COTONOU, Bénin, le 30 avril 2019 (IPS) – Théophile Houssou, cultivateur de maïs de Cotonou, a passé des nuits blanches à rester éveillé, inquiet des divers désastres qui pourraient survenir pour tout agriculteur, se demandant souvent: «Et s’il pleut abondamment et toutes mes récoltes sont emportés? » ou « Que se passe-t-il si les chenilles légionnaires envahissent ma ferme et dévorent toutes les récoltes et qu’il ne me reste rien? »

Les cultures de maïs au Bénin, comme dans au moins 28 autres pays africains, sont menacées par le légionnaire d’automne, un ravageur envahissant qui se nourrit de 80 espèces différentes. Houssou est reconnaissant d’avoir manqué une infestation et remercie “Dieu pour la bonne saison, mais ce n’était pas facile”, a-t-il déclaré à IPS.

La production de maïs au Bénin a atteint le niveau record de 1,6 million de tonnes au cours de la campagne 2017-2018, contre 1,2 million de tonnes il y a deux ans, selon les chiffres du ministère de l’Agriculture.

Au centre-ville de Cotonou, la capitale commerciale du pays, cinq hommes sont en train de charger des ananas sur un camion de 10 tonnes, tandis que quatre autres véhicules lourds attendent d’être chargés. Les produits seront acheminés vers plusieurs pays de la région, y compris le Nigéria, qui reçoit 80% de toutes les exportations du Bénin. Le Bénin est le quatrième exportateur d’ananas d’Afrique avec une production annuelle de 400 000 à 450 000 tonnes d’ananas. Selon les chiffres officiels, les exportations vers l’Union européenne (UE) sont passées de 500 à 4 000 tonnes entre 2000 et 2014.

Plus loin, le célèbre marché de Dantokpa regorge de produits agricoles, notamment des tomates rouges, du gombo, du soja, des mangues, de l’orange, du poivron vert, du citron et de toutes sortes d’épinards et de fruits. La concurrence est féroce et le prix de vente est très bas, dans une excellente saison agricole.

Marge d’amélioration

Bien que le secteur agricole puisse paraître vivace, il comporte plusieurs lignes de fracture.

Bien qu’il s’agisse principalement d’un secteur de subsistance, l’agriculture contribue pour environ 34% au produit intérieur brut (PIB) de ce pays de l’Afrique de l’Ouest. Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), près de 80% des 11,2 millions d’habitants du Bénin vivent de l’agriculture. La FAO ajoute que les agriculteurs du pays sont confrontés à des problèmes tels que la médiocrité des infrastructures et les inondations, qui peuvent anéantir les récoltes et les stocks de semences.

Dans un document intitulé «Plan stratégique pour le développement du secteur agricole (PSDSA) 2025 et Plan national pour les investissements dans l’agriculture et la sécurité alimentaire et la nutrition (PNIASAN) 2017-2021», le gouvernement béninois a admis que les revenus et la productivité du secteur agricole étaient faibles, et la main-d’œuvre n’est que partiellement récompensée, ce qui rend les produits agricoles moins compétitifs.

«La plupart des agriculteurs utilisent très peu d’intrants améliorés et se livrent à des pratiques minières qui accentuent la dégradation des ressources naturelles», indique le document.

«Nous pouvons faire mieux que cela», a déclaré à IPS Marthe Dossou, une petite agricultrice supervisant le déchargement de milliers de boîtes de tomates rouges d’un camion en panne. Ces tomates seront exportées au Nigeria, mais Mme Dossou estime que, compte tenu de la qualité de la récolte, le Bénin peut produire davantage pour l’exportation, «si nous pouvons avoir un coup de main comme plus de ressources, y compris des prêts, de nouvelles méthodes de culture et comment maîtriser les techniques de contrôle de l’eau», dit-elle.

Le Dr Tamo Manuele, représentant de l’Institut international pour l’agriculture tropicale (IITA) au Bénin, a déclaré à IPS que l’innovation agricole “est essentielle pour éliminer la pauvreté, la faim et la malnutrition, principalement dans les zones rurales où vivent la plupart des plus démunis du globe.”

«L’innovation peut tout d’abord augmenter la productivité et les revenus des petits exploitants et, d’autre part, diversifier leurs revenus grâce au développement de la chaîne de valeur; et enfin, créer de meilleures opportunités pour les ruraux pauvres », a-t-il déclaré.

«Les agriculteurs ou au moins les acteurs des chaînes de valeur agricoles ont besoin d’un soutien pour la conservation et la transformation des produits agricoles. L’agriculture électronique permet aux agriculteurs de mieux gérer leur production et surtout d’être informés des débouchés commerciaux. Des innovations telles que le système warrantage [un système de crédit d’inventaire dans lequel les agriculteurs, au lieu de vendre leurs produits, les utilisent comme garantie pour obtenir un crédit auprès d’une banque] et la vente en groupe peuvent aider à résoudre ce problème. Les ONG et les experts spécialisés dans l’agriculture doivent renforcer et soutenir étroitement les agriculteurs », insiste Manuele.

Basée à Ibadan, au Nigéria, l’IITA est présente au Bénin depuis 1985 et soutient les services nationaux de recherche et de vulgarisation agricoles.

«La recherche est l’un des principaux liens menant à l’innovation. De nombreuses études ont montré que les communautés vivant à proximité du centre de recherche sont mieux informées, exposées aux innovations et davantage supervisées par des scientifiques. Par conséquent, leur volonté d’adopter l’innovation est très importante. L’IITA-Bénin est donc plus présent sur les champs grâce à plusieurs tests d’innovation sur les exploitations gérés par des scientifiques », a déclaré Manuele.

L’IITA a lancé un projet de biocarburant à base de jatropha en 2015 au Bénin. Cela impliquait le développement d’une chaîne de biocarburants pour créer des petites entreprises rentables et viables. Ces femmes fabriquent du savon à partir du jatropha. Courtoisie de l’Institut international d’agriculture tropicale (IITA)

Certains agriculteurs affirment connaître les technologies agricoles, mais se plaignent du manque de promotion de ces innovations dans les zones où ils opèrent.

Koffi Akpovi Justin, agriculteur saisonnier, a été initié à la méthode 4R, selon laquelle quatre principes scientifiques sont utilisés pour garantir que le sol dispose des niveaux adéquats d’éléments nutritifs pour la plantation.

«Tout le monde se vante de la fertilité de la terre africaine… J’étais frustrée et j’abandonnais presque l’agriculture parce que je croyais fermement à la façon naturelle de faire les choses. Je labourais juste la terre, plantais des graines (beaucoup d’entre elles) et commençais le processus douloureux de l’arroser, et à la fin, j’ai eu des résultats mitigés. Mais plus maintenant.”

Mais l’Afrique subsaharienne est le marché des engrais le plus coûteux au monde, où les petits agriculteurs représentent environ 70% de la population. «Si vous voulez l’utiliser, utilisez-le avec précaution, car ne pas appliquer la méthode 4R pourrait en voir une partie se répandre dans les champs et polluer les ressources en eau et les eaux souterraines à proximité. J’en ai fait l’expérience il y a plusieurs années, mais maintenant je suis plus sage. ”

Il ajoute que de nombreux agriculteurs vivant dans des régions éloignées ne peuvent pas accéder aux informations relatives à l’innovation agricole. «Beaucoup d’entre eux, qui travaillent principalement dans des endroits très isolés, disent toujours:« Nous savons que ces choses existent et nous aimerions les utiliser, mais où pouvons-nous les trouver? » Peut-être que les organisations internationales, telles que l’ONU et l’IITA, pourraient faire plus pour s’assurer que le plus grand nombre possible d’agriculteurs aient accès aux innovations agricoles pour stimuler la production alimentaire et lutter contre la faim ».

Monique Soton est l’une de ces agriculteurs. Elle habite dans le nord-ouest du Bénin, à environ 500 km de Cotonou, la capitale commerciale du pays.

«Nous travaillons dans des régions isolées et notre vie ne consiste qu’à sortir le matin pour travailler à la terre et revenir le soir. Il n’y a pas de radio, pas de télévision, pas d’électricité. Nous risquons de manquer des informations importantes sur les nouvelles méthodes de production ou les nouveaux développements en cours dans le secteur, comme par exemple si un recensement devait être organisé pour déterminer le nombre d’agriculteurs ayant besoin d’un soutien financier. C’est triste », dit la productrice de tomates à IPS.

Le manque de marché est un autre obstacle majeur auquel sont confrontés les petits exploitants agricoles béninois. «Le seul marché local que j’utilise pour vendre mes produits est le Dantokpa à Cotonou. Imaginez simplement la distance qui sépare notre région [environ 500 km de Cotonou] de la capitale commerciale », a déclaré Soton, ajoutant qu’il n’existe pas de routes ou de véhicules adéquats pour acheminer les produits vers le marché.

“Il arrivait souvent que le véhicule délabré que nous utilisions pour transporter nos produits soit tombé en panne au milieu d’un no man’s land la nuit, ce qui est très effrayant.”

Innovation agricole

L’IITA a contacté diverses communautés. Au Bénin, elle a lancé un projet de biocarburants à base de jatropha en 2015. Ce projet impliquait le développement d’une chaîne de biocarburants afin de créer des petites entreprises rentables et viables.

«Plus précisément, il consolide la rentabilité et la durabilité des chaînes de valeur du jatropha grâce à une approche de partenariat public-privé qui crée des emplois pour les jeunes, les femmes et les hommes. Le projet est mis en place selon l’approche de la chaîne de valeur incluant la production de jatropha, l’extraction de l’huile de jatropha, la fabrication de savon, la mouture du grain et l’électrification rurale, entre autres », explique Manuele.

Depuis le début du projet, quelque 2 050 producteurs, dont 538 femmes, en ont bénéficié.

Outre ce projet sur le jatropha, l’IITA a déclaré avoir mis en œuvre plusieurs autres projets contribuant à la sécurité alimentaire et nutritionnelle et à l’amélioration des revenus de nombreux ménages ruraux.

Solution magique?

Alors que les innovations dans l’agriculture ont porté leurs fruits, le Dr Jeroen Huising, spécialiste des sciences du sol au Nigéria, a averti que ce n’était pas la «solution miracle» pour le Bénin. «Je ne crois pas aux solutions magiques et l’agriculture (innovation) n’est certainement pas magique. La question des ruraux pauvres a peu à voir avec les innovations agricoles. Cela dépend de facteurs économiques », a-t-il déclaré à IPS.

“En outre, si les“ innovations ”augmentaient le rendement des petits exploitants, cela ne résoudrait pas leurs problèmes. La production est principalement liée à l’utilisation d’intrants et même dans ce cas, les prix sont souvent trop bas pour gagner sa vie de manière décente. ”

Soton convient que les facteurs économiques jouent un rôle important dans la réussite du petit exploitant, expliquant que «le manque de soutien financier est un problème sérieux».

Elle dit que les banques ne considèrent même pas les petits exploitants pour des prêts «parce que nous ne remplissons pas même une de leurs exigences nécessaires pour nous prêter de l’argent. Nous investissons donc notre argent provenant des tontines [un plan d’investissement] et de la vente de certaines de nos propriétés. ”

«Nous avons la terre mais il nous manque tout, des semences aux engrais et de l’argent pour embaucher des ouvriers.»