NAIROBI, 22 janvier 2020 (IPS) – Ce qui s’entrepose entre Soi Cate Chelang et son rêve de transformer sa petite entreprise de fabrication de palettes en une grande entreprise, c’est le capital.

Au Kenya, Chelang pourrait bien être une pionnière dans la fabrication de sièges à partir de palettes en bois – les morceaux de bois plats utilisés pour soutenir les marchandises ou les conteneurs pendant le transport.

Bien qu’elle n’ait aucune formation formelle en menuiserie, Chelang dit à IPS qu’elle vient d’une longue lignée de menuisiers, ayant suivi une formation avec son grand-père et son oncle. Et ce qu’elle ne sait pas, elle apprend des leçons en ligne sur la menuiserie.

Elle a lancé l’entreprise il y a plus de dix ans – avant que quiconque ne le fasse – et ses produits ont été appréciés des consommateurs.

«Mes créations se distinguent parce que je combine de nombreux éléments différents. Il ne s’agit pas seulement de transformer le bois en siège. J’utilise des tissus colorés et les clientes apprécient les tissus qui égayent leur maison. Je fabrique également des meubles pour enfants à partir de palettes et j’utilise des tissus qui contiennent des dessins animés populaires », explique-t-elle. Chelang vend son canapé de palette domestique à trois places pour 100 à 300 dollars, selon le design et le matériau utilisé.

Les clients recherchent ses services via ses pages de médias sociaux où elle commercialise ses produits sous le nom de Soi Pallet Designs.

Pas assez de crédit pour l’expansion

Mais la femme de 35 ans craint que l’occasion de profiter de ses créations uniques ne lui passe.

«Je n’ai pas l’argent pour mettre en place un atelier et une salle d’exposition appropriés. Je ne peux pas demander de contrat pour fabriquer des sièges de palette pour les principaux clubs de divertissement de la ville parce que je n’ai pas de capital pour financer de si grosses commandes », dit-elle, expliquant que ces clubs sont intéressés par ses conceptions.

«J’ai réussi à prendre une commande de 5 000 dollars en 2018 parce qu’un de mes mentors m’a fourni le capital pour financer la commande», dit-elle.

Mais c’était une seule fois. Parce que sans garantie, dit-elle, les banques ne lui accorderont pas de prêt commercial. Donc pour l’instant elle doit faire des sièges sur commande. Même dans ce cas, ses clients doivent d’abord payer 30 à 50 pour cent du coût total pour lui permettre d’acheter des matériaux et de payer une partie de ses coûts de main-d’œuvre.

«Je travaille avec trois menuisiers que je paie quotidiennement. Nous ne prenons qu’une seule commande à la fois car je n’ai pas d’atelier approprié et je ne peux pas me permettre d’embaucher plus de menuisiers», explique Chelang.

Les circonstances ont limité son entreprise à son domicile de la ville de Kisumu, située à quelque 350 kilomètres de Nairobi, la capitale du Kenya.

Crédit traditionnel non disponible pour les femmes africaines

Mais l’incapacité de Chelang à développer son entreprise n’est pas une nouvelle histoire. Selon l’indice MasterCard des femmes entrepreneurs 2017, le manque de capitaux est l’un des principaux défis auxquels sont confrontées les femmes qui font des affaires en Afrique aujourd’hui, en particulier en Afrique subsaharienne.

Cela malgré les données du rapport Global Entrepreneurship Monitor (GEM) de 2017-2018 montrant que l’Afrique subsaharienne a pris la tête de la seule région où les femmes constituent la majorité des travailleurs indépendants.

    • Selon le rapport, à l’échelle mondiale, l’Afrique possède les attitudes les plus positives envers l’entrepreneuriat, 76% des adultes en âge de travailler considérant l’entrepreneuriat comme un bon choix de carrière, tandis que 75% pensent que les entrepreneurs sont admirés dans leur société.
    • Au cours de la dernière décennie, le nombre de femmes rejoignant l’entrepreneuriat est en constante augmentation, indique le rapport du GEM. Les femmes sont des créatrices de haute technologie au Kenya ou, comme Chelang, font des vagues dans le secteur informel.
    • Les femmes entrepreneurs sont également présentes dans le secteur de la fabrication d’acier en Afrique du Sud et dans les entreprises agro-industrielles de cacao en Côte d’Ivoire et dans la grande région de l’Afrique de l’Ouest.
    • Encore plus impressionnant, l’indice MasterCard des femmes chefs d’entreprise 2017 indique que l’Ouganda et le Botswana ont le pourcentage le plus élevé de femmes chefs d’entreprise au monde. Les autres pays de cette ligue sont le Kenya, le Ghana, le Nigéria et la Zambie.

Les femmes entrepreneures ont tout à gagner du financement de l’action positive de la Banque africaine de développement. Crédit: Miriam Gathigah / IPS

Mettre en place des structures financières durables au profit des femmes africaines

Consciente des contraintes financières auxquelles sont confrontées les femmes dans les affaires, la Banque africaine de développement (BAD) déploie des efforts concertés pour combler l’écart de financement croissant entre les hommes et les femmes entrepreneurs en Afrique.

La banque panafricaine a placé l’écart de financement entre hommes et femmes entrepreneurs à travers l’Afrique, à un énorme 42 milliards de dollars.

Pour combler cette lacune, les chefs d’État africains ont lancé le programme d’Affirmative Finance Action for Women in Africa (AFAWA) en 2016.

    • En tant qu’initiative panafricaine conjointe entre la BAD et le Fonds africain de garantie, l’AFAWA est un mécanisme de partage des risques qui réduira les risques de prêt aux entreprises appartenant à des femmes et dirigées par des femmes.
    • Lors du dernier Sommet mondial sur le genre tenu à Kigali en 2019, l’AFAWA a été officiellement lancée au Rwanda. Le programme d’action positive a reçu un engagement d’un million de dollars du gouvernement rwandais. Toujours en 2019, les dirigeants du G7 ont approuvé un paquet totalisant 251 millions de dollars à l’appui de l’AFAWA.
    • En outre, Attijariwafa Bank, une banque commerciale multinationale marocaine, et le Fonds africain de garantie ont signé un protocole d’accord de 50 millions de dollars sur les prêts à risque aux femmes par le biais de garanties partielles.

En utilisant une approche holistique, ce programme d’action positive s’attaquera aux principaux facteurs qui empêchent les femmes en Afrique, y compris l’accès aux produits et services financiers tels que les prêts. Par conséquent, ces services financiers seront également accessibles et abordables.

Le financement de l’AFAWA débloquera trois milliards de dollars de crédit pour les femmes dans les affaires et les entreprises en Afrique. Pour atteindre cet objectif, ce programme travaillera avec les banques commerciales et les institutions de microfinance existantes pour concevoir des changements structurels durables, au profit des femmes à travers le continent.

En outre, il y aura un système de notation pour évaluer les institutions financières en fonction de la mesure dans laquelle elles prêtent aux femmes et de l’impact socio-économique qui en résulte. Les meilleures institutions bénéficieront de conditions préférentielles de la banque panafricaine.

Des entreprises durables appartenant à des femmes contribueront à l’économie

Des experts financiers comme Irene Omari affirment que l’AFAWA est importante pour l’inclusion financière des femmes. Banquière et chef de file dans la ville lacustre de Kisumu, Omari a déclaré à IPS que «les banques ne prennent pas les femmes entrepreneures au sérieux. Les banques sont encore loin d’embrasser les femmes qui font des affaires. Nous sommes toujours considérées comme un risque très élevé par les institutions financières car nous manquons de garanties ».

En tant que propriétaire unique de Top Strategy Achievers Limited, une société de marque et d’impression de plusieurs millions de shillings, elle ne connaît que trop bien les défis financiers auxquels sont confrontées les femmes d’affaires aujourd’hui.

«J’ai commencé à travailler à 23 ans dans l’industrie hôtelière. J’agissais également en tant qu’intermédiaire entre les entreprises de marque et les clients. Dans la ville de Kisumu, ces services étaient difficiles à trouver. J’ai économisé chaque pièce que j’ai gagnée et l’ai utilisée comme capital », dit-elle.

Omari a immatriculé son entreprise en 2013. Elle a commencé ses opérations la même année alors qu’elle était encore employée dans une banque locale. «Mon salaire a payé les deux employés que j’avais au début, le loyer du bureau et tous les autres frais généraux jusqu’à ce que l’entreprise puisse se tenir debout», dit-elle.

Elle dit que parce que les femmes, comme Chelang, ne sont pas considérées comme bancables, elles sont considérablement contraintes de mettre en place des infrastructures physiques solides pour stimuler la croissance et la durabilité de leurs entreprises.

«C’est la raison pour laquelle les femmes sont des travailleurs indépendants où elles travaillent essentiellement pour elles-mêmes et non dans l’entrepreneuriat où elles font participer autant d’employés que possible», explique Omari.

    • Dans le cas d’Omari, elle est entrepreneure et n’a pas besoin d’être sur le lieu de travail à tout moment car l’entreprise peut prospérer et être durable même en son absence. Dans le travail indépendant, la présence du propriétaire d’entreprise doit se faire sentir en tout temps.

Francis Kibe Kiragu, maître de conférences en études du genre et du développement à l’Université de Nairobi, a déclaré à IPS que si les femmes ont suffisamment démontré leur désir de diriger leur propre entreprise, elles souffrent d’une exclusion financière paralysante.

«Les femmes exerçant une activité indépendante ou entrepreneuriale sont donc motivées par la nécessité et non par l’innovation. Elles veulent juste répondre à leurs besoins de base et, par conséquent, elles sont perçues comme contribuant très peu à l’économie », observe-t-il.

En raison de ces défis, il dit que les femmes sont plus susceptibles que les hommes de cesser de gérer une entreprise. Le rapport GEM 2017 confirme les affirmations de Kiragu car il indique que, si l’Afrique peut avoir le plus grand nombre de femmes à la tête de start-ups, le nombre de femmes à la tête d’entreprises établies est plus faible.

En fait, dans la seule région de l’Afrique subsaharienne, il y a deux femmes qui démarrent une nouvelle entreprise pour chaque femme qui dirige une entreprise établie, indique le rapport.

«J’ai commencé à concevoir, fabriquer et commercialiser mes sièges de palette à 25 ans. Dix ans plus tard, je suis toujours confronté aux mêmes défis financiers auxquels j’ai dû faire face lorsque j’ai commencé. Plusieurs fois, j’ai failli abandonner ce rêve et trouver un emploi », explique Chelang.

Grâce à l’AFAWA, nous espérons que des femmes comme Chelang pourront bientôt tirer parti des instruments financiers à leur profit et à celui de leur entreprise.