60 Jours Plus Tard, la Manifestation des Plus Grands Agriculteurs Indiens ne Montre Aucun Signe d’Affaiblissement

Hier, le 26 janvier, l’Inde a célébré sa fête de la République. Mais il a été marqué par des scènes d’agriculteurs conduisant leurs tracteurs en convoi et marchant vers le fort rouge (Red Fort) historique de New Delhi. La correspondante principale d’IPS, STELLA PAUL, dévoile les problèmes qui se cachent derrière les manifestations des agriculteurs indiens.

HYDERABAD 27 Jan 2021 (IPS) – « Cette route est ma maison maintenant et elle décidera de mon avenir, » Sukhvinder Singh, un agriculteur de 27 ans du district Moga du Pendjab, déclare à IPS. Novembre dernier, des semaines après que le gouvernement de l’Inde ait adopté trois projets de loi agricoles, qu’il considérait comme étant anti-agriculteurs, Singh a voyagé à Singhu, un village près de Delhi, pour exiger que ces lois soient abrogées. Depuis, il vit dans une tente qu’il partage avec cinq autres paysans-manifestants.

Le dimanche soir, la température a chuté à 7 ° C, mais la voix de Singh semblait chaude et forte, trahissant le froid. « C’est comme passer une autre nuit dans le champ, surveillant mes cultures de blé », dit-il.

Il y a actuellement environ 300000 agriculteurs qui manifestent à Singhu, qui s’est maintenant transformé en une ville de tente.

Bien que mobilisés par 32 groupes différents, les agriculteurs sont unis dans leur demande: une abrogation totale de trois nouvelles lois:

    • la Loi sur le négoce et le commerce des produits agricoles (promotion et facilitation)
    • la Loi sur la Convention (autonomisation et protection) des agriculteurs sur la garantie des prix et les services agricoles, et
    • la Loi sur les Produits Essentiels (Amendement)

Manifestations Paysannes: Explosion d’Années de Colère

La manifestation des agriculteurs à la périphérie de New Delhi a commencé le 26 novembre, mais cela a été un mouvement qui était en préparation depuis des années.

Selon les experts de l’alimentation et de l’agriculture, les prix incertains et erratiques, le manque d’accès au marché, les faibles rendements, les pertes récurrentes et le fardeau de la dette font partie de la vie d’un agriculteur moyen à travers le pays, y compris au Pendjab, depuis très longtemps.

Alors qu’une section d’experts pense que l’État doit accepter la responsabilité du bien-être des agriculteurs et les indemniser pour leurs pertes, l’autre section estime que le gouvernement devrait simplement adopter et promouvoir une politique de libre marché avec un minimum d’interventions et de réglementations sur le marché agricole.

Les interventions du gouvernement ont, jusqu’à présent, inclus des prix de soutien minimaux (PSM) – un système dans lequel les États ont annoncé des PSM pour 22 cultures avant leurs saisons de semis. Cela comprenait également l’achat de céréales et de légumineuses auprès des agriculteurs par le gouvernement pour gérer sa distribution alimentaire subventionnée aux pauvres (système PDS), la réglementation du commerce de gros avec les agriculteurs, le contrôle des stocks avec les commerçants et le contrôle des exportations et des importations.

Cependant, les nouvelles politiques agricoles se sont rangées du côté des partisans de la politique de libre marché et ont adopté exactement le contraire de ce que les agriculteurs veulent: une application stricte des PSM et une plus grande intervention du gouvernement dans les marchés publics et le commerce de gros.

«Les agriculteurs indiens protestent depuis des années, mais le pays n’a pas pris acte. Par exemple, ces dernières années, nous avons vu les producteurs de lait verser des seaux de lait dans les rues et les producteurs de légumes écraser leurs produits frais sous les bulldozers – tout cela pour protester contre la tarification volatile et erratique qui les a forcés à subir d’énormes pertes, » Kavitha Kuruganti, militante bien connue et experte agricole de l’Alliance pour une agriculture durable et holistique ou du réseau ASHA-Kisan Swaraj, un réseau national d’organisations travaillant sur l’alimentation, les agriculteurs et la liberté, a déclaré à IPS.

«Mais à chaque fois, la manifestation s’est terminée par une assurance verbale du gouvernement ou un morceau de papier disant que leurs griefs seraient examinés», dit Kuruganti.

Sandhya Mohite, une productrice de coton marginale dans la région de Yavatmal, dans l’État du Maharashtra, touchée par le suicide. Le coton est l’une des cultures pour lesquelles le système de prix de soutien minimum (PSM) a fonctionné, mais maintenant, selon les nouvelles lois agricoles du pays, les agriculteurs ne se verront plus garantir un prix minimum sur les produits. Crédits: Stella Paul/IPS

Ce que veulent les agriculteurs et ce qui leur est offert

En Inde, l’achat en gros de produits auprès des agriculteurs est réglementé par la loi de 2003 sur le Comité de commercialisation des produits agricoles (APMC). Selon la politique, les transactions de gros entre agriculteurs et commerçants doivent avoir lieu dans un mandi – une cour de marché désignée. La vente des produits soumis à l’examen du public apportaient un niveau de protection contre la fraude sur les poids, les mesures et les prix. Il existe des centaines de mandis de ce type à travers le pays, qui sont gouvernés par un organe élu de l’autorité APMC.

Cependant, au fil du temps, les cours de marché sont devenues des plaques tournantes de la corruption généralisée où un petit groupe d’agents de vente a pris le contrôle et influencé les responsables de l’APMC avec leur pouvoir économique et leurs liens avec les principaux partis politiques. Incapables de résister à ces fixateurs de prix, les agriculteurs n’ont eu d’autre choix que de jouer le jeu et de supporter les pertes.

Le gouvernement reconnaît la cartellisation et, comme solution, autorise des canaux alternatifs tels que des marchés privés qui peuvent concurrencer les mandis réglementés de l’APMC pour les produits de l’agriculteur.

De plus, les agriculteurs pourront vendre directement aux consommateurs. Les gros acheteurs, tels que les entreprises actives dans la transformation des aliments, la vente au détail à grande échelle ou les exportations, peuvent également contourner complètement les marchés de gros et acheter directement aux agriculteurs.

Ces idées ont été recommandées pour la première fois par la Commission Swaminathan – un comité d’experts chargé par le gouvernement en 2004 de trouver des solutions aux problèmes rencontrés par les agriculteurs.

Cependant, la Commission Swaminathan a également recommandé un PSM plus élevé et des réglementations protectrices pour les agriculteurs tout en pratiquant l’agriculture contractuelle pour les grands commerçants privés. Mais les nouvelles lois n’incluent aucune de ces recommandations.

Les agriculteurs craignent désormais que le MSP n’étant plus obligatoire, ils soient contraints d’accepter tout prix proposé par les grandes entreprises. Les producteurs de cultures vivrières soutiennent également qu’ils ne peuvent même pas transporter leurs produits jusqu’au parc commercial le plus proche sans subir de pertes. Et ils se demandent comment peuvent-ils atteindre et vendre sur des marchés lointains.

La peur du grand joueur

En décembre 2020, alors même que leurs manifestations s’intensifiaient, les agriculteurs du Pendjab ont détruit des centaines de tours mobiles appartenant à Reliance Jio Infocomm – le plus grand réseau de services cellulaires de l’Inde. Les manifestants ont pris pour cible le réseau après qu’il a été entendu que de grandes entreprises comme Reliance Industries, ainsi que le groupe Adani, entreraient dans le secteur de l’agriculture contractuelle, poussant potentiellement les agriculteurs indépendants à quitter leurs moyens de subsistance. Après que plus de 1 500 tours de télécommunications Jio aient été endommagées, la société a finalement contacté le tribunal et a également précisé dans un communiqué qu’elle n’avait aucun plan d’entreprise agricole. Mais la peur persiste.

Harmandeep Singh, un agriculteur du Tarn Tarn, au Pendjab, a déclaré à IPS: «Aujourd’hui, ils disent qu’il n’y a pas de plans. Mais demain, cela peut changer. Ces entreprises sont si riches qu’elles peuvent acheter n’importe quelle quantité de terrain et nous pousser à quitter l’activité. Qui les arrêtera? »

Cependant, l’entrée de grandes entreprises agricoles s’est produite bien avant l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement Modi, plus favorable aux entreprises, a déclaré à IPS Subramaniam Kannaiyan, secrétaire général du Comité de coordination sud-indien des mouvements paysans (SICCFM).

«En 2011, le gouvernement du Congrès de l’époque avait autorisé 100% des investissements étrangers dans plusieurs secteurs de l’agriculture, de sorte que les entreprises sont là depuis longtemps déjà. En fait, depuis que nous avons rejoint l’Organisation mondiale du commerce (OMC), l’ouverture des marchés est devenue inévitable. Cependant, il devrait y avoir un équilibre et des moyens de soutenir et de protéger les petits agriculteurs locaux et pour cela, l’APMC devrait jouer un rôle plus important et non être supprimée », déclare Kannaiyan, qui est également membre du mouvement mondial des petits agriculteurs, La Via Campesina.

Aucun preneur pour un rôle tiers

Le 12 janvier, la Cour suprême de l’Inde a formé un comité de 4 membres pour tenir des pourparlers entre le gouvernement et les agriculteurs afin de résoudre les protestations concernant les lois agricoles. Mais les agriculteurs n’ont pas tardé à rejeter le comité et ont refusé d’en faire partie.

«Lorsqu’un dialogue est en cours entre le gouvernement et les agriculteurs qui protestent, il n’est absolument pas nécessaire que la Cour suprême assume un rôle de médiation étant donné que ni le gouvernement ni les dirigeants syndicaux ne se sont approchés de la Cour suprême et ont dit: ‘Veuillez résoudre ceci », dit Kuruganti, qui est également membre de la délégation de 41 paysans qui a eu des entretiens avec le gouvernement.

Jusqu’à présent, il y a eu 11 séries de dialogues centrés non seulement sur les questions «techno-juridiques», mais aussi sur les orientations et les implications politiques – «des domaines dans lesquels la Cour suprême n’a aucun rôle à jouer», explique Kuruganti, expliquant pourquoi les agriculteurs ne voient aucun intérêt à se joindre au comité d’examen.

«Le problème aujourd’hui est, à l’exception du Pendjab et de l’Haryana, qu’il n’y a pas de grand syndicat d’agriculteurs ailleurs dans ce pays», déclare Kannaiyan du SICCFM.

«C’est pourquoi un mouvement de cette ampleur ne peut être mené que par des agriculteurs de ces États. Mais nous sommes fermement solidaires d’eux. »

Creuser leurs talons plus profondément

Hier, le 26 janvier, l’Inde a célébré sa fête de la République – le jour où la constitution du pays est entrée en vigueur. La célébration comprend généralement une démonstration symbolique de la puissance militaire du pays en faisant défiler les armes de défense de son pays.

Mais cette semaine, la nation a assisté à un défilé différent: un rallye de tracteurs de 100 km de long par les agriculteurs manifestants. Le gouvernement a tenté d’empêcher le rassemblement en obtenant une ordonnance du tribunal et certains États ont également interdit la vente de carburant aux tracteurs, mais cela n’a pas dissuadé les agriculteurs qui étaient déterminés à organiser le rassemblement. Beaucoup ont juré de ne rentrer chez eux qu’après l’abrogation des 3 projets de loi agricoles.

Hier, des milliers d’agriculteurs protestataires ont marché vers le fort rouge historique de New Delhi.

Il y a eu des accrochages entre la police et un petit nombre de manifestants, mais la majorité des manifestants étaient pacifiques. La police aurait dispersé la foule avec des gaz lacrymogènes et un manifestant est mort après qu’un tracteur s’est renversé et est tombé sur lui.

«Le gouvernement essaie de montrer au monde qu’il a fait un excellent travail en fabriquant des armes. Maintenant, nous voulons dire au monde qu’un pays ne se fait pas grandir en fabriquant des armes mais en respectant ses agriculteurs et en rétablissant sa bouée de sauvetage économique – l’agriculture qui ne se produit pas en ce moment », Mandeep Kaur, une agricultrice possédant une petite propriété foncière de Ludhiana, au Pendjab, qui s’est rendue à Singhu à plusieurs reprises au cours des deux derniers mois pour se joindre aux manifestations, a déclaré à IPS.

En effet, l’Indice de Durabilité Alimentaire, développé par le Barilla Center for Food & Nutrition et l’Economist Intelligence Unit, classe l’Inde au 4e rang global, derrière la Colombie et la Chine, dans un classement des pays à revenu intermédiaire en matière de durabilité et de plus grands progrès vers la réalisation des indicateurs clés de performance pour l’agriculture.

Le 22 janvier, après la 11e série de discussions, le gouvernement a proposé de retarder la mise en œuvre des lois agricoles de 12 à 18 mois, ce qui a donné aux agriculteurs le temps supplémentaire de se préparer pour l’avenir. Cependant, comme les agriculteurs ont refusé de ne se contenter de rien de moins qu’une abrogation complète de la loi, le gouvernement a refusé d’annoncer des dates pour d’autres discussions.

L’impasse n’a pas réussi à éloigner les agriculteurs de leur position, mais certains demandent au gouvernement de ne pas en faire une démonstration d’ego.

«Accepter les demandes des agriculteurs et abroger les lois agricoles ne doit pas être considéré comme une victoire des agriculteurs ou un insuccès du gouvernement; cela doit être considéré comme une victoire de la démocratie », dit Kuruganthi.

Pendant ce temps, des agriculteurs de plusieurs États, dont le Maharashtra, le Madhya Pradesh, l’Assam, le Kerala et Telangana, ont apporté leur soutien au mouvement de protestation.

Et aujourd’hui, 27 janvier, un jour après la manifestation de la fête de la République, Kuruganthi a déclaré que «le mouvement de protestation se poursuivra pacifiquement».

Stella Paul