HYDERABAD, le 20 juillet 2020 (IPS) – Ayant grandi dans la capitale sénégalaise de Dakar, Siny Samba (28 ans) a observé avec fascination sa grand-mère faire des collations pour sa famille, en utilisant les fruits frais de leur jardin. Elle aidait souvent sa grand-mère à préparer ces collations pour nourrir les enfants du quartier.

«Un jour, je vais organiser des collations pour les enfants comme le fait Grand-maman», se disait Samba.

Mais des années plus tard, lorsqu’elle s’est rendue dans les magasins locaux pour acheter des conserves de fruits, elle était déçue de ne voir que des produits importés chers sur les étagères. Ils n’avaient ni le goût frais que ceux de sa grand-mère, ni leur valeur nutritive.

Ainsi, en 2017, armée d’un diplôme d’ingénieur en agro-alimentaire de la France, Samba a lancé la première startup de l’alimentation pour bébé au Sénégal – Le Lionceau. Son objectif: offrir aux mères et aux nourrissons sénégalais un choix d’aliments transformés localement, à base de produits agricoles frais et biologiques.

Au départ, elle a commencé avec trois types de confitures de fruits. Mais maintenant, trois ans plus tard, elle s’est étendue à 15 produits, dont de la confiture, de la gelée, de la marmelade, des céréales et des biscuits. Son entreprise emploie maintenant neuf personnes et forme également des producteurs de fruits et légumes à travers le Sénégal aux techniques de récolte sûres et aux méthodes de stockage plus sûres ainsi qu’au processus de certification biologique.

«Nous avons une philosophie très simple: tirer le meilleur parti de nos fruits et légumes cultivés dans notre pays et vendre aux personnes qui aiment nourrir leurs enfants des produits sains et nutritifs. Ainsi, nous construisons une entreprise qui soutient et améliore la chaîne de valeur alimentaire locale et les agriculteurs biologiques tout en fournissant des aliments de haute qualité aux Sénégalais », a déclaré Samba à IPS.

Le Sénégal – un terreau fertile pour les startups

Le Lionceau de Samba est l’une des nombreuses startups qui se sont multipliées à travers le Sénégal ces dernières années.

Selon VC4A – une organisation qui fournit un soutien technique et financier aux startups dans le monde et au Sénégal – il y a 128 startups enregistrées dans la nation ouest-africaine, dont plus d’une douzaine appartiennent à des femmes.

Cependant, on suppose souvent que le nombre de start-ups appartenant à des femmes est beaucoup plus élevé, car de nombreuses femmes entrepreneuses hésitent à immatriculer leur entreprise en raison de taxes élevées, qui comprennent 18% de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et 30% de taxes sur les sociétés.

Les chiffres ne sont pas inhabituels pour le continent.

«La participation à des emplois informels généralement peu qualifiés et assortis de mauvaises conditions de travail est plus élevée chez les femmes que chez les hommes. En 2018, c’était le cas dans plus de 90% des pays d’Afrique subsaharienne », déclare un document de politique de Deliver for Good, une organisation mondiale de défense des droits qui défend l’égalité des sexes et la santé et les droits des filles et des femmes.

Cependant, l’introduction de la loi sénégalaise sur les startups promet de soutenir les startups, tout en allégeant leur charge fiscale.

La loi a été adoptée en décembre 2019 après 19 mois d’intenses consultations et discussions entre 60 passionnés d’innovation sénégalais, 20 organisations de supporters de startups et des représentants du gouvernement, dont l’administration fiscale, et les ministères de l’Éducation et de l’Économie et des Finances.

La loi vise à promouvoir et à offrir des allégements fiscaux et d’autres avantages aux nouvelles entreprises innovantes dans divers domaines, allant de l’alimentation et de l’agriculture à la santé et aux services bancaires mobiles. Le Sénégal n’est que le deuxième pays africain après la Tunisie à avoir une telle loi en faveur des startups.

Cela créera peut-être un environnement encourageant pour les femmes entrepreneuses, mais la loi elle-même ne contient aucune disposition spéciale à leur sujet.

«La nouvelle loi est vraiment une grande boule d’espoir pour nous tous qui avons commencé sans aucune aide extérieure et qui luttions pour tout créer à partir de zéro, comme la sensibilisation des consommateurs, la formation des fournisseurs, la création d’un marché propice, la construction d’infrastructures, etc.», déclare Samba.

Donner les informations dont les femmes ont besoin

    • Au Sénégal, 49,9 pour cent des femmes en âge de procréer souffrent d’anémie, indique le rapport mondial sur la nutrition qui décrit le fardeau de la malnutrition aux niveaux mondial, régional, sous-régional et national.
    • Chez les enfants, le taux de malnutrition aiguë est de 9%, ce qui est supérieur à la moyenne des pays en développement de 8,5%, indique le rapport.

Malgré le lourd fardeau des défis, les ressources sont toujours insuffisantes, selon de nombreux experts.

Il n’y a jamais assez d’informations crédibles à la disposition des mères sur la malnutrition, ni assez de financement pour celles qui travaillent à l’amélioration de la santé des femmes et des enfants, dit Fatou Ndiaye Turpin, directrice exécutive du Réseau Siggil Jigéen (RSJ), une organisation de défense des droits des femmes qui vise à promouvoir et à protéger les droits des femmes au Sénégal.

RSJ est également l’un des organisateurs de la coalition de la campagne Deliver for Good au Sénégal, qui fait partie d’une campagne mondiale plus large menée par Women Deliver. La campagne Deliver for Good encourage 12 investissements cruciaux dans les femmes et les filles, notamment la réduction spectaculaire de la violence sexiste; le respect, la protection et la réalisation de la santé et des droits sexuels; assurer une éducation équitable et de qualité et stimuler l’autonomisation économique des femmes.

Seynabou Thiam, entrepreneuse numérique basée à Dakar et mère de deux jeunes enfants, est d’accord avec Turpin. Au Sénégal, il n’y a pas suffisamment d’informations crédibles dans le domaine public sur des questions dont les mères ont besoin, telles que la garde des enfants, la nutrition des enfants, la santé et le bien-être des mères, etc., explique Thiam à IPS.

En 2013, Thiam a fondé Yaay.sn, un groupe de réseautage social pour les mères qui vise à combler ce manque d’information. Le réseau, première communauté sociale numérique du Sénégal, compte plus de 12 000 membres.

En utilisant des blogs, des affiches, des vidéos et des photographies comme ressources, Yaay.sn offre aux mères sénégalaises les informations dont elles ont besoin sur la garde des enfants, la nutrition et la santé via une plate-forme qui leur permet de se connecter, de partager leurs problèmes et de se soutenir mutuellement.

Thiam a remporté plusieurs prix pour sa startup, dont le Female Digital Enterprise Award en 2015 et les Africa Digital Communication Days Awards 2019.

«Nous avons actuellement deux plateformes majeures – une page de groupe sur Facebook et une chaîne sur Youtube. La construction de notre site Web a déjà commencé, donc techniquement, nous sommes actuellement dans une phase de transition. Mais j’espère que notre site Web sera bientôt terminé et opérationnel », a déclaré Thiam à IPS.

En 2011, seulement 15% des Sénégalais avaient accès à Internet, selon les données de la Banque mondiale. Mais aujourd’hui, moins d’une décennie plus tard, le nombre a considérablement augmenté pour atteindre 58%. La numérisation rapide est un facteur encourageant pour les femmes qui ont le potentiel pour devenir des entrepreneurs numériques, explique Thiam.

«Les femmes ont une approche systémique des affaires. La durabilité est toujours à l’esprit, même lorsqu’elles créent de la richesse. Elles pensent aussi constamment au bien-être de ceux qui les entourent- y compris leurs familles », a déclaré Thiam à IPS.

Des femmes vendent des produits agricoles en Casamance, dans le sud du Sénégal. Les faits montrent que la pleine participation des femmes à l’économie favorise les entreprises plus performantes et plus résilientes et soutient la croissance économique et les objectifs de développement plus larges des nations. Crédits: Stella Paul/IPS

Rejoindre la lutte contre COVID

Gaëlle Tall est la cofondatrice et directrice des ventes de Paps, une start-up d’e-logistique qui fournit des services de livraison à travers le Sénégal. Lorsque la crise du COVID-19 a commencé à affecter le pays, qui n’a pas d’épiceries en ligne, Tall a rapidement ajouté un nouveau service aux offres de Pap: la livraison de nourriture, d’eau et de produits d’hygiène aux personnes vivant sous des restrictions de verrouillage.

Une autre startup de la santé qui n’a pas tardé à se joindre à la lutte contre le COVID-19 est SenVitale, qui a créé le Passeport Universel de Santé.

Lancé en 2017 et cofondé par Nafissatou Diouf, 22 ans, le Passeport Universel de Santé est un scan QR des données médicales d’un patient qui est intégré sur une carte, un bracelet ou un pendentif. Les médecins peuvent accéder instantanément aux données médicales des patients en scannant le code QR.

Lorsque l’épidémie de COVID-19 a atteint le Sénégal, SenVitale a créé une plate-forme Web sur laquelle les citoyens peuvent passer un test d’auto-évaluation du coronavirus avant de s’approcher d’un établissement médical. Jusqu’à présent, plus de 100 000 personnes ont passé le test, allégeant ainsi une partie du fardeau d’un service de santé national stressé. Le Sénégal a plus de 8 000 cas signalés.

«J’ai perdu ma tante qui est décédée principalement parce qu’elle ne pouvait pas trouver suffisamment d’informations sur sa maladie. Nous voulions donc trouver un système qui aiderait nos médecins et nos professionnels de la santé à agir plus rapidement », a déclaré à IPS Diouf, qui a remporté le prix de la meilleure start-up de l’année (Sénégal) ainsi que le prix Coup de cœur féminin en 2019.

Domaines en attente d’interventions urgentes

La population du Sénégal, actuellement 16,7 millions d’habitants, devrait passer à 22,3 millions d’ici à 2030.

«Dans un tel contexte, les programmes de santé en matière de reproduction destinés aux jeunes et aux populations inactives sont essentiels pour que le Sénégal capture le dividende démographique et pour que la situation économique et sociale du pays s’améliore», a déclaré Turpin à IPS.

Elle a identifié quatre domaines cruciaux de la santé des femmes qui nécessitent d’urgence une plus grande attention: la mortalité maternelle, l’accès à la contraception, l’information sur la santé procréative et l’investissement.

Le volume actuel d’investissement et d’attention à tous ces quatre domaines reste insuffisant, bien que certaines ONG fournissent des services, dit Turpin.

«Les ONG sont étroitement liées aux structures de santé publique et fonctionnent la plupart du temps comme des cliniques de référence pour les clients du secteur public. Ces ONG créent également des plateformes numériques pour faciliter l’accès aux informations et aux produits sur la santé sexuelle et reproductive », ajoute-t-elle, admettant qu’aucune start-up n’est entrée dans le domaine de la santé reproductive avec un service bancable.

Peut-être qu’il est temps pour une femme de relever le défi. «Les preuves montrent que la pleine participation des femmes à l’économie favorise des entreprises plus performantes et plus résilientes et soutient la croissance économique et des objectifs de développement plus larges pour les nations», note Women Deliver dans une note de politique.

Pendant ce temps, les femmes entrepreneuses comme Samba essaient d’ajouter de la valeur à leurs services actuels en réalisant des vidéos sur la santé, la qualité des aliments, la nutrition, les aliments biologiques et la nécessité de renforcer l’immunité grâce à la consommation d’aliments frais et sains.

Les vidéos en wolof, la principale langue indigène du Sénégal, sont gratuites et remises aux femmes et aux filles qui achètent ses produits.

«Il est difficile de travailler pour la santé, la nutrition et l’alimentation», dit-elle, expliquant qu’il reste un manque de financement et d’infrastructure, les taxes sont élevées et il existe de nombreuses barrières culturelles.

«Par exemple, lorsque je vais à un rendez-vous d’affaires avec mon co-fondateur masculin, les gens lui parlent et m’ignorent», explique Samba.

Mais elle pense que les choses changent.

«Mais (il existe) de nombreuses organisations qui dispensent des formations aux femmes entrepreneuses, il existe des réseaux. Il existe une nouvelle loi et la possibilité d’améliorer la santé des femmes et des enfants. C’est donc une période passionnante pour avoir une startup. ”