depuis 2016 les inscriptions dans les centres d’alphabétisation fonctionnelle, qui donnent aux décrocheurs une deuxième chance d’apprendre, ont diminué de plus de la moitié. Le nombre d’apprenants – dont 92,5% de femmes – est passé de 34 373 à 15 435.

L’OCDE attribue cette sous-performance à l’insuffisance du financement global alloué au Ministère National de l’Éducation, de l’éducation de base de la Jeunesse Analphabète et des Adultes, qui est inférieur à 1% des dépenses publiques consacrées à l’éducation nationale.

«À cet égard, la conférence de Bamako de 2007 [Conférence Régionale Africaine de Soutien à l’Alphabétisation dans le monde] sur le financement de l’éducation non formelle a recommandé aux États d’augmenter ce ratio à 3%», a déclaré Seck.

Seck est également la présidente du thème de l’éducation au sein de la campagne Deliver for Good Senegal, une plate-forme de plaidoyer et de communication fondée sur des preuves qui promeut la santé, les droits et le bien-être des filles et des femmes.

Propulsée par Women Deliver et divers partenaires, une partie des activités de la campagne vise à aider le pays à atteindre l’Objectif 4 des Objectifs de Développement Durable – l’accès à une éducation de qualité pour tous. La campagne demande l’augmentation du financement de l’éducation en santé génésique en milieu scolaire afin de maintenir les jeunes à l’école.

Selon Seck, depuis le lancement de la campagne Deliver for Good, les autorités des municipalités ciblées ont réussi à résoudre les problèmes liés à l’éducation et à la santé sexuelle et génésique.

«À titre d’exemple, [Mbengue] a été proclamé « Maire Champion de l’Education » par ses pairs. En fait, le maire s’est engagé à augmenter le budget alloué à la santé génésique des adolescents et des jeunes et s’est déclaré porte-parole de cette cause auprès de ses collègues députés de l’Assemblée nationale », a-t-elle déclaré.

Seck a souligné le rôle important des femmes dans la famille et dans la société, en général, ajoutant que plus elle est instruite, plus sa place est cruciale dans le développement économique et social de la communauté. Elle a déclaré qu’une société dans laquelle le pourcentage de femmes instruites est élevé dispose de plus de possibilités d’accéder aux connaissances, aux ressources économiques, sanitaires et culturelles qu’une société composée principalement de femmes analphabètes.

«Au sein de la famille, le rôle de la mère dans la réussite scolaire des enfants dans la famille a fait l’objet de nombreuses études, qui ont montré que les enfants dont la mère a un certain niveau d’instruction sont plus susceptibles de réussir leurs études que ceux dont la mère est analphabète », a-t-elle dit.

Elle a déclaré que le programme décennal d’éducation et de formation du Sénégal, qui a mis en place une stratégie et des ressources importantes pour atteindre la parité dans les délais de l’objectif de l’éducation pour tous, commence à porter ses fruits.

“Les indicateurs ont commencé à évoluer en faveur des filles même si les gains doivent être maintenus compte tenu des cas de grossesses précoces qui constituent un réel obstacle au développement des filles”, a expliqué Seck.