Education Cannot Wait (L’Education Ne Peut Pas Attendre) s’adresse à Filippo Grandi, le 11e Haut-Commissaire des Nations Unies pour les Réfugiés. Il a été élu par l’Assemblée générale des Nations Unies le 1er janvier 2016 pour un mandat de cinq ans, jusqu’au 31 décembre 2020. Grandi est engagé dans le travail humanitaire et pour les réfugiés depuis plus de 30 ans.

17 septembre 2020 –
Education Cannot Wait (L’Education Ne Peut Pas Attendre): En tant qu’agence des Nations Unies mandatée par l’Assemblée générale des Nations Unies pour fournir une protection internationale et rechercher des solutions pour les réfugiés, pourriez-vous, s’il vous plaît, préciser l’importance globale de l’éducation pour les enfants réfugiés en tant que composante de protection et de solutions?

Filippo Grandi: L’école est souvent l’une des toutes premières choses que les familles réfugiées demandent après avoir été déplacées. Soucieux de retrouver un sentiment de normalité et de dignité après le traumatisme du déracinement, elles sont également fortement investies dans l’avenir de leurs enfants. De nombreux enfants et jeunes sont déplacés plusieurs fois avant de traverser une frontière et de devenir réfugiés. Pour ces enfants, l’école est le premier endroit où ils commencent à retrouver un sentiment de routine, de sécurité, d’amitié et même de paix. L’éducation joue un rôle clé, à la fois en assurant la protection des enfants et des jeunes et en aidant les familles et les enfants à se focaliser sur la reconstruction de leur vie et le retour à de nombreuses activités dans lesquelles ils se seraient normalement engagés avant le déplacement.

Comme l’a montré le récent Rapport sur l’Education 2020 du HCR, si l’accès à l’enseignement primaire a connu quelques succès, ceux-ci ont ralenti. Les taux bruts de scolarisation montrent que 77 pour cent des enfants réfugiés sont inscrits dans l’enseignement primaire, mais ce pourcentage chute considérablement à 31 pour cent au niveau secondaire. Les filles sont touchées de manière disproportionnée. Étant donné que les données mondiales montrent la nature protectrice importante de l’enseignement secondaire pour les filles, il s’agit d’un aspect clé du travail du HCR et de partenaires comme Education Cannot Wait.

Ensemble, nous demandons que l’inscription des réfugiés dans l’éducation à tous les niveaux soit portée au niveau mondial afin de permettre aux millions d’enfants et de jeunes du monde entier qui ont été contraints de fuir leurs maisons de se bâtir un avenir meilleur pour eux-mêmes et leurs familles et leurs communautés. Autorisés à apprendre, à se développer et à s’épanouir, les enfants grandiront pour contribuer aux sociétés qui les accueillent mais aussi à leur pays d’origine lorsque la paix permettra leur retour. L’éducation est l’un des moyens les plus importants de résoudre les crises mondiales.

Education Cannot Wait: – Vous êtes un membre de longue date du groupe de pilotage de haut niveau d’Education Cannot Wait. Comme vous le savez, Education Cannot Wait est conçu pour garantir que les enfants puissent poursuivre leurs études en cas d’urgence et de crise prolongée. Veuillez expliquer les besoins particuliers des enfants réfugiés pendant les situations d’urgence et les crises prolongées, et comment voyez-vous Education Cannot Wait contribuer à satisfaire ces droits et besoins?

Filippo Grandi: Le Pacte mondial pour les réfugiés demande des mesures pour permettre aux enfants et aux jeunes de reprendre leur apprentissage dans les trois mois suivant leur déplacement. Cet objectif met en évidence le rôle important que l’éducation – formelle et non formelle – joue pour aider les enfants à reprendre leurs activités normales. Les enfants peuvent ressentir un sentiment d’appartenance avec leurs pairs dans les salles de classe, avoir la possibilité de jouer et de participer à des activités récréatives, et recevoir des informations potentiellement vitales sur des questions liées à la santé, à l’hygiène et à la sécurité. Les écoles donnent également accès à des services de soutien, tels que des programmes de conseil et d’alimentation scolaire.

Préparer les enfants réfugiés à intégrer les systèmes éducatifs nationaux des communautés d’accueil est essentiel et nécessite une collaboration étroite avec les ministères de l’Éducation pour éliminer les obstacles administratifs et politiques à la scolarisation. Cela implique également de garantir que les enfants possèdent les compétences et les capacités nécessaires pour s’épanouir une fois qu’ils sont inscrits à l’école. Les cours d’apprentissage des langues – en particulier lorsque la langue d’enseignement est différente – les programmes de rattrapage et l’éducation accélérée soutiennent tous l’inscription des enfants à l’école et leur capacité à apprendre efficacement. Il est également important de fournir des informations et une assistance matérielle pour aider les familles à surmonter certains des obstacles pratiques à la scolarisation. Le soutien psychosocial est également essentiel pour les enfants qui ont subi le traumatisme du déplacement et qui ont besoin d’aide pour s’adapter à de nouvelles situations et à de nouveaux environnements.

Le soutien fourni par Education Cannot Wait permet aux agences et organisations de s’assurer que les services sont fournis après le début d’une urgence pour répondre aux besoins immédiats qui ont été mis en évidence ci-dessus, en se focalisant à la fois sur les besoins de protection et d’éducation et en veillant à ce que les enfants soient préparés pour inclusion dans les programmes d’éducation formelle. Education Cannot Wait a également joué un rôle central en appelant les donateurs à investir dans l’éducation pendant et après les situations d’urgence afin de garantir que les besoins éducatifs des enfants puissent être satisfaits pendant les crises humanitaires, comme en témoigne l’augmentation des investissements dans l’éducation dans les situations d’urgence au cours des quatre dernières années.

Education Cannot Wait: Un nombre important de promesses faites par les pays et d’autres parties prenantes lors du Forum mondial 2019 sur les réfugiés était axé sur l’éducation, y compris les promesses individuelles et conjointes faites par Education Cannot Wait mettant en évidence les investissements pluriannuels pour augmenter les opportunités dans l’enseignement secondaire pour les enfants réfugiés, et en travaillant avec d’autres fonds mondiaux pour soutenir une éducation de qualité pour les réfugiés. Quels sont les écarts de financement pour l’éducation des réfugiés dans le monde et où les donateurs peuvent-ils le mieux aider, notamment les pays, la société civile et les entreprises privées?

Filippo Grandi: Alors que le financement de l’éducation dans les situations d’urgence a été multiplié par cinq entre 2015 et 2019, l’éducation ne reçoit généralement qu’entre 2 et 5% du budget total des appels humanitaires. Alors que nous passons de situations d’urgence à des crises prolongées, il y a un risque que les dépenses d’éducation soient encore moins prioritaires, ce qui rend plus difficile d’aider les gouvernements hôtes à continuer de fournir des services éducatifs sur une période prolongée.

Les déficits de financement dans l’éducation signifient qu’il est souvent difficile de garantir que les enfants et les jeunes achèvent un cycle complet d’éducation, passant de l’enseignement primaire à l’enseignement secondaire et supérieur. Les chiffres mondiaux montrent qu’il y a une baisse spectaculaire des inscriptions entre l’enseignement primaire et secondaire et que seulement 3 pour cent des jeunes réfugiés sont inscrits dans des programmes d’enseignement supérieur.

Les déficits de financement signifient également que ceux qui en ont le plus besoin, y compris les enfants des ménages dirigés par des femmes ou des enfants et les personnes handicapées, ne reçoivent pas le soutien spécialisé nécessaire pour jouir pleinement de leur droit à l’éducation. L’engagement conjoint au Forum Mondial sur les Réfugiés par Education Cannot Wait, la Banque mondiale et le Partenariat mondial pour l’éducation a le potentiel de changer la donne en garantissant que les systèmes sont renforcés et soutenus afin que les réfugiés et autres populations vulnérables bénéficient d’un accès continu à l’éducation.

Education Cannot Wait: Education Cannot Wait a consacré sa deuxième série d’investissements COVID-19 Première Intervention d’Urgence aux situations de réfugiés à travers le monde. Pourriez-vous, s’il vous plaît, élaborer sur certaines des urgences clés en termes d’éducation des réfugiés pour le HCR et la différence que l’intervention d’urgence d’Education Cannot Wait pour COVID-19 fera?

Filippo Grandi: La fermeture d’écoles à travers le monde signifiait en fait que 90 pour cent des enfants réfugiés inscrits dans des écoles et des programmes éducatifs n’étaient pas en mesure de continuer à recevoir une éducation.

Comme ils sont situés dans certaines des régions les plus reculées des pays ou ont des ressources limitées chez eux, ils n’ont pas pu bénéficier pleinement des programmes d’apprentissage à distance et à domicile et risquent sérieusement de prendre du retard sur le plan académique. Ce risque est encore plus grave pour les adolescentes, où environ 50 pour cent des filles scolarisées risquent de ne pas revenir une fois les cours repris. La fermeture des écoles signifie également que bon nombre des services de soutien intégrés mentionnés précédemment (distribution de nourriture, soutien psychosocial et activités récréatives et programmes de soutien à l’apprentissage) ont été perturbés.

Les familles qui ont perdu leurs moyens de subsistance à la suite de la pandémie subissent une pression économique accrue et peuvent ne pas donner la priorité à dépenser le peu de ressources dont elles disposent pour la scolarisation afin de garantir que leurs besoins les plus élémentaires soient satisfaits. Tous ces facteurs contribuent à accroître les risques de protection pendant les périodes de fermeture des écoles, laissant le futur éducatif de nombreux enfants réfugiés en suspens.

Poursuivre l’éducation pendant une pandémie nécessite de l’ingéniosité, de l’innovation, de l’invention et de la collaboration. Le financement d’Education Cannot Wait pour la réponse au COVID-19 jouera un rôle clé dans l’atténuation de ces risques, en trouvant des moyens de garantir que les élèves puissent continuer à apprendre pendant les fermetures d’écoles, en diffusant des informations aux familles de réfugiés sur les procédures de réouverture et les protocoles de sécurité qui seront mis en place, la formation des enseignants à l’adaptation à la pandémie, la fourniture de matériel supplémentaire aux élèves, la mise en œuvre de campagnes de retour à l’école et les améliorations indispensables aux installations d’eau et d’assainissement dans les écoles. Bon nombre de ces activités ont déjà été lancées avec le généreux soutien d’Education Cannot Wait.

Education Cannot Wait: le HCR et l’ECW ont également collaboré étroitement avec les gouvernements hôtes, les acteurs humanitaires et de développement pour développer des investissements pluriannuels dans la résilience, tels que le Plan d’Intervention en matière d’Education pour les Réfugiés et les Communautés d’Accueil en Ouganda. Comment voyez-vous ce renforcement de l’éducation des réfugiés et des communautés d’accueil dans le lien entre l’humanitaire et le développement?

Filippo Grandi: Le thème du rapport 2020 du HCR est «Se Rassembler pour l’Education des Réfugiés». Cette focalisation fait vraiment écho au Pacte mondial sur les réfugiés, qui préconise une approche «pour l’ensemble de la société» pour garantir que les besoins des réfugiés et des communautés d’accueil soient satisfaits. Cela signifie qu’une série de parties prenantes ont un rôle à jouer dans la réalisation des objectifs du Pacte. La présence d’un plan clair et d’un ensemble d’objectifs pour soutenir l’accès à l’éducation aide à définir les rôles et les domaines de contribution pour un large éventail de parties prenantes. Il est essentiel qu’il existe des liens entre les plans de réponse humanitaire et de réfugiés, les plans de résilience pluriannuels et les plans de développement sectoriel à plus long terme.

L’appui d’Education Cannot Wait aux programmes d’éducation immédiatement après le début d’une urgence et l’aide à plus long terme fournie par le biais des programmes pluriannuels de résilience jouent un rôle crucial pour combler le fossé entre le financement de l’aide humanitaire et celui du développement. L’inclusion des réfugiés dans les systèmes éducatifs du pays d’accueil signifie que les bailleurs de fonds et les autres acteurs doivent travailler en étroite collaboration avec les gouvernements pour accroître la capacité de ces systèmes à accueillir des élèves supplémentaires, développer les capacités des enseignants à répondre aux besoins des élèves et faire en sorte que les enfants puissent progresser à travers différents niveaux d’enseignement.

Education Cannot Wait: Auriez-vous des commentaires finaux à faire au public de l’ECW dans le monde concernant l’importance de l’éducation des enfants réfugiés dans les situations d’urgence?

Filippo Grandi: L’investissement dans l’éducation des réfugiés est essentiel pour garantir que la créativité et le potentiel des jeunes dans les régions touchées par des conflits et des crises ne soient pas perdus. Au cours de la pandémie COVID-19, les étudiants réfugiés ont joué un rôle capital dans leurs communautés travaillant en première ligne en tant que travailleurs de la santé, fabriquant des masques et du savon à distribuer à ceux qui en avaient besoin, offrant des conseils et diffusant des informations sur la santé et l’hygiène et établissant des programmes de tutorat pour les plus jeunes étudiants. Leur dynamisme, leur initiative et leur passion auraient été perdus sans un investissement précoce dans leur éducation.

L’éducation des réfugiés est un investissement rentable pour toute la communauté – et pour le monde. C’est aussi un droit fondamental pour tous les enfants qui est affirmé dans la Convention de 1951 sur les réfugiés, la Convention relative aux droits de l’enfant et la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Ce droit doit également être respecté dans les situations d’urgence où nous appelons les acteurs mondiaux à se focaliser non seulement sur l’accès, mais aussi sur la qualité de l’éducation et la capacité des enfants à apprendre, les menant vers un avenir plus brillant et plus digne.