BULAWAYO, Zimbabwe, le 7 octobre 2019 (IPS) – En raison du changement climatique, les industries d’extraction de ressources en Afrique seront impactées par l’immobilisation de ressources, affirment les chercheurs.

«L’immobilisation suppose que de nombreux avoirs naturels vont devenir non viables du point de vue commercial à cause du changement climatique et de l’incapacité des pays à les exploiter», a déclaré Vanessa Ushie, responsable de la division d’analyse des politiques du Centre africain des ressources naturelles de la Banque africaine de développement (BAD), qui aide les pays africains à exploiter leurs ressources naturelles au service du développement durable.

Ushie a déclaré à IPS que l’immobilisation est un problème politique de plus en plus important que les pays africains devraient prendre en compte car ils sont fortement dépendants des ressources naturelles, 70% en moyenne de leurs exportations étant des minéraux.

Alors que le continent peine à atteindre ses objectifs de développement durable (ODD), un ensemble d’objectifs globaux définis par les Nations Unies pour mettre fin à la pauvreté et aux inégalités entre les États membres, un capital de ressources naturelles pouvant être utilisées pour le développement de l’Afrique reste largement inexploité.

    • Environ 30% des réserves minières mondiales, y compris le platine, l’or, les diamants et le charbon, se trouvent en Afrique, mais le continent connaît toujours des niveaux élevés de pauvreté.
    • L’Afrique dispose également de 10% des réserves mondiales de pétrole et de 8% du gaz naturel, selon la Banque africaine de développement.
    • Les changements climatiques menacent l’exploitation de ces ressources et, plus important encore, des sources d’énergie non renouvelable : charbon, pétrole et gaz.

Gardez-les dans le sol

En raison de l’impact du changement climatique, les chercheurs ont indiqué que l’Afrique avait des choix difficiles en ce qui concerne ses ressources minières. Peut-elle maintenir les ressources dans le sol et risquer la stagnation économique ou trouver de la rentabilité dans les sources d’énergie propre?

«Nous sommes conscients de l’Accord de Paris et de l’engagement des pays africains, à l’instar de leurs homologues mondiaux, de réduire les émissions de carbone afin de maintenir l’objectif de maintien du réchauffement planétaire en dessous de 2 ° Celsius», a déclaré Ushie. “Avec cet objectif de réchauffement, il est clair que certains minéraux devront être laissés sous terre, en particulier ceux qui émettent le plus de carbone dans l’atmosphère.”

    • La BAD a déclaré que les «avoirs immobilisés» ont suscité beaucoup d’intérêt ces dernières années, car les changements induits par le climat justifient le passage à un développement sobre en carbone du secteur des ressources naturelles. Plus de 185 pays ont accepté de laisser les deux tiers des combustibles fossiles prouvés dans le sol pour atteindre l’objectif de l’accord de Paris sur le climat.
    • En 2017, l’Agence internationale de l’énergie a averti que des avoirs pétroliers et gaziers d’une valeur de 1 300 milliards de dollars pourraient rester bloqués d’ici 2050 si le secteur des combustibles fossiles ne s’adapte pas aux politiques en faveur d’un climat plus vert.

S’exprimant récemment à la fin du sommet des Nations unies pour l’action pour le climat, Mary Robinson, lauréate du prix Nobel de la paix et ancienne présidente de l’Irlande, a déclaré que les dirigeants du monde devraient agir face à l’indignation de millions de personnes dans le monde qui ont manifesté contre le changement climatique, appelant pour une fin à l’utilisation de combustibles fossiles.

“Nous exhortons toutes les nations à s’engager à atteindre la neutralité en carbone avant 2050 afin de mettre fin immédiatement à la construction et à l’investissement dans le charbon et à mettre en œuvre une transition verte juste et équitable”, a déclaré Mme Robinson.

Avoirs immobilisés

Mais de nombreux pays africains, avec de nouvelles découvertes, extraient du charbon, du gaz et du pétrole, ce qui annonce des fortunes futures qu’il pourrait être difficile de perdre.

    • En 2019, le groupe pétrolier français Total a rendu public la découverte d’un important «condensat de gaz» en Afrique du Sud. Le condensat de gaz – en réalité une forme liquide de gaz naturel – est un produit plus prisé que le pétrole brut.
    • Au Kenya, la société pétrolière britannique Tullow Oil a prévu que l’année 2024 serait la date la plus probable à laquelle le pays peut espérer obtenir des bénéfices de son pétrole Turkana. De vastes réserves de pétrole ont également été découvertes en Ouganda.

Pour le continent africain, un des retardataires au boom des énergies fossiles, les arguments en faveur d’une immobilisation des avoirs pourraient influer sur les progrès en matière de développement et également sur la croissance économique.

Ushie a déclaré que certains avoirs seraient bloqués en raison de l’évolution des marchés et des flux d’investissement, alors que les sociétés extractives mondiales et les investisseurs adaptent leurs portefeuilles en fonction des nouvelles réglementations en matière de réduction des émissions de carbone. D’autres avoirs d’extraction sont exposés à l’évolution de la demande des consommateurs, notamment l’utilisation croissante de l’énergie solaire et des véhicules électriques dans les pays développés.

Une opportunité ou un obstacle?

“Avec le changement climatique croissant et la transition sobre en carbone qui s’ensuit, le secteur minier africain est confronté à de graves risques, ainsi qu’à des opportunités”, a déclaré Ushie à IPS, soulignant que les pays africains devaient comprendre et réagir à la nouvelle donne.

La BAD préconise une approche diversifiée de la fourniture d’énergie et de la gestion intégrée des ressources naturelles. La solution consiste à investir dans des options énergétiques localisées et économes en ressources, telles que des projets locaux décentralisés d’énergie solaire, éolienne et de biomasse appartenant à la communauté.

D’ici 2020, la Banque aura consacré 17 milliards de dollars au financement de la lutte contre le changement climatique pour les pays africains depuis qu’elle a mis au point un mécanisme de financement dans le cadre de son plan d’action sur les changements climatiques. En outre, le Centre CDN Afrique de la Banque a aidé les pays africains à mettre en œuvre leurs contributions déterminées au niveau national (CDN) dans le cadre de l’Accord de Paris et à aider les pays à attirer des opportunités de financement durables telles que les obligations vertes pour soutenir l’adaptation au changement climatique dans les pays à risque.

Résultats de recherche sur les politiques de réduction des émissions de carbone

«Nous souhaitons modéliser des scénarios dans lesquels un échouage pourrait exister pour divers minéraux et combustibles fossiles, et fournir aux gouvernements des conseils en matière de politique sur la manière dont ils pourraient faire face à ce risque», a déclaré Ushie. «Il devrait y avoir un débat public solide sur les avoirs et ressources miniers bloqués, et c’est la raison pour laquelle la BAD participe à des plates-formes politiques telles que le Forum intergouvernemental sur l’exploitation minière, métaux et le développement durable. »

Le Forum intergouvernemental sur l’exploitation minière, les minéraux, les métaux et le développement durable, qui se tient à Genève du 7 au 11 octobre, a pour thème: «L’exploitation minière dans un climat en évolution» », indiquant que même au niveau mondial, il est reconnu que l’extraction des ressources est touchée par le changement climatique.

Le forum est une bonne opportunité pour le Centre et la Banque de s’engager dans un dialogue de politique mondial sur l’avenir de l’industrie minière, secteur essentiel en Afrique, a-t-elle déclaré.

Fatima Denton, directrice de l’Institut des Ressources Naturelles de l’Université des Nations Unies, a confié à IPS que l’évolution mondiale entraînant l’abandon des combustibles fossiles et la baisse des coûts technologiques des énergies renouvelables constituent une opportunité pour le continent africain d’accroître les investissements dans les énergies vertes.

Avec l’urbanisation rapide de la plupart des économies africaines, associée à une demande croissante d’électricité, les pays africains ont commencé à profiter de cette opportunité pour augmenter leurs investissements dans les énergies renouvelables, a déclaré Mme Denton.

Une étude réalisée par Bloomberg Finance en 2018 indique que les pays en voie de développement commencent à prendre la tête de la transition mondiale vers une énergie propre. Une capacité totale d’électricité sans carbone de 114 GW a été ajoutée dans les pays en voie de développement en 2017, contre 63 GW dans les pays les plus riches.

Avec la chute des prix mondiaux du gaz, davantage de pays africains se concentraient sur la croissance de leurs économies gazières. Les énergies renouvelables ont de plus en plus besoin de métaux et de matériaux, ce qui crée des opportunités pour les pays africains disposant de réserves de ces ressources essentielles à la construction du transport éolien, solaire et électrique.

“En dépit des opportunités mentionnées ci-dessus, il y a le défi de savoir quand les économies africaines vont réellement immobiliser leurs ressources en combustibles fossiles et le manque de financement pour investir dans des opportunités de croissance verte, comme indiqué dans leurs CDN”, a déclaré Denton.

La sécurité énergétique dans un avenir sobre en carbone implique une transition vers des sources renouvelables propres, non pas comme une fin en soi, mais comme un moyen de parvenir à un développement durable dans des secteurs critiques tels que l’agriculture, l’exploitation minière, la santé et l’éducation, a déclaré Denton.