Nteranya Sanginga est Directeur Général de l’Institut International d’Agriculture Tropicale

IBADAN, Nigéria, 29 avril 2020 (IPS) – Les faiblesses de l’Afrique ont été brutalement exposées par la pandémie de coronavirus. Le virus a atteint presque tous les pays de ce continent de 1,3 milliard d’habitants et l’Organisation Mondiale de la Santé prévient qu’il pourrait y avoir 10 millions de cas d’ici six mois. Dix pays n’ont aucun ventilateur.

Les gouvernements luttent contre la pandémie avec des systèmes de santé faibles où les fermetures sont particulièrement punitives en l’absence d’un État providence. De nombreuses personnes vivent de revenus quotidiens, vivant de l’économie informelle dans des conditions de vie densément peuplées qui se moquent de la «distanciation sociale». L’effondrement des prix des matières premières sur les marchés internationaux et les sorties de capitaux des marchés émergents frappent les économies.

Mais les forces de l’Afrique sont également exposées. Des leçons précieuses ont été tirées des épidémies passées, telles que l’épidémie d’Ebola en 2014, et les gouvernements répondent par des mesures strictes. Loin de l’image stéréotypée du tiers-monde appelant à l’aide de pays riches, les gens font preuve de résilience, de générosité, d’esprit civique et d’ingéniosité sans limites.

La jeune population africaine donne aussi de l’espoir. Avec un âge médian de moins de 20 ans, le continent peut subir relativement moins de décès que les autres pays dont la population vieillit. La pandémie souligne ce que beaucoup mettent en garde depuis des années: les économies africaines doivent moins dépendre des exportations de matières premières et faire davantage pour s’attaquer aux problèmes urgents de l’insécurité alimentaire, du chômage des jeunes et de la pauvreté.

Le développement de l’agriculture est essentiel pour relever ces défis. La jeunesse apporte de l’énergie et de l’innovation au mélange, mais ces qualités peuvent être mieux canalisées par les jeunes Africains eux-mêmes qui mènent des recherches axées sur les résultats dans l’agro-industrie et le développement rural impliquant les jeunes. L’engagement des jeunes est essentiel.

En tant qu’organisation à but non lucratif de recherche pour le développement, l’Institut International d’Agriculture Tropicale (IITA) travaille avec divers partenaires à travers l’Afrique subsaharienne pour faciliter les solutions agricoles à la faim, à la pauvreté et à la dégradation des ressources naturelles. L’IITA améliore les moyens de subsistance, améliore la sécurité alimentaire et nutritionnelle et augmente l’emploi en tant que l’un des 15 centres de recherche du GCRAI (Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale), un partenariat mondial pour un avenir sûr.

Tout au long de la pandémie, l’IITA aide les systèmes alimentaires subsahariens en surveillant les prix des denrées alimentaires et en renforçant l’accès aux technologies et aux marchés agricoles.

Avant l’apparition du coronavirus, l’IITA avait lancé un projet de trois ans connu sous le nom de CARE (Enhancing Capacity to Apply Research Evidence) (Amélioration de la capacité à appliquer les données de recherche) pour faire mieux comprendre la réduction de la pauvreté, l’impact sur l’emploi et les facteurs influençant l’engagement des jeunes dans l’agro-industrie et les économies rurales d’exploitations agricoles et non agricoles. Le projet a été financé par le Fonds International de Développement Agricole (FIDA) et a fourni 80 bourses de recherche à de jeunes universitaires africains, en mettant l’accent sur les jeunes femmes professionnelles et les étudiantes désireuses d’acquérir une maîtrise ou un doctorat.

Les bénéficiaires ont reçu une formation sur la méthodologie de la recherche, la gestion des données, la rédaction scientifique et la production de données de recherche pour l’élaboration des politiques. Ils sont encadrés par des scientifiques et des experts de l’IITA sur un sujet de recherche de leur choix et produisent des articles scientifiques et des notes d’orientation sur leur travail.

Comment l’Afrique va-t-elle nourrir une population qui devrait doubler d’ici 2050? Comme le dit le GCRAI: nous sommes à la croisée des chemins dans le système alimentaire mondial et nous ne pouvons pas poursuivre notre trajectoire actuelle consistant à consommer trop peu, trop ou les mauvais types d’aliments à un coût non durable pour les ressources naturelles, l’environnement et la santé humaine.

Ici, en Afrique subsaharienne, l’agriculture contribue à près d’un quart du PIB et les petits exploitants agricoles représentent plus de 60% de la population. Les jeunes trouvent des carrières dans l’agro-industrie et l’IITA vise à renforcer leur capacité à informer les futurs plans d’action pour les communautés locales et jusqu’aux gouvernements nationaux, le secteur des entreprises et la communauté internationale.

Dolapo Adeyanju, un bénéficiaire de l’IITA, illustre comment l’Afrique est capable de générer plus d’engagement des jeunes dans la recherche sur les politiques, que ce soit sur les politiques, les start-ups, l’agro-industrie, les initiatives de développement ou le leadership. De nationalité nigériane, Mme Adeyanju est étudiante en Maîtrise à l’Université de Nairobi et travaille en collaboration avec l’Université de Pretoria, en se focalisant sur l’impact des programmes agricoles sur l’agripreneuriat des jeunes au Nigéria.

«Les décideurs ne peuvent pas fonctionner dans le vide», dit-elle, soulignant la nécessité de politiques appropriées basées sur des preuves pertinentes dérivées des résultats de la recherche et des recommandations.

L’élaboration de politiques efficaces permettra aux jeunes africains qui profitent déjà de la recherche agricole de vivre de l’agriculture. Le projet CARE de l’IITA contribuera à combler le déficit de la recherche spécifique aux jeunes, et le soutien du FIDA garantit que les jeunes Africains auront une voix sur la manière dont ils peuvent contribuer à cet effort.

L’Afrique n’était pas bien préparée à une crise de cette ampleur dans la pandémie du COVID-19. Les universités ont été fermées, les frontières fermées et le commerce a chuté. La pandémie a mis en évidence un sous-investissement de plusieurs décennies dans des secteurs vitaux et a démontré l’importance de la collaboration scientifique et éducative. L’accent immédiat sera naturellement mis sur la réponse directe à la maladie en termes de recherche médicale, d’équipement et de soins de santé. Mais alors que la pandémie se propage, l’Afrique doit garder un œil sur les besoins de développement à long terme. L’IITA jouera son rôle en équipant la prochaine génération pour faire progresser l’agriculture et nourrir la population africaine.