NEW DELHI, Inde et JONESBORO, ÉTATS-UNIS, 7 octobre 2019 (IPS) – La transition quasi météorique de la Chine d’un pays à faible revenu à un pays à revenu moyen en l’espace de quatre décennies est souvent perçue comme un miracle analogue à celui de l’expérience du développement économique japonais de l’après-seconde guerre mondiale. Le PIB de la Chine est passé de 200 dollars américains actuels (US$) en 1978 à 9 470 US$ actuels en 2018 (Indicateurs de développement dans le monde, Banque mondiale). Sans surprise, la croissance rapide et quasi durable de la Chine a suscité un vif intérêt de la part des universitaires et des décideurs.

Veena S. Kulkarni

La Chine s’est lancée dans un ensemble de réformes systématiques de son économie planifiée en 1978, qui ont déclenché cette étincelle de croissance économique. Près de trois décennies après les réformes, la Chine a multiplié par huit son produit intérieur brut (PIB) avec une croissance moyenne du PIB et du PIB par habitant respectivement de 9,5% et 8,1% (en dollars constants) (Hofman et Wu 2009). Ces chiffres semblent plus exceptionnels par rapport aux performances de la Chine: a) dans la période antérieure aux réformes et b) par ses contemporains à cette époque. Alors que la Chine, avec un taux de PIB moyen par habitant de 2,1%, était sous classée par rapport à plusieurs autres pays au cours des deux décennies précédant les réformes, son PIB par habitant était le plus élevé parmi une liste de 105 pays pour la période 1978-2005 (Hofman et Wu 2009). La croissance extraordinaire des niveaux de revenu semble avoir été reproduite par rapport à d’autres indicateurs économiques tels que les taux de pauvreté et la richesse par adulte. Le taux de pauvreté par habitant a diminué de plus de quatre cinquièmes en moins d’une décennie, passant de 17,2% en 2010 à 3,1% en 2017 (Indicateurs de développement dans le monde, Banque mondiale). En outre, le patrimoine par adulte a considérablement augmenté, passant de 4 292 USD en 2008 à 47 810 USD en 2018 (Global Wealth Data Book 2018, Institut de Recherche Crédit Suisse). En outre, la convergence des calendriers des réformes économiques avec ceux de la transition démographique a conduit à des faibles taux de dépendance (faible proportion de la population non active par rapport à la population en âge de travailler), créant ainsi une «tempête idéale» pour stimuler la croissance économique. Les tendances les plus récentes de l’économie, qui croissent entre 6 et 7%, indiquent certes une trajectoire à la baisse, mais les perspectives en termes absolus restent élevées.

Toutefois, ce scénario plus rarement qu’improbable devrait avoir un impact attendu et significatif sur la composition par âge et le profil épidémiologique de la Chine. Tous les indicateurs de santé standard montrent que la Chine a achevé ce que les démographes appelleraient une transition mortalité/épidémiologie. La transition mortalité /épidémiologie est caractérisée par deux composantes interdépendantes: a) une plus grande concentration de décès chez les personnes âgées et b) une prédominance des décès dus à des maladies dégénératives par rapport aux maladies transmissibles. L’espérance de vie à la naissance en Chine entre 1990 et 2017 a augmenté de près d’une décennie pour les femmes (de 70,7 ans à 79,9 ans) et de plus de trois quarts d’une décennie pour les hommes (de 66,9 ans à 74,5 ans) (charge de morbidité mondiale (GBD)). De telles augmentations spectaculaires de l’espérance de vie se traduisent évidemment par une augmentation de la part de la population âgée totale. Le pourcentage de la population âgée de 65 ans et plus a plus que doublé, passant de 4,43% en 1950 à 9,33% en 2015 et devrait augmenter pour atteindre 11,97% en 2020. Un examen de la tendance indique que le taux de croissance des personnes âgées, contrairement à la période entre 1950 et 1970, non seulement a constamment été en augmentation, mais il a sensiblement augmenté après 1990. Le pourcentage projeté de 11,97% de personnes âgées en 2020 est plus du double de celui de 1990 (5,63%) (Perspectives de la population mondiale 2019, Division de la population des Nations Unies). La projection pour l’année 2040, qui considère l’âge de 60 ans comme critère de référence, prédit que plus d’une personne sur quatre sera âgée (Organisation mondiale de la santé).

Sur la deuxième composante de la transition épidémiologique, les maladies non transmissibles (MNT) sont responsables de plus de 80% des 10,3 millions de décès prématurés et 77% des années de vie corrigées de l’incapacité (Disability Adjusted Life Years (DALY)), la statistique qui n’est pas si éloignée de celles des autres pays de l’OCDE. Un examen du classement des dix principales causes de décès majeurs pour les années 2007 et 2017 reflète la réalisation de la deuxième partie de la transition mortalité/épidémiologie. À l’exception des accidents de la route, les dix principales causes de décès appartiennent à la catégorie des maladies dégénératives. En outre, en 2007 et en 2017, les quatre premières causes, les accidents vasculaires cérébraux, les cardiopathies ischémiques, la MPOC et le cancer du poumon, sont liés de manière presque sans équivoque à des facteurs de mode de vie. Les AVC et les cardiopathies ischémiques fortement corrélées à l’hypertension ont augmenté de 27% et 54% entre 2007 et 2017. En outre, entre 2007 et 2017, le pourcentage de décès dus à une cardiopathie hypertensive a augmenté de 95,7%. La cardiopathie hypertensive est passée d’un rang de 11 à un rang de huit. Dans le même ordre d’idées, le classement de l’impact des maladies par rapport au nombre d’années de vie perdues (number of years of life lost (YLL)) ou causant des décès prématurés montre que les accidents vasculaires cérébraux et les cardiopathies ischémiques figurent en tête de liste en 2007 et en 2017. De plus, entre 2007 et 2017, l’augmentation de ces impacts «mortels» était de 21,8% (accident vasculaire cérébral) et de 43,9% (cardiopathies ischémiques). L’augmentation correspondante pour les cardiopathies hypertensives était de 79,8%. Une autre preuve déconcertante de l’effet néfaste croissant de l’hypertension peut être tirée de la progression dans le classement des maladies entraînant une incapacité. L’AVC est passé du treizième rang en 2007 au cinquième rang en 2017. Les effets combinés de la plupart des décès et de l’invalidité dus aux AVC et aux cardiopathies ischémiques sont respectivement plus de 25% et 40%. En outre, par rapport aux dix pays du groupe de comparaison défini par le projet Global Burden of Disease (GBD), basé sur la classification régionale du GBD, les partenariats commerciaux et les indicateurs sociodémographiques, les YLL et les DALY dus aux accidents vasculaires cérébraux et aux cardiopathies ischémiques sont les plus élevés en Chine.

Raghav Gaiha

Les schémas et les tendances ci-dessus témoignent clairement d’une transition vers un mode de vie plus sujet à l’incidence des maladies cardiovasculaires, un changement dont on a observé empiriquement qu’il était accompagné par des raisons généralement interdépendantes telles que la hausse des revenus, l’urbanisation, la mondialisation et la consommation d’aliments transformés substitut à la nourriture faite maison et fraîche. Ce dernier semble jouer un rôle important dans le profil épidémiologique de la Chine, qui privilégie les maladies cardiovasculaires telles que les accidents vasculaires cérébraux, les cardiopathies ischémiques et les cardiopathies hypertensives. Le risque alimentaire est le facteur le plus important pour expliquer la plupart des décès et des invalidités en 2007 et en 2017. De plus, le risque lié aux habitudes alimentaires a augmenté de 29,6% entre 2007 et 2017 (charge de morbidité mondiale).

Le sel est l’un des ingrédients essentiels pour rendre les aliments comestibles et / ou améliorer le goût. Cependant, le sel est la principale source de sodium dont une consommation accrue provoque une hypertension et augmente par conséquent les probabilités d’accident vasculaire cérébral, de crise cardiaque et d’autres affections cardiovasculaires connexes. La consommation moyenne de sel pour un Chinois en bonne santé est de 10,5 grammes, contrairement aux 6 grammes recommandés dans les directives diététiques chinoises (Organisation mondiale de la santé). Cette quantité d’utilisation de sel supérieure à la quantité optimale a été attribuée, en plus de l’ajout de sel dans les aliments cuits à la maison et à la table (comme la sauce soja, la sauce de poisson et le sel de table), à une consommation accrue de produits emballés associée à une consommation réduite de fruits frais, de légumes, de fibres alimentaires comme les grains entiers. La partie régime est particulièrement importante compte tenu du risque alimentaire élevé. L’indice de durabilité alimentaire, une moyenne pondérée d’indicateurs dans la catégorie santé et nutrition, a été créé par l’Economist Intelligence Unit et le Centre Barilla pour l’alimentation et la nutrition (BCFN). La Chine se classe 21e sur les 38 pays pour lesquels l’indice de défi nutritionnel a également été créé par The Economist.

L’énormité du rôle du sel dans la détermination du régime alimentaire sain et, par conséquent, des années de vie en bonne santé prend toute son importance quand on sait que la population chinoise vieillit assez rapidement et que les personnes âgées sont plus susceptibles à l’hypertension et à d’autres maladies cardiovasculaires. De plus, la réduction du sel est considérée comme l’une des stratégies les plus rentables pour améliorer les résultats pour la santé et réduire le nombre de décès. L’Organisation mondiale de la santé estime que 2,5 millions de décès dans le monde pourraient être évités si la consommation de sel était réduite au niveau recommandé.

De manière attendue, l’Organisation mondiale de la santé, en collaboration avec les organisations locales et le gouvernement chinois, a lancé des campagnes de service public visant à accroître les connaissances, la sensibilisation et le soutien aux ménages, écoles, lieux de travail et à l’industrie alimentaire afin de réduire la quantité de sel. Dans le cadre de l’initiative “Une Chine en bonne santé 2030”, le Conseil des ministres s’est fixé pour objectif de réduire la consommation de sel de 20%. La Fondation Barilla est également à la pointe de la reconnaissance de l’urgence de réformer le secteur alimentaire pour garantir une production durable d’aliments sains, comme en témoigne le dévoilement du rapport ‘Résoudre les défis de l’alimentation, de l’industrie alimentaire et des ODD’, le 24 septembre 2019.

Outre les aspects de plaidoyer et d’activisme, les dépenses gouvernementales en matière de santé constituent un domaine qui mérite une évaluation minutieuse. Le ralentissement de la croissance économique, associé à l’évolution démographique des personnes âgées, renforce l’urgence de la planification pour l’avenir. On estime que les dépenses publiques en matière de santé augmenteraient trois fois, pour atteindre environ 10% du PIB d’ici 2060 (Banque mondiale et Organisation mondiale de la santé, 2019). C’est d’autant plus critique que l’on considère des maladies telles que l’hypertension qui résultent généralement d’une consommation élevée de sel. Comme l’hypertension ne provoque pas de symptômes aux stades précoces, elle peut facilement ne pas être diagnostiquée. En Chine, on estime que seulement 13,8% des 270 millions de personnes hypertendues sont bien prises en charge pour cette maladie (Organisation mondiale de la santé). Il est donc essentiel de se concentrer sur les mesures préventives et curatives relatives à la survenue de maladies causées par un mode de vie diététique malsain, notamment une consommation élevée de sel. Ne pas le faire implique des coûts élevés pour la société en ce qui concerne la perte d’années productives résultant d’un décès ou d’un handicap. Sur la base du respect par la Chine de la mission de l’Organisation mondiale de la santé et des objectifs de développement durable (ODD) fondés sur l’ambition de «ne laisser personne derrière,» il semble que la Chine s’est engagée à réduire la consommation de sel au cours de la prochaine décennie dans le cadre de l’initiative plus large visant à offrir une vie saine et productive à tous ses citoyens.