SRINAGAR, le 11 octobre 2019 (IPS) – Haseena Akhtar n’avait que 13 ans lorsqu’un agent a annoncé à ses parents qu’ils pouvaient gagner beaucoup d’argent en la laissant épouser un homme cachemiri. L’homme était cependant trois fois plus âgé qu’Akhtar, a déclaré l’agent.

Les parents d’Akhtar, qui vivaient dans la région du Bengale occidental (un État de l’est de l’Inde), frappée par la pauvreté, avaient deux autres filles et, selon la tradition, ils auraient dû supporter le coût de leur mariage. Alors ils ont laissé leur fille de 13 ans aller avec l’agent.

Akhtar, qui a maintenant 20 ans, a atterri au Cachemire, une région sans littoral du nord de l’Inde, aux prises avec la violence et les conflits au cours des 30 dernières années.

L’agent l’a emmenée dans une vieille partie de la ville, à Srinagar, la capitale de la région, et elle a été mariée à un cachemiri d’âge moyen handicapé.

«Ce n’était pas un mariage en termes quelconques. C’était une pure vente. J’ai été vendue à un homme qui n’était pas en mesure de trouver sa mariée au Cachemire parce que sa jambe droite avait été amputée après avoir été blessé dans l’explosion d’une bombe quelques années auparavant », a déclaré Akhtar à IPS.

Trop de filles et pas de garçon

Un an après le mariage, elle a donné naissance à une fille.

Trois autres filles plus tard, et le fort désir de son époux et de sa belle-famille d’avoir un fils et un petit-fils ne se réalisa pas.

À l’âge de 18 ans, Akhtar était mère de quatre filles et les relations avec son mari et ses beaux-parents s’étaient détériorées.

«Je n’étais rien moins qu’une esclave sexuelle pour mon mari qui voulait que je donne naissance à un garçon. Quand cela n’est pas arrivé, j’ai été ridiculisée, puis battue puis traînée hors de la maison avec mes filles », a déclaré Akhtar.

L’un des voisins lui a trouvé un abri et est intervenu pour parler à son mari et à sa famille. Une organisation de bénévoles lui a également apporté de l’aide et l’a assistée à trouver du travail comme agent d’entretien dans une entreprise privée, gagnant 100 dollars par mois.

Lorsque les efforts pour remédier à la situation avec sa belle-famille ont échoué, le mari d’Akhtar lui a versé 550 $ et l’a divorcée.

Avec un maigre revenu et quatre filles à soutenir, le chemin à parcourir pour Akhtar semble semé d’obstacles.

«Je ne sais pas ce que je vais faire et où je vais aller. Je me demande parfois pourquoi être pauvre vous rend vulnérable à toutes sortes d’exploitation », a-t-elle déclaré.

C’est tellement ordinaire, c’est socialement acceptable

L’histoire d’Akhtar n’est pas unique ici.

Au Cachemire, il y a des milliers de jeunes femmes comme elle, vendues à l’adolescence par leurs parents à des hommes plus âgés, qui vivent maintenant dans des conditions de restriction que beaucoup assimilent à l’emprisonnement.

Infesté par la violence et le militantisme islamiste, le Cachemire devient un refuge pour les trafiquants d’êtres humains.

Une insurrection de trois décennies visant à libérer la région de la domination indienne et aux efforts indiens pour la réprimer a fait au moins 100 000 victimes, y compris celles de civils, de militants et de membres des forces de sécurité.

Selon les archives officielles, les tensions à la frontière et l’insurrection ont tué en moyenne 1 500 personnes par an au cours des 30 dernières années. Ici, beaucoup d’anciens militants, de victimes de la torture et de personnes qui restent psychologiquement affectées par le conflit ne se sont pas mariés à l’âge traditionnellement favorable au mariage, entre 25 et 35 ans.

A présent beaucoup plus âgés, ces hommes repoussés se tournent vers des agents qui leur fournissent des femmes jeunes et non locales qu’ils peuvent épouser, le tout pour un prix de quelques milliers de dollars.

Aabid Simnanni, universitaire et assistant social, dirigeant d’une organisation dédiée à la traite des êtres humains au Cachemire, a déclaré à IPS qu’une majorité des mariages entre hommes du Cachemire et femmes adolescentes non locales se terminaient mal en raison des écarts de génération et de culture.

«Vous voyez que les hommes avec lesquels ces jeunes femmes sont mariées ont entre 40 et 45 ans. Comment pouvez-vous vous attendre à ce qu’un si grand fossé entre générations disparaisse? En outre, il existe des barrières culturelles, linguistiques et beaucoup d’autres entre les deux côtés. Ces choses comptent beaucoup dans un mariage réussi », a déclaré Simnanni.

Il a déclaré que, depuis cinq ans, son organisation aidait les femmes à obtenir une aide juridique et financière, mais que ce serait une tâche herculéenne de mettre fin à cette pratique.

La police n’enquêtera pas parce que les femmes sont légalement mariées

Un haut responsable de la cellule anti-traite de la police du Cachemire a déclaré à IPS qu’il était devenu presque impossible d’attraper les trafiquants, car personne ne voulait témoigner du crime.

«La victime est généralement mariée à l’homme de par la loi et il est difficile de déterminer son âge car les documents ont déjà été falsifiés par les agents. Nous n’agissons que lorsque nous recevons la plainte contre quiconque », a déclaré le responsable qui n’a pas souhaité être nommé, car il n’est pas autorisé à parler aux médias de la question.

Il dit qu’il n’y a pas de données disponibles sur le nombre de mariées victimes de la traite au Cachemire, cette pratique étant acceptée par la société au Cachemire.

«Le mariage se passe à la lumière du jour. Bien que ce soit un secret de Polichinelle que ces filles sont vendues par leurs parents pour une belle somme, la relation dans laquelle elles se nouent est absolument légitime et légale, conformément à la loi », a déclaré le responsable.

Mon mariage, ma prison

Il y a quatre ans, Ulfat Bano, âgée de 14 ans et originaire du Bihar, dans le nord de l’Inde, a été emmenée au Cachemire par sa lointaine cousine, elle-même mariée à un Cachemiri.

La famille de Bano a reçu environ mille dollars et l’assurance qu’elle se marierait dans une bonne famille.

Ici, elle a été donnée à une victime de torture âgée de 50 ans.

«J’ai été choquée quand je l’ai vu pour la première fois. Il était plus âgé que mon père et j’étais mariée de force avec lui. Je n’avais pas le choix », a déclaré Bano à IPS.

Selon elle, son mari a été torturé au début des années 90 lorsque le militantisme contre le régime indien a éclaté au Cachemire.

Son œil gauche a été endommagé et pendant des années, il n’a pas pu trouver une femme de la région pour l’épouser. Sa famille a contacté la cousine de Bano, qui était mariée à un de leurs proches, et lui a demandé de trouver une épouse pour leur fils.

Maintenant mère d’une fille de trois ans et d’un fils de deux ans, Bano aspire tous les jours aller chez ses parents.

Au cours des quatre années qui se sont écoulées depuis son mariage, elle n’a pas été autorisée à retourner au Bihar voir sa famille.

«Le Cachemire n’est rien de moins qu’une prison pour moi. À quoi sert cette vie lorsque vous ne pouvez pas rencontrer vos parents et partager quelques moments de joie avec eux? Mon mari craint que s’il me permet de rencontrer mes parents, je ne rentre pas chez moi.

« Il a probablement raison. »

—————————————–

Cet article fait partie d’une série de reportages venant du monde entier sur la traite des êtres humains. La couverture par IPS est prise en charge par le groupe Riana.

Le Réseau mondial de développement durable (GSN) poursuit l’objectif de développement durable n° 8 des Nations Unies, en insistant tout particulièrement sur l’objectif 8.7, qui “prend des mesures immédiates et efficaces pour éliminer le travail forcé, mettre fin à l’esclavage moderne et à la traite des êtres humains, et assurer l’interdiction et l’élimination des pires formes de travail des enfants, y compris le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats, et, d’ici à 2025, mettre fin au travail des enfants sous toutes ses formes ».

Les origines du GSN découlent des efforts de la Déclaration commune des dirigeants religieux, signée le 2 décembre 2014. Des chefs religieux de différentes confessions se sont réunis pour œuvrer ensemble «en vue de défendre la dignité et la liberté de l’être humain contre les formes extrêmes de la mondialisation de l’indifférence, telle l’exploitation, le travail forcé, la prostitution, la traite des êtres humains », etc.