NAIROBI, 15 juin 2020 (IPS) – Avec seulement un quart d’acre de terre à Kesses près de la ville d’Eldoret au Kenya dans la région de la Rift Valley, Samson Tanui pratique l’agroécologie et son unité de permaculture est devenue le centre d’attraction pour les agriculteurs de près et de loin au milieu des pénuries alimentaires pendant la pandémie actuelle de COVID-19.

“Beaucoup de gens sont impressionnés que, même avec la fermeture des marchés pour permettre la distanciation sociale et le confinement du COVID-19, mon ménage avait suffisamment de nourriture et encore plus à vendre à ses voisins”, l’agriculteur de 45 ans et père de deux enfants a déclaré à IPS.

Sur sa parcelle, il cultive différents types de légumes dont le chou frisé, l’amarante, les épinards de vigne, les épinards ordinaires, les tomates, le poivron, le piment et la morelle africaine. Pour les cultures vivrières, il cultive du maïs, des marantes et des patates douces dans une serre maison. Il élève également du poulet, possède des ruches pour le miel, des lapins, des chèvres laitières, une vache laitière et des pigeons.

En conséquence, le ménage de Tanui est en sécurité alimentaire depuis 2017 malgré le petit lopin de terre sur lequel il cultive. Il est également devenu une source d’inspiration pour plusieurs agriculteurs qui viennent chaque samedi pour en apprendre davantage sur la permaculture.

Les méthodes d’agriculture de Tanui se sont avérées durables. En fait, le Food Sustainability Index (Indice de durabilité alimentaire), créé par le Barilla Center for Food and Nutrition (BCFN) et l’Economist Intelligence Unit (EIU), reconnaît que l’agroécologie «puise dans les connaissances et pratiques agricoles traditionnelles, et joue un rôle important dans l’agriculture durable en exploitant les écosystèmes locaux ».

«Exploiter les écosystèmes locaux, par exemple en utilisant la biomasse et la biodiversité, les pratiques agricoles traditionnelles impliquées dans l’agroécologie peuvent améliorer la qualité des sols et obtenir des rendements alimentaires qui fournissent une nutrition équilibrée et augmentent le commerce équitable», note l’Indice de Durabilité Alimentaire.

Cependant, une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de Biovision, du Panel international d’experts sur les systèmes alimentaires durables (IPES-Food) et de l’Institut d’études sur le développement, basée au Royaume-Uni, montre que ces techniques agricoles durables et régénératives ont été négligées, ignorées ou méprisées par les principaux donateurs.

L’étude intitulée «Money Flows: what is holding back investment in agroecological research for Africa? » (Flux d’argent: qu’est-ce qui freine l’investissement dans la recherche agroécologique pour l’Afrique?), publiée le 10 juin, portait principalement sur : la Fondation Bill & Melinda Gates, car elle est le plus grand investisseur philanthropique en agro-développement; sur la Suisse, un grand donateur bilatéral; et le Kenya, l’un des principaux bénéficiaires et exécutants de la recherche agricole pour le développement en Afrique.

Selon Hans Herren, président de Biovision, l’une des principales conclusions est que la plupart des gouvernements, dans les pays en développement comme dans les pays développés, privilégient toujours les approches de la «révolution verte», avec la conviction qu’une agriculture industrielle à grande échelle et à forte intensité chimique est la seule façon de produire suffisamment de nourriture.

«Ces approches ont échoué», a déclaré Herren, lauréat du Prix mondial de l’alimentation 1995 et du Prix Right Livelihood 2013 ». Ils ont détruit les écosystèmes, les communautés agricoles et tout un continent», a-t-il déclaré dans un communiqué à la presse.

Herren a ajouté: «Avec les défis complexes du changement climatique, la pression sur la terre et l’eau, les problèmes de santé d’origine alimentaire et les pandémies telles que COVID-19, nous devons changer maintenant. Et cela commence avec l’argent investi dans l’agroécologie. »

Cependant, la Dr Lusike Wasilwa, chercheuse principale à la Kenya Agricultural and Livestock Research Organization (KALRO), estime que les donateurs investissent plus d’argent dans l’agriculture industrielle non pas parce que c’est la solution miracle pour le Kenya et d’autres pays africains, mais parce qu’ils ont un agenda.

«Le Kenya doit se réveiller et trouver sa position dans la production de cultures telles que l’avocat et les noix de macadamia, qui sont largement cultivées en utilisant des méthodes durables et largement respectueuses de l’environnement», a déclaré Wasilwa, qui est également la directrice de Crops Systems chez KALRO. . “Aucun donateur n’est disposé à soutenir de telles cultures qui pourraient facilement rendre l’Afrique riche”, a-t-elle déclaré.

Jusqu’à présent, le Kenya est le premier pays de la production d’avocats en Afrique et le quatrième au monde. Il est également le troisième au monde pour la production de noix de macadamia.

“Nous ne devons pas laisser les donateurs définir notre programme de recherche car ils ne vont pas financer des recherches qui [aideront l’Afrique] à gagner de l’argent”, a déclaré la scientifique à IPS dans une interview. Elle a mis le gouvernement au défi d’honorer la déclaration de Malabo et d’investir au moins 10% du PIB dans l’agriculture au lieu d’attendre des donateurs pour obtenir des financements.

Selon le nouveau rapport, tout comme le cas de Tanui à Eldoret, l’agroécologie a le potentiel de renforcer la résilience et la durabilité à tous les niveaux, en réduisant la vulnérabilité aux futurs chocs d’approvisionnement et aux perturbations du commerce, en reliant les gens à la production alimentaire locale et en rendant des aliments frais et nutritifs accessibles et abordables pour tous.

Cela, selon les scientifiques, réduira les conditions de santé liées au régime alimentaire qui rendent les personnes sensibles aux maladies, et offrira des salaires justes et des conditions sûres aux travailleurs de l’alimentation et de l’agriculture, réduisant ainsi leur vulnérabilité aux chocs économiques et leurs risques de contracter et de propager des maladies.

Cependant, les résultats montrent que très peu de financement de la recherche agricole en Afrique est utilisé pour transformer ces systèmes alimentaires et agricoles.

Les scientifiques ont constaté que seulement 3% des projets de la Fondation Gates en Afrique soutiennent des approches régénératrices durables ou l’agroécologie.

Néanmoins, le rapport souligne que le soutien à l’agroécologie se développe désormais dans l’ensemble de la communauté de l’agro-développement, en particulier à la lumière du changement climatique. Mais cela ne s’est pas encore traduit par un changement significatif des flux de financement.

«Nous devons changer les flux de financement et les relations de pouvoir inégales. Il est clair qu’en Afrique comme ailleurs, les intérêts acquis soutiennent des pratiques agricoles basées sur une obsession des correctifs technologiques qui endommagent les sols et les moyens de subsistance, et créent une dépendance vis-à-vis des plus grandes entreprises agroalimentaires du monde. L’agroécologie offre un moyen de sortir de ce cercle vicieux », a déclaré Olivia Yambi, coprésidente d’IPES-Food dans un communiqué.

Selon Wasilwa de KALRO, l’Afrique possède une population énorme qui peut potentiellement fournir de la main-d’œuvre, des terres suffisantes, un bon sol et le soleil, “mais le seul problème est que nous ne soutenons pas ce qui est le mieux pour le continent”.