DHAKA, le 17 octobre 2019 (IPS) – Après le décès de son père, il y a deux ans, le fardeau de s’occuper d’une famille de six personnes reposait sur les épaules de Farhad Hossain, alors âgé de 19 ans. Il n’avait aucune idée de la façon dont il entretiendrait sa famille et financerait l’éducation de ses quatre frères et sœurs plus jeunes.

Capitalisant sur le sort de Hossain, un voisin lui a offert un «travail prometteur» à l’étranger en Irak.

Hossain, un résident du district de Kishoreganj, au Bangladesh, a estimé que son voyage à l’étranger était le seul moyen pour lui de gagner suffisamment d’argent pour avancer dans la vie. Il vendit donc un terrain et donna 300 000 Taka ($3 750) à son voisin.

«Quelques jours plus tard, avec 14 Bangladais, j’ai été emmenés par avion en Irak. Et lorsque nous sommes arrivés à l’aéroport de Bagdad, deux Bangladais nous ont reçus et nous ont emmenés dans une tanière dans le désert », a déclaré Hossain à IPS par téléphone en provenance d’Irak.

Le lendemain, a-t-il ajouté, un groupe de trafiquants d’êtres humains, dont des Bangladais et des ressortissants irakiens, les a détenus dans une maison et ont commencé à les frapper, cherchant une rançon. «Nous avons été obligés d’appeler par téléphone les membres de notre famille pour leur donner l’argent de la rançon, sinon ils nous tueraient», a déclaré Hossain.

«Mais la situation [financière] de ma famille n’était pas aussi bonne [et ils ne pouvaient pas se permettre] de payer l’argent exigé par les trafiquants. Ils ne nous ont pas donné à manger et même à boire régulièrement. Ils nous ont battus trois fois par jour. J’ai subi une telle torture pendant six mois. Et quand ma mère a envoyé aux trafiquants une autre somme de 200 000 Taka (2 500 dollars), ils m’ont relâchée. Mais beaucoup sont restés détenus là-bas », a-t-il déclaré.

À sa libération, Hossain a pu trouver du travail dans une station-service près de Bagdad. Il gagne maintenant 25 000 Taka, soit 315 dollars par mois, et envoie une partie de cet argent à sa famille.

Zahid, qui travaille comme palefrenier à Dhaka, a une histoire similaire de trafic. L’année dernière, un membre de sa famille l’a convaincu de se rendre en Malaisie, où on lui avait promis un emploi et où il n’avait pas à débourser beaucoup pour émigrer. Ainsi, Zahid, un résident du district de Gopalganj à Dhaka, a versé 50 000 Taka (environ 625 dollars) à son parent, afin de pouvoir quitter le pays par des moyens irréguliers.

Zahid et une centaine de personnes, principalement des jeunes, ont embarqué à Cox’s Bazar, où se trouve le camp de réfugiés Rohingya au Bangladesh. Ils devaient faire un voyage périlleux en bateau en Indonésie puis en Malaisie.

Après quelques jours, ils ont atteint les côtes de l’Indonésie. Zahid a déclaré à IPS qu’au lieu de continuer sa route en Malaisie, ils avaient été kidnappés et emmenés dans une jungle où les trafiquants avaient demandé une rançon, menaçant de les tuer si leurs familles ne payaient pas. Ils étaient souvent battus par des trafiquants, a déclaré Zahid.

Plus d’un mois s’était écoulé avant que les forces de l’ordre locales les secourent et les déportent au Bangladesh.

«Le mal est déjà fait. Mon mari est rentré à la maison. C’est la raison pour laquelle nous ne souhaitons plus parler de la question », a déclaré la femme de Zahid à IPS, souhaitant ne pas être identifiée, car ils ont tous les deux peur.

    • En 2018, environ 8,9 millions de Bangladais ont migré à l’intérieur du pays et environ 730 000 ont quitté le pays par des voies régulières pour aller travailler à l’étranger – 12 millions de Bangladais travaillent actuellement à l’étranger.
    • Cependant, selon le Rapport 2019 sur la traite des personnes du Département d’État américain, des nombres inconnus migrent chaque année par des voies irrégulières, risquant ainsi l’abus et l’exploitation des passeurs et des trafiquants.
    • Cependant, des données officielles montrent que sur une période de cinq ans allant de 2013 à 2018, plus de 8 000 Bangladais, dont des femmes et des enfants, ont été victimes de la traite des êtres humains – un crime qui expose les travailleurs migrants à la violence physique et mentale, au harcèlement, travail forcé, mariages forcés et illégaux, exploitation sexuelle, commerce illégal et, dans certains cas, à la mort.

«En raison des problèmes de chômage et de l’inégalité économique existant dans le pays, une personne victime de la traite ne prend pas beaucoup de temps pour calculer ses gains financiers futurs et avant d’accepter l’offre des trafiquants. Les victimes sont soit enlevées, soit attirées par la promesse d’une vie meilleure en offrant un travail lucratif ou des offres en mariage et de fausses propositions de visiter des lieux saints. Il est essentiel que toutes les parties prenantes travaillent ensemble pour lutter contre la traite des êtres humains », a déclaré Sharon Dimanche, chef de mission adjointe de l’Organisation internationale pour les migrations au Bangladesh, dans un communiqué récent.

    • Selon le rapport 2019 du département américain sur la traite des personnes, le Bangladesh figure sur la Liste de surveillance de Niveau 2 pour la troisième année consécutive.
    • Un classement de Niveau 2 signifie que le pays n’a pas respecté les normes de la loi américaine sur la protection de la traite des personnes (TVPA) de 2000, mais a déployé des efforts considérables pour le faire.
    • Pour figurer sur la Liste de surveillance de Niveau 2, le classement est similaire à celui de Niveau 2, mais le nombre de victimes de la traite des êtres humains est considérablement élevé ou en augmentation constante dans ce pays.

La traite des êtres humains est illégale au Bangladesh.

La loi de 2012 sur la prévention et la répression de la traite des êtres humains criminalise la traite à des fins sexuelles et la traite pour le travail, en prévoyant des peines de cinq ans à l’emprisonnement à perpétuité et une amende d’au moins 50 000 Takas (610 dollars).

Mais Shariful Islam Hasan, responsable du programme de migration du BRAC, a déclaré à IPS: “Les accusés ne sont pas punis dans la plupart des affaires de traite.”

Les chiffres le confirment. Selon la cellule de lutte contre la traite de personnes de la police du Bangladesh, seules quelque 4 446 affaires de traite ont été déposées en vertu de la loi depuis 2012. Sur environ 4 758 arrestations, 29 seulement ont été condamnées.

«La traite est un crime transnational. Les lois existantes sont suffisamment bonnes pour empêcher le trafic. Mais nous devons appliquer les lois strictement pour mettre les trafiquants en détention. Et la sensibilisation est la question clé sur laquelle nous devons accorder une attention particulière », a déclaré lors d’une cérémonie récente à la journée mondiale de la lutte contre la traite des êtres humains, Nakib Muhammad Nasrullah, professeur de droit à l’Université de Dhaka.

Toutefois, des responsables ont déclaré que le gouvernement du Bangladesh avait pris diverses initiatives pour lutter contre la traite, telles que la formulation de politiques, le renforcement des groupes de travail et la création de divers comités tels que:

    • Comité national de coordination GO-ONG pour la lutte contre la traite des êtres humains,
    • Comité de suivi du Plan d’action national de lutte contre la traite des êtres humains 2018-2022,
    • le groupe de travail sur le sauvetage, la récupération, le rapatriement et l’intégration (RRRI), et
    • Groupe de travail sur la vigilance et comités de lutte contre la traite des êtres humains au niveau de district, de sous-district et de syndicat.

Récemment, les organismes des Nations Unies au Bangladesh ont mis en place un réseau national sur les migrations pour assurer un appui coordonné des Nations Unies à l’ensemble du pays au gouvernement du Bangladesh dans la mise en œuvre du Pacte mondial sur les migrations et d’autres politiques pertinentes.

«Les gens veulent désespérément partir à l’étranger à la recherche d’un emploi. C’est pourquoi, parfois, ils se rendent à l’étranger par des voies illégales et sont victimes de la traite des êtres humains. Mais les organismes chargés de l’application de la loi ici travaillent sincèrement à la prévention des incidents de traite », a déclaré à IPS, Alamgir Hossain, surintendant de police supplémentaire et porte-parole du bataillon de police armée.

—————————————–

Cet article fait partie d’une série de reportages venant du monde entier sur la traite des êtres humains. La couverture par IPS est prise en charge par le groupe Riana.

Le Réseau mondial de développement durable (GSN) poursuit l’objectif de développement durable n° 8 des Nations Unies, en insistant tout particulièrement sur l’objectif 8.7, qui “prend des mesures immédiates et efficaces pour éliminer le travail forcé, mettre fin à l’esclavage moderne et à la traite des êtres humains, et assurer l’interdiction et l’élimination des pires formes de travail des enfants, y compris le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats, et, d’ici à 2025, mettre fin au travail des enfants sous toutes ses formes ».

Les origines du GSN découlent des efforts de la Déclaration commune des dirigeants religieux, signée le 2 décembre 2014. Des chefs religieux de différentes confessions se sont réunis pour œuvrer ensemble «en vue de défendre la dignité et la liberté de l’être humain contre les formes extrêmes de la mondialisation de l’indifférence, telle l’exploitation, le travail forcé, la prostitution, la traite des êtres humains », etc.