NATIONS UNIES, le 7 mars 2019 (IPS) – Les Nations Unies, qui surveillent avec diligence les violations des droits de l’homme dans le monde entier, estiment qu’un esclavage séculaire existe toujours dans le monde entier.

Le mandat de l’ONU sur les «formes contemporaines d’esclavage» inclut, entre autres, des questions telles que: l’esclavage traditionnel, le travail forcé, la servitude pour dettes, le servage, les enfants travaillant dans des conditions d’esclavage ou assimilées, la servitude domestique, l’esclavage sexuel, les formes de mariage serviles etc., selon Urmila Bhoola, d’Afrique du Sud, rapporteure spéciale de l’ONU sur les formes contemporaines d’esclavage.

Dans une interview accordée à IPS, Bhoola a souligné que l’esclavage était la première affaire de droits de l’homme à susciter une grande préoccupation internationale.

Mais cela continue encore aujourd’hui – «et les pratiques analogues à l’esclavage demeurent également un problème grave et persistant».

Elle a déclaré que “les formes traditionnelles d’esclavage ont été criminalisées et abolies dans la plupart des pays, mais que les formes contemporaines d’esclavage sont encore répandues dans toutes les régions du monde”.

Néanmoins, de nombreux États membres de l’ONU soupçonnés de telles violations des droits de l’homme refusent d’autoriser des experts internationaux – désignés rapporteurs spéciaux de l’ONU – à enquêter sur des allégations ou même se rendre officiellement dans ces pays, selon les rapports publiés.

Interrogé sur ces contraintes, Bhoola a indiqué qu’elle s’était déjà rendue au Niger, en Belgique, au Nigéria, en El Salvador, en Mauritanie, au Paraguay et enfin en Italie en octobre 2018.

Son mandat comprend la mise en œuvre de l’article 4 de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH), aux termes duquel «Nul ne peut être tenu en esclavage ni en servitude: l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes».

Elle a déclaré que “les visites de pays” ne sont effectuées que sur invitation des gouvernements “.

“J’ai émis des demandes de visites de pays à de nombreux pays mais, en raison du nom et de l’orientation du mandat, les États membres hésitent souvent à demander le mandat sur les formes contemporaines d’esclavage, à effectuer une visite”, a déclaré Bhoola, nommé rapporteure spéciale par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies en mai 2014.

En ce sens, a-t-elle souligné, les États membres ne peuvent pas ouvertement refuser une visite, mais ne peuvent pas répondre aux demandes de visite de pays.

«C’est à mon avis dommage, car j’ai pour objectif de nouer un dialogue constructif avec les gouvernements et de les soutenir dans leurs efforts pour mettre fin aux formes contemporaines d’esclavage».

En fait, certains des pays qui ont peur d’être nommés et frappés d’infamie, peut-être parce qu’ils sont répertoriés comme des pays où l’esclavage est répandu dans les rapports mondiaux, «ont de nombreuses bonnes lois et pratiques dont d’autres peuvent apprendre ».

Les conclusions des visites de pays figurent dans les rapports de visite de pays, qui sont disponibles au public.

Extraits de l’interview

IPS: Selon l’OIT, plus de 40 millions de personnes – dont 71% de femmes et de filles – sont soumises à diverses formes d’esclavage moderne, notamment le trafic d’êtres humains, les enfants soldats, les mariages forcés et précoces, la servitude domestique et le travail migrant. Ces mauvaises pratiques peuvent-elles être criminalisées par la législation nationale ou par un traité international? Dans quelle mesure ces mesures sont-elles réalisables?

BHOOLA: Plusieurs traités internationaux interdisant l’esclavage et les pratiques connexes, tels que la Convention de 1926 sur l’esclavage et son protocole; la Convention supplémentaire de 1956 sur l’abolition de l’esclavage, de la traite des esclaves et des institutions et pratiques analogues à l’esclavage; la convention n° 29 de l’OIT sur le travail forcé de 1930; la convention (nº 105) de l’OIT sur l’abolition du travail forcé de 1957; la convention (no 95) de l’OIT sur la protection du salaire de 1949; la convention (nº 189) sur les travailleuses et travailleurs domestiques de 2011; la convention (n° 138) de l’OIT sur l’âge minimum de 1973; la convention (nº 182) de l’OIT sur les pires formes de travail des enfants de 1999; la Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui (1949). Une liste complète peut être trouvée ici.

Les traités internationaux peuvent faire une différence importante dans un pays, car les États doivent rendre compte périodiquement des progrès réalisés dans la mise en œuvre des dispositions des traités une fois qu’ils ont ratifié un traité ou une convention. Si un État n’a pas les moyens de s’acquitter efficacement des obligations qui lui incombent en vertu d’un traité ou d’une convention, il devrait faire appel à l’assistance internationale.

Toutefois, l’esclavage est considéré comme une norme coutumière du droit international qui exige que les États les éliminent, qu’ils aient ou non ratifié les Conventions de 1926 sur l’esclavage et les Conventions complémentaires de 1956. Tous les États sont donc tenus d’interdire l’esclavage et ses différentes formes, telles que l’esclavage ou ses pratiques ou servitudes, dans la législation nationale.

Afin d’éradiquer efficacement l’esclavage au niveau national, les États doivent également investir dans le développement durable ainsi que dans la protection et la promotion de tous les droits de l’homme.

De nombreux États se sont engagés à atteindre la cible 8.7 des objectifs de développement durable (ODD), car mettre fin à l’esclavage et créer un travail décent pour tous nécessite une approche multidimensionnelle.

Cela les oblige à élaborer des réponses nationales globales aux formes contemporaines d’esclavage, qui devraient associer l’état de droit effectif, des cadres institutionnels et politiques solides, mettre fin à la discrimination et aux inégalités, y compris l’inégalité des sexes, la protection des droits du travail, la surveillance du secteur des entreprises et la garantie de l’accès complet et équitable à la justice lorsque les droits ont été violés.

Mettre fin aux formes contemporaines d’esclavage fait donc partie intégrante de la lutte plus vaste visant à combattre la pauvreté, le sous-développement et les inégalités entre les sexes et à réaliser un développement et une justice pour tous fondés sur les droits de l’homme.

IPS: En tant que rapporteure spéciale des Nations unies sur les formes contemporaines d’esclavage, jusqu’où s’étend votre mandat? Pouvez-vous nommer et frapper des pays d’infamie? Ou est-ce une action qui ne peut être entreprise que par le Conseil des droits de l’homme?

BHOOLA: Les rapporteurs spéciaux sont nommés par le Conseil des droits de l’homme et ils ont un mandat thématique ou spécifique à un pays. En tant que Rapporteure spéciale sur les formes contemporaines d’esclavage, je suis mandatée pour répondre aux préoccupations de pays spécifiques, que ce soit en public ou en privé. Tous les rapporteurs spéciaux sont chargés d’adresser des communications confidentielles aux États et/ou de publier des déclarations publiques et des rapports thématiques publics qui sont présentés chaque année.

En outre, je publie un rapport public sur chaque visite de pays contenant les conclusions de la mission ainsi que des recommandations à l’État visité et aux autres parties prenantes. Je fais rapport au Conseil des droits de l’homme et à l’Assemblée générale. Lorsque ces rapports sont présentés, les gouvernements dialoguent entre eux, y compris avec le gouvernement qui a fait l’objet d’une visite. Ce dialogue constructif est bien plus utile à mes yeux pour combler les lacunes en matière de conformité.

IPS: Combien d’entreprises respectent les Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme de l’ONU? Étant donné que la plupart des formes d’esclavage se produisent dans le secteur privé, quelle est l’efficacité de ces directives volontaires – et non obligatoires – de prévention des formes modernes d’esclavage sur le lieu de travail?

BHOOLA: Les Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme ont été élaborés dans le but de clarifier les différents rôles et responsabilités des États et des entreprises en ce qui concerne l’impact des entreprises sur les droits de l’homme.

Les Principes directeurs ne constituent pas un instrument international pouvant être ratifié par les États, ni ne créent de nouvelles obligations juridiques. Au lieu de cela, ils clarifient et développent les implications des dispositions pertinentes des normes internationales des droits de l’homme existantes, dont certaines sont juridiquement contraignantes pour les États, et fournissent des orientations sur la manière de les mettre en œuvre.

Souvent une législation nationale existe ou peut être nécessaire pour garantir que ces obligations sont effectivement mises en œuvre et appliquées. Ceci, à son tour, signifie que des éléments des principes directeurs peuvent être reflétés dans le droit national régissant les activités commerciales.

Bien que les Principes directeurs ne soient pas juridiquement contraignants, la protection des droits de l’homme contre les abus liés aux entreprises est attendue de la part de tous les États. Dans la plupart des cas, elle constitue une obligation légale du fait de la ratification de traités internationaux juridiquement contraignants relatifs aux droits de l’homme contenant des dispositions à cet effet.

Le devoir de protéger qui incombe à l’État dans les Principes directeurs découle de ces obligations. Dans de nombreux États, cela est reflété – totalement ou partiellement – dans la législation ou la réglementation nationales sur les sociétés. Les entreprises sont liées par ce droit interne. La responsabilité des entreprises en matière de respect des droits de l’homme existe bien au-delà de la nécessité de se conformer aux lois et réglementations nationales protégeant les droits de l’homme. Il s’applique également lorsque le droit interne pertinent est faible, absent ou non appliqué1.

Les Principes directeurs confirment également le devoir des États de protéger et de réparer les dommages causés aux droits de l’homme par les entreprises. Dans le contexte des formes contemporaines d’esclavage, cette obligation de protection pourrait se traduire par une combinaison judicieuse de mesures visant à garantir que les entreprises assument leur responsabilité de respecter les droits de l’homme, notamment en faisant preuve de diligence raisonnable dans le respect de ces normes tout au long de leur chaîne d’approvisionnement et en atténuant les effets néfastes de leurs opérations sur les droits de l’homme.

Au minimum, les États devraient veiller à ce que les entreprises réalisent les conséquences de l’achat de produits ou de services liés de quelque manière que ce soit au travail forcé ou à d’autres formes contemporaines d’esclavage.

À ce jour, les États ont adopté diverses approches pour remédier à ce problème, notamment en garantissant la responsabilité pénale, civile et délictuelle des violations des droits de l’homme commises par les entreprises, en mettant en place des mécanismes pour réglementer le respect du commerce et la protection des consommateurs, ainsi que dans les marchés publics.

La divulgation et la transparence peuvent également constituer des obligations légales plutôt que d’être limitées à des initiatives volontaires de responsabilité sociale des entreprises2.

Bien qu’il ne soit pas possible de mesurer le respect par toutes les entreprises, il convient de citer certaines initiatives clés, telles que le Corporate Human Rights Benchmark (CHRB), qui vise à identifier les entreprises les plus performantes en matière de droits de l’homme. Vous trouverez plus d’informations sur cette initiative et ses résultats les plus récents ici.

KnowTheChain est une autre initiative importante axée sur l’esclavage. Elle identifie et partage les meilleures pratiques, ce qui permet aux entreprises d’améliorer leurs normes et leurs procédures. Cette initiative vise également à aider les entreprises à protéger le bien-être des travailleurs en les incitant et en identifiant les lacunes dans chaque secteur évalué. KnowTheChain a publié son premier ensemble d’indicateurs de référence en 2016 et le second, couvrant plus de 120 entreprises, en 2018. Pour plus d’informations, visitez leur site Web.

IPS: Avec la diffusion de la technologie dans le monde entier, de plus en plus de femmes et de filles sont attirées dans le trafic d’êtres humains par le biais de la technologie, notamment par Facebook. L’ONU a-t-elle les moyens de lutter contre cela? Ou existe-t-il un remède?

BHOOLA: Les Nations Unies ont mis en place diverses conventions et mécanismes de lutte contre la traite des êtres humains. Il existe également un mandat sur la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des filles, qui se focalise spécifiquement sur ces questions. Afin d’éviter les chevauchements entre nos mandats, mon mandat est axé sur l’un des résultats de la traite des êtres humains, à savoir l’exploitation par le travail.

IPS: Le Royaume-Uni a «lancé un appel à l’action pour mettre fin au travail forcé, à l’esclavage moderne et à la traite des êtres humains». Quelle est son efficacité? Et y a-t-il d’autres pays avec une telle action ou législation?

BHOOLA: L’appel à l’action pour mettre fin au travail forcé, à l’esclavage moderne et à la traite des êtres humains a été lancé le 19 septembre 2017 lors de la 72e réunion de l’Assemblée générale des Nations unies et a été approuvé par les 84 États membres et observateurs.3

L’appel à l’action décrit les mesures concrètes que les pays peuvent prendre pour atteindre la cible 8.7 des objectifs de développement durable des Nations Unies, notamment pour ratifier et assurer la mise en œuvre effective des conventions, protocoles et cadres internationaux pertinents; renforcer l’application des lois et les réponses de la justice pénale afin d’accroître rapidement la capacité d’identification, d’enquête et de perturbation des activités criminelles; donner la priorité aux victimes; et éliminer le travail forcé, l’esclavage moderne, la traite des êtres humains et les pires formes de travail des enfants de [leurs] économies […] en élaborant des cadres réglementaires ou politiques, selon le cas, et en collaborant avec les entreprises pour éliminer ces pratiques des chaînes d’approvisionnement mondiales4.

Des informations concernant l’action du gouvernement suite à l’appel à l’action sont disponibles ici.

Malgré les progrès positifs, il reste encore beaucoup à faire.

Nous ne pouvons pas traiter ces problèmes de travail forcé, de formes contemporaines d’esclavage et de traite des êtres humains de manière isolée, car il s’agit de crimes complexes, et nous devons aller au-delà des frontières et des mandats. L’appel à l’action fournit aux pays un cadre pour s’unir pour partager les meilleures pratiques et travailler ensemble, et souligne la nécessité d’un engagement du secteur privé et du secteur public plus large pour apporter un réel changement.

L’Université des Nations Unies, en partenariat avec Alliance 8.7, a mis au point une plate-forme de connaissances financée par le gouvernement britannique qui va accélérer l’étude scientifique de «ce qui fonctionne» et héberger une base de données en ligne contenant des informations sur les mesures prises par les pays pour appuyer la recherche et les meilleures pratiques. : www.delta87.org/call-to-action

L’Australie a ensuite adopté sa loi sur l’esclavage moderne en décembre 2018. Cette loi oblige les entreprises dépassant un certain seuil de chiffre d’affaires à prendre des mesures pour identifier l’esclavage dans leurs opérations et dans leurs chaînes d’approvisionnement, et à rendre compte des mesures qu’elles ont prises pour faire face à ces risques.

1 OHCHR «Foire aux questions sur les Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme» https://www.ohchr.org/documents/publications/faq_principlesbussinesshr.pdf
2 A/HRC/30/35, https://undocs.org/en/A/HRC/30/35.
3 Appel à l’action pour mettre fin au travail forcé, à l’esclavage moderne et à la traite des êtres humains https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/759332/End-Forced-Labour-Modern -Slavery1.pdf
4 https://delta87.org/call-to-action/

L’auteur peut être contacté à thalifdeen@ips.org

__________________________________

Le réseau mondial de développement durable (GSN) http://gsngoal8.com/ poursuit l’objectif de développement durable n° 8 des Nations Unies, en mettant particulièrement l’accent sur l’objectif 8.7, qui «prend des mesures immédiates et efficaces pour éliminer le travail forcé, mettre fin à l’esclavage moderne et à la traite des êtres humains et assurer l’interdiction et l’élimination des pires formes de travail des enfants, y compris le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats, et d’ici à 2025, mettre fin au travail des enfants sous toutes ses formes ».

Les origines du GSN découlent des efforts de la Déclaration commune des chefs religieux, signée le 2 décembre 2014. Des chefs religieux de différentes confessions se sont réunis pour travailler ensemble «à la défense de la dignité et de la liberté de l’être humain contre les formes extrêmes de la mondialisation de l’indifférence, telle l’exploitation, le travail forcé, la prostitution, la traite des êtres humains », etc.