L’agriculture de genre pour que les femmes prennent les devants pour nourrir l’Afrique

Rhoda Tumusiime, Membre du Conseil d’Administration de l’IITA, ancienne Commissaire de l’Union Africaine pour l’Economie rurale et l’Agriculture, et présidente de HOPE
Steven Cole, scientifique principal et coordinateur de la recherche sur le genre, IITA

IBADAN, Nigéria, le 12 octobre 2020 (IPS) – Les espoirs de l’Afrique de nourrir une population qui devrait doubler d’ici 2050 dans un contexte d’aggravation de la crise climatique reposent sur d’énormes investissements dans l’agriculture, y compris la création des conditions permettant aux femmes de s’autonomiser et de diriger les efforts pour transformer le paysage agricole du continent.

Rhoda Tumusiime

Alors que nous célébrons la Journée Internationale des Femmes Rurales 2020, l’Afrique doit réfléchir davantage au rôle que jouent les femmes dans la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la gestion des terres et de l’eau.

En outre, l’impact du COVID-19 sur la capacité des femmes à nourrir leur famille et à prendre soin de leurs proches souligne l’importance de renforcer leurs capacités en concevant des actions sensibles au genre.

Nous savons que le monde dispose de la technologie et des ressources nécessaires pour éradiquer la faim, mais trouver les bonnes politiques et la volonté de les mettre en œuvre nous échappent souvent.

Heureusement, les jeunes femmes et hommes qui mènent des recherches factuelles en Afrique subsaharienne proposent des réponses possibles sur la manière de s’attaquer à ces problèmes urgents.

Travaillant avec le soutien et les conseils de l’Institut International d’Agriculture Tropicale (IITA), une organisation à but non lucratif de recherche pour le développement, ces chercheurs visent à faciliter les solutions agricoles à la faim, à la pauvreté et à la dégradation des ressources naturelles conformément aux objectifs de l’IITA et en particulier sa stratégie de recherche sur le genre.

Gardez à l’esprit que plus de 60% de toutes les femmes employées en Afrique subsaharienne travaillent dans l’agriculture et que les femmes produisent jusqu’à 80% des denrées alimentaires destinées à la consommation domestique et à la vente dans les marchés locaux. Mais ces agricultrices sont désavantagées par une série de facteurs, tels que les lois, les politiques, les programmes de développement non sexistes, les normes enracinées et les déséquilibres de pouvoir à l’intérieur et à l’extérieur de leurs maisons et communautés.

Les contraintes fondamentales liées au genre déterminent clairement la manière dont les femmes et les hommes sont impliqués et bénéficient des systèmes alimentaires agricoles. Manifestées comme des normes de genre, des attitudes et des relations de pouvoir néfastes, elles ont un impact particulier sur la façon dont les jeunes femmes participent aux chaînes de valeur ou ont accès à des ressources telles que la terre, ainsi que sur leurs pouvoirs de décision et sur la façon dont l’argent gagné grâce à leur travail est dépensé.

Steven Cole

Les politiques et les interventions de développement non sexistes ne prennent pas en compte les différents rôles et les divers besoins des hommes et des femmes, tandis que les politiques tenant compte du genre confirment qu’il existe des contraintes de genre, mais peuvent proposer des moyens de les contourner au profit des femmes.

La stratégie de recherche sur le genre de l’IITA fait ressortir les causes sous-jacentes des inégalités entre les sexes afin d’informer et de guider les politiques visant à lutter contre ces causes avec des interventions qui réduisent la pauvreté et augmentent l’égalité des sexes dans les pays à faible revenu avec une augmentation des possibilités d’emploi et de la sécurité économique, alimentaire et nutritionnelle.

Dans les mois qui ont précédé l’apparition du coronavirus et avec un financement du Fonds International de Développement Agricole (FIDA), l’IITA a lancé 80 bourses de recherche pour de jeunes universitaires africains, en mettant l’accent sur les jeunes femmes professionnelles et les étudiantes souhaitant acquérir une maîtrise ou un doctorat. Les bénéficiaires reçoivent une formation sur la méthodologie de la recherche, la gestion des données, la rédaction scientifique et la production de données de recherche pour l’élaboration des politiques.

Connu sous le nom de CARE (Enhancing Capacity to Apply Research Evidence/ Amélioration de la capacité d’appliquer les données de recherche), le projet de trois ans vise à renforcer notre compréhension de la réduction de la pauvreté, de l’impact sur l’emploi et des facteurs influençant l’engagement des jeunes dans l’agro-industrie et les économies rurales agricoles et non agricoles.

Pour atteindre ces résultats de développement, il faut travailler avec des groupes multipartites à plusieurs niveaux pour transformer les relations de pouvoir inégales entre les jeunes femmes et hommes dans diverses institutions sociales, y compris au sein du ménage, de la communauté, du marché et de l’État.

Par exemple, dans le sud du Bénin, l’étudiante diplômée Grace Chabi a cherché à savoir pourquoi les jeunes entrepreneurs agricoles sont majoritairement des hommes. Parmi ses recommandations politiques, il y a un appel pour éliminer les préjugés sexistes dans les pratiques de propriété foncière, de crédit et d’emploi. Les politiques devraient également faciliter les réseaux d’agripreneuriat féminins et cibler le financement vers les entreprises agroalimentaires appartenant à des femmes.

Une recherche d’Akinyi Sassi en Tanzanie a révélé comment les stéréotypes peuvent affecter négativement les intentions des femmes d’utiliser les technologies de l’information et de la communication (TIC) pour accéder aux informations sur le marché agricole, mais que contrairement à de tels stéréotypes, les agricultrices étaient plus fortement influencées que les agriculteurs masculins par leur perception de la valeur de l’utilisation des téléphones pour trouver ces informations. Ces facteurs liés au sexe peuvent être pris en compte lors de la promotion de l’utilisation des TIC.

Cynthia Mkong du Cameroun a examiné la question des modèles de rôle, du statut social et de l’expérience antérieure pour déterminer pourquoi certains étudiants sont plus susceptibles de choisir l’agriculture comme spécialité universitaire. Près d’un quart des jeunes femmes camerounaises sont au chômage, contre 11% des jeunes hommes. L’élaboration de politiques efficaces pour améliorer l’éducation des filles et le revenu des ménages à tous les niveaux pourrait inverser le déclin de l’intérêt des jeunes pour l’agriculture.

Adedotun Seyingbo a examiné l’emploi chez les jeunes nigérians et la manière dont le genre et d’autres problèmes, y compris l’accès à la terre, influencent la façon dont plus de jeunes restent dans un emploi non agricole plutôt que de rester dans des emplois agricoles.

Au Nigéria également, Oluwaseun Oginni a examiné la migration rurale-urbaine et a constaté que 43% des jeunes migrants sont des femmes. Un avenir meilleur, des opportunités d’éducation et le mariage sont parmi les raisons pour lesquelles les jeunes femmes quittent les zones rurales.

Adella Ng’atigwa a examiné comment donner aux jeunes les moyens de réduire les pertes horticoles après la récolte en Tanzanie et a constaté que les femmes subissent moins de pertes car elles sont plus impliquées dans la production et la commercialisation de légumes et sont plus à même de gérer les cultures périssables.

Tous ces projets de recherche illustrent également la stratégie de recherche sur le genre de l’IITA en utilisant ce que l’on appelle une «lentille inter-sectionnelle». Cela signifie un examen des inégalités profondes, parfois violentes et systématiques, qui se recoupent: telles que la pauvreté, le racisme, le sexisme, le déni de droits et d’opportunités et les différences générationnelles. De cette manière, les liens entre toutes les luttes pour la justice et l’égalité des chances sont éclairés.

Une approche de transformation du genre adoptée par l’IITA vise à s’attaquer aux causes profondes des inégalités entre les sexes pour un changement plus durable et plus significatif pour les jeunes femmes et hommes. Avec de tels changements, l’Afrique, qui compte la population la plus jeune et avec la plus forte croissance du monde, sera mieux équipée pour relever ses futurs défis avec les femmes au premier plan.

Rhoda Tumusiime et Steven Cole