Alors que la planète brûle, un million d’espèces dans l’écosystème mondial menacées d’extinction

NATIONS UNIES, 18 février 2020 (IPS) – Lorsque le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, s’est adressé à l’Assemblée générale de 193 membres en décembre dernier, il s’est appesanti sur la crise climatique qui couve – soulignant que les cinq dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées.

Les calottes glaciaires fondent, a-t-il déclaré. Rien qu’au Groenland, 179 milliards de tonnes de glace ont fondu en juillet. Le pergélisol dans l’Arctique est en train de dégeler 70 ans avant les projections. L’Antarctique fond trois fois plus vite qu’il y a dix ans.

«Le niveau des océans augmente plus rapidement que prévu, mettant en danger certaines de nos villes les plus grandes et les plus importantes sur le plan économique. Plus des deux tiers des mégapoles du monde sont situées en bord de mer. Et tandis que les océans montent, ils sont également empoisonnés », a prévenu Guterres.

Et alors que la planète brûle, un million d’espèces dans l’écosystème mondial sont en danger d’extinction à court terme

Selon une nouvelle enquête menée par Future Earth auprès de 222 scientifiques éminents de 52 pays, il existe cinq risques mondiaux: l’échec de l’atténuation et de l’adaptation au changement climatique; événements météorologiques extrêmes; perte importante de biodiversité et effondrement de l’écosystème; crises alimentaires; et les crises de l’eau. Et quatre d’entre eux – le changement climatique, les conditions météorologiques extrêmes, la perte de biodiversité et les crises hydriques – ont été considérés comme les plus susceptibles de se produire?

Interrogée sur la catastrophe imminente, la Dre Anne Larigauderie, secrétaire exécutive de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) a déclaré à IPS que le changement climatique, les événements météorologiques extrêmes, la perte de biodiversité et les crises alimentaires et hydriques se produisent déjà, principalement en raison des activités humaines, et ils ont un impact profond sur la vie des populations à travers le monde.

«Il est donc impératif que la communauté des scientifiques et des experts fasse entendre sa voix – comme l’a fait Future Earth, en s’appuyant sur les messages clés du rapport mondial d’évaluation de l’IPBES – pour fournir aux décideurs les preuves et les options dont ils ont besoin pour agir. ”

Cependant, ce qui est vraiment significatif, c’est que ce n’est pas seulement la voix de la science qui parle maintenant pour la nature – considérez que la communauté mondiale des affaires s’est également fait de plus en plus entendre sur les risques de la crise de la nature et la nécessité d’une action fondée sur des preuves.

Par exemple, dans le dernier rapport sur les risques mondiaux du Forum économique mondial, les cinq principaux risques perçus sont tous environnementaux et de «réflexion systémique», comme demandé.

Les décideurs ont un large éventail d’options à travers les secteurs, les systèmes et les échelles pour passer à des voies plus durables.

Dre Anne Larigauderie

Un million d’espèces sont menacées d’extinction, mais les solutions à la crise de la nature sont toujours à notre portée, a déclaré la Dre Larigauderie, dans un entretien avec IPS.

Dans la perspective de la célèbre Conférence des Nations Unies sur la biodiversité d’octobre, des responsables et des experts se réuniront au siège de la FAO, à Rome, du 24 au 29 février pour des négociations sur le projet initial d’un cadre mondial de biodiversité post-2020 et d’objectifs pour la nature jusqu’en 2030.

Le nouveau cadre sera examiné par les 196 Parties à la Convention sur la diversité biologique (CDB) lors de la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité de 2020 (CDB COP15), à Kunming, Chine, du 15 au 28 octobre.

Extraits de l’interview:

IPS: Combien des 20 objectifs d’Aichi pour la biodiversité – y compris l’intégration des valeurs de la biodiversité dans les stratégies nationales et locales de développement et de réduction de la pauvreté – ont été atteints jusqu’à présent/seront toujours atteints même si l’échéance de 2020 se profile à l’horizon?

Dr Larigauderie: Le Rapport d’Evaluation Mondiale de l’IPBES montre que, sur les 20 objectifs d’Aichi pour la biodiversité, des progrès satisfaisants ont été accomplis vers les composantes de seulement 4 objectifs, des progrès modérés vers les composantes de 7 autres objectifs, avec des progrès médiocres vers toutes les composantes de 6 autres objectifs. Les actions de conservation, y compris les aires protégées, les efforts visant à gérer l’utilisation non durable et à lutter contre la capture et le commerce illicites des espèces, ainsi que la translocation et l’éradication des espèces envahissantes, ont réussi à empêcher l’extinction de certaines espèces.

De bons progrès ont été réalisés sur moins de 10% des 54 éléments totaux. Sur 39% des éléments, des progrès médiocres et même une perte de progrès ont été constatés.

En conséquence, l’état de la nature dans son ensemble continue de décliner, 12 des 16 indicateurs montrant une tendance à l’aggravation significative.

Il n’a jamais été aussi urgent pour les décideurs à tous les niveaux d’avoir les meilleures preuves et de tenir compte des avertissements de la science, car les décisions prises maintenant auront des implications directes sur notre avenir commun.

IPS: Que fait le monde par rapport aux objectifs de développement durable (ODD), en particulier en ce qui concerne l’impact de la crise de la nature et le manque probable de la plupart des objectifs d’Aichi pour la biodiversité sur les efforts pour les atteindre?

Dr Larigauderie: Le développement humain dépend directement de la nature – de la sécurité alimentaire et hydrique aux emplois, à la santé et au bien-être général. Les déclins rapides que nous constatons actuellement dans la biodiversité, et bon nombre des apports de la nature aux populations, signifient que la plupart des objectifs de développement internationaux ne seront pas atteints – à moins d’apporter des changements fondamentaux à l’échelle du système. Le Rapport d’Evaluation Mondiale de l’IPBES a révélé que 80% des cibles des ODD évaluées seront sapées par des tendances négatives dans la nature.

Les objectifs de développement durable et les objectifs d’Aichi pour la biodiversité sont étroitement liés, bon nombre des objectifs d’Aichi ayant été intégrés dans les ODD.

Notre échec à atteindre les objectifs d’Aichi n’augure rien de bon pour les efforts visant à atteindre les ODD – à moins que nous ne percevions une réorganisation fondamentale à l’échelle du système à travers des facteurs technologiques, économiques et sociaux, y compris les paradigmes, les objectifs et les valeurs – pour s’attaquer aux moteurs directs et indirects de la crise de la nature.

Outre des liens nets avec le climat, les océans et la terre, la crise de la nature a des implications directes pour la pauvreté, la faim, la santé, l’eau et les villes, en plus d’une relation plus complexe avec l’éducation, l’égalité des sexes, la réduction des inégalités et la promotion de la paix et de la justice.

Sans changement transformateur visant à la fois les causes directes et indirectes de la perte de biodiversité, nous n’atteindrons pas les objectifs de développement durable.

IPS: Comment l’augmentation de la population mondiale – des 7,6 milliards actuels à environ 8,6 milliards en 2030, avec 43 villes atteignant plus de 10 millions chacune d’ici 2030 – aura-t-elle un impact sur les objectifs de biodiversité? Il existe déjà des avertissements selon lesquels l’augmentation de la population aura des conséquences négatives sur la demande de ressources, y compris la nourriture, les infrastructures et l’utilisation des terres.

Dr Larigauderie: La croissance démographique est un important moteur indirect de changement dans la nature. Depuis 1970, la population humaine a plus que doublé, mais en même temps, la consommation par habitant a également fortement augmenté [15% depuis 1980], l’économie mondiale a presque quadruplé, le commerce mondial a décuplé et les coûts de production et de consommation à l’environnement et à la société se sont éloignés des personnes les plus directement responsables.

En d’autres termes, la croissance démographique est importante mais n’est que l’un des nombreux moteurs indirects clés du changement qui sous-tendent l’utilisation non durable de nos ressources naturelles. D’autres facteurs indirects importants comprennent l’économie et la technologie, les institutions et la gouvernance et les conflits, tous ces éléments dépendant de nos valeurs et de nos comportements.

S’attaquer à tous les moteurs indirects, y compris la croissance démographique, de manière intégrée et holistique, nous permettra au mieux d’atteindre nos objectifs de développement mondial communs.

En effet, comme le notent les coprésidents du Groupe de travail à composition non limitée de la CDB sur le Cadre mondial pour la biodiversité après 2020, «les changements de grande ampleur qui sont nécessaires pour atteindre la Vision 2050 nécessiteront un degré de collaboration et un engagement de l’ensemble de la société. ” (Projet nul, page 3, 6 f))

IPS: Dans cette importante «super année» pour la nature, avec des étapes importantes attendues à la fois sur le changement climatique et la biodiversité, quels sont les plans pour réunir les communautés de scientifiques /d’experts du climat et de la biodiversité afin d’aider à mieux éclairer les décisions et les actions pour la décennie à venir?

Dr Larigauderie: 2020 a un réel potentiel pour être un tournant pour la société, où nous pouvons commencer à transformer globalement notre relation avec la nature. La «Super Année pour la Nature» est l’occasion pour les décideurs de tous les niveaux de la société d’écouter la science et d’agir sur la biodiversité et le changement climatique. L’enjeu ne pouvait être plus élevé.

Le changement climatique et la perte de biodiversité sont des défis inséparables qui doivent être relevés ensemble, dans la communauté scientifique ainsi que dans les politiques et les entreprises.

Du 12 au 14 mai de cette année, bien avant les deux grandes conférences des Nations Unies sur la biodiversité et le climat en 2020, l’IPBES et le GIEC parraineront conjointement un atelier – le premier du genre – pour réunir des scientifiques de premier plan afin qu’ils se focalisent sur les opportunités de relever ces deux défis et sur les risques de les relever séparément.

Le rapport de l’atelier sera un document important informant les Conférences des Parties à la CDB et à la CCNUCC (COP15 et COP 26, respectivement) concernant la mise en œuvre de l’Accord de Paris, du cadre pour la biodiversité après 2020 et des objectifs de développement durable.

L’évaluation mondiale de l’IPBES a révélé que les solutions basées sur la nature peuvent fournir plus d’un tiers de l’atténuation climatique nécessaire pour maintenir le réchauffement en dessous de 2 ° C.

L’auteur peut être contacté à thalifdeen@aol.com

Thalif Deen