ACCRA, Ghana/JOHANNESBURG, Afrique du Sud, le 1er novembre 2019 (IPS) – La dernière fois que Siyabulela Sokomani a couru un marathon, il l’a fait avec un arbre attaché au dos. Un jeune olivier sauvage indigène pour être exact. Cela a certainement affecté son temps de course, le coureur chevronné ayant terminé la course de 42,2 km en 4,42 heures plutôt que ses 3,37 heures habituelles.

Mais l’entrepreneur, qui est copropriétaire de la pépinière éthique sud-africaine Shoots and Roots (Rejetons et Racines), qui utilise des engrais à libération contrôlée, qui sont moins nocifs pour l’environnement et 70% de pesticides en moins, le faisait pour une bonne cause.

La #runningtreecampaign – un effort de collecte de fonds par le collectif à but non lucratif d’agriculteurs dénommé Township Farmers que Sokomani a lancé avec l’activiste des droits des enfants Ondela Manjezi – levait des fonds pour planter quelque 2000 arbres indigènes dans l’ancien quartier noir de l’époque d’apartheid de Khayelitsha. En plus de planter des arbres, Township Farmers enseigne également aux écoliers comment jardiner leurs propres légumes et comment planter et prendre soin des arbres.

Sokomani a grandi à Khayelitsha, une zone connue pour le sable de plage blanc distinctif – dans lequel vous pouvez toujours trouver des coquillages – qui sert de sol. C’est un environnement dans lequel seules les plantes indigènes peuvent s’épanouir.

Sous l’apartheid, ces zones ne recevaient que peu ou pas de services et n’avaient pas d’espaces verts. Et beaucoup en manquent encore. Ce n’est que grâce à un enseignant qui lui a enseigné, ainsi qu’à ses camarades de classe, l’importance de l’environnement, du recyclage et de la culture de votre propre nourriture que Sokomani a poursuivi ses études et finalement une carrière en horticulture.

“Il n’y avait rien. Il n’y avait même pas de culture de plantation d’arbres. L’essentiel pour lequel les gens se sont efforcés était d’obtenir un emploi et de nourrir leur famille », a-t-il expliqué à IPS.

Alors Sokomani et ses amis et collègues ont frappé le trottoir, terminé le marathon du Cap et collecté de l’argent pour les arbres indigènes. Ils ont déjà commencé à les planter dans des écoles de Khayelitsha – à commencer par l’alma mater de Sokomani, l’école secondaire Zola.

Les écoles sont maintenant parsemées d’oliviers sauvages, d’oliviers sableux et de chênes argentés.

En septembre, l’horticulteur et entrepreneur Siyabulela Sokomani (à droite) et des amis ont couru le marathon du Cap avec des jeunes oliviers sauvages sanglés au dos pour collecter des fonds pour 2000 arbres indigènes qu’on a plantés dans le canton défavorisé de Kayaltishea, en Afrique du Sud. Avec l’aimable autorisation de Siyabulela Sokomani

Faire de la restauration des terres une entreprise

Sokomani, 34 ans, qui a été élu ambassadeur des jeunes menant des initiatives de restauration par la 4e restauration du paysage forestier africain (AFR100), vient de rentrer de la capitale du Ghana, Accra, où la réunion annuelle s’est terminée cette semaine.

Sa présence à AFR100, un projet où les pays africains se sont engagés à restaurer plus de 111 millions d’hectares de terres dégradées d’ici 2030, a été importante. En tant qu’entrepreneur, Sokomani était là pour montrer à d’autres jeunes africains comment créer des opportunités commerciales viables dans l’espace de restauration des terres.

Shoots and Roots compte une grande clientèle en Afrique du Sud, fournissant régulièrement 150 000 à 200 000 arbres indigènes à des clients individuels dans une seule commande, et avec une capacité de produire un million d’arbres.

«Il nous manque quelque chose. Les jeunes ne participent pas activement à la gestion des choses », a souligné Sokomani.

Le Secrétariat AFR100 de l’agence de développement de l’Union africaine, le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), coordonne les activités de restauration sur le continent, avec le soutien des partenaires techniques de l’initiative, notamment le Centre de recherche forestière internationale, le Programme de l’Environnement des Nations Unies et l’Institut les ressources mondiales (WRI), entre autres.

La dégradation des terres demeure une menace pour la sécurité mondiale, selon la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, les deux tiers de l’Afrique étant désertiques ou arides. Les chiffres de la Convention indiquent qu’en 2019, quelque 45 millions de personnes en Afrique, principalement d’Afrique de l’Est et australe, sont en situation d’insécurité alimentaire.

Outre les terres restaurées assurant la sécurité alimentaire, le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations Unies publié en août indique qu’une meilleure gestion des terres peut aider à lutter contre le réchauffement climatique et limiter les émissions de gaz à effet de serre. Les auteurs du rapport ont recommandé une action vigoureuse pour stopper les dommages aux sols et la désertification.

Engager l’énergie et l’innovation des jeunes africains

Mais beaucoup croient que sans impliquer les jeunes dans ces activités, le succès pourrait ne pas être possible.

«Nous devons impliquer les jeunes de manière significative, investir en eux. Nous devons exploiter leur énergie ou dégager le plancher. Sommes-nous prêts pour ces jeunes? », s’est interrogée Wanjira Mathai, coprésidente du Global Restoration Council du World Resources Institute et présidente actuelle de la Wangari Maathai Foundation. La mère de Mathai était feue Wangari Maathai – la première femme africaine à remporter le prix Nobel de la paix en 2004 et militante écologiste et des droits humains.

S’adressant à IPS, Mathai a déclaré que les jeunes constituaient «un groupe démographique incroyablement important dans ce mouvement de restauration» car ils étaient le plus grand groupe démographique d’Afrique. Environ 60% de la population africaine a moins de 25 ans.

«Si vous ne travaillez pas avec les jeunes, avec qui travaillez-vous parce qu’après tout, ils sont la majorité.

«La restauration et de nombreuses initiatives environnementales sont très lentes et profondes car elles prennent du temps, il faut 30 ans pour que certains arbres mûrissent et c’est rapide sous nos tropiques, cela pourrait être encore plus long – 90 ans en Scandinavie. La génération qui va concrétiser beaucoup de ces ambitions et des engagements ambitieux qui sont pris aujourd’hui est la jeunesse », a déclaré Mathai à IPS.

Elle a déclaré que les jeunes «veulent être impliqués dans des projets d’entrepreneuriat dont beaucoup sont des environnementalistes mais nous n’avons pas créé d’espaces pour eux, nous pensons souvent qu’ils sont trop jeunes».

Mathai a déclaré qu’il n’était pas évident pour de nombreux pays que les jeunes devraient être impliqués dans la restauration des terres et les efforts environnementaux et que des moyens nouveaux et innovants devaient être explorés pour soutenir l’engagement des jeunes.

«Ce que nous savons avec certitude, c’est que si nous les laissons de côté, nous les laissons à nos risques et périls car ils sont énergiques ; ils pensent différemment et ils opèrent à un niveau de conscience complètement différent qui est nécessaire, en particulier pour cette décennie, 2013 marquant la fin de nombreux objectifs ambitieux », a déclaré Mathai à IPS.

Selon la Banque africaine de développement, 420 millions de jeunes du continent âgés de 15 à 35 ans sont au chômage.

Créer des emplois en finançant des entrepreneurs

Ce défi peut être résolu si les jeunes s’aventurent dans l’agroforesterie, déclare Honorine Uwase Hirwa, fondatrice de l’initiative de restauration des paysages forestiers des jeunes du Rwanda, qui a formé plus de 15 000 jeunes Rwandais à planter des arbres.

«Il y a une opportunité en particulier dans ce mouvement de restauration, on peut créer une pépinière, on peut planter des arbres fruitiers et vendre les fruits ; il y a beaucoup d’opportunités quand il s’agit de restauration. C’est une question de leur donner les connaissances et leur faciliter l’accès au financement », a-t-elle déclaré à IPS.

Sokomani est d’accord.

En tant qu’Africain du Sud dans la province du Cap occidental, où seulement 4,9% des terres agricoles appartiennent à la population noire, pour Sokomani, il était particulièrement difficile de réussir dans une entreprise qui a besoin de terres.

Mais Sokomani n’a pas reçu de financement bancaire ou de subvention pour son entreprise et a plutôt réussi à faire prospérer l’entreprise, grâce à l’implication d’un partenaire commercial et ancien client, Carl Pretorius.

Mais il dit à IPS: “vous n’irez nulle part si vous n’avez pas de passion pour les arbres … c’est une question de passion et de ce que vous faites”.

La restauration des terres plus que la plantation d’arbres

«La restauration du paysage forestier est plus que la simple plantation d’arbres», a déclaré Mamadou Diakhite, chef d’équipe de la gestion durable des terres et de l’eau (SLWM) au NEPAD.

Plus tard, il a expliqué à IPS pourquoi cela devait être différencié: «Nous avons dû faire cette déclaration haut et fort car il y a maintenant des articles, y compris des articles scientifiques qui sont en cours de rédaction et de diffusion, qui décrivent et montrent l’initiative AFR100 comme ne plantant que des arbres, les clôturant et empêcher les communautés et les gens d’y accéder, ce qui est exactement le contraire, c’est pourquoi nous disons que la restauration va au-delà de la seule plantation d’arbres. Il s’agit davantage d’agroforesterie et d’agro écologie. »

Mathai est du même avis: «Parfois, il y a l’agroforesterie qui est la production alimentaire et d’arbres et parfois elles sont uniquement destinées à la production alimentaire. Il s’agit de comprendre le paysage, la mosaïque du paysage puis de maintenir l’intégrité du paysage dans son ensemble. La raison pour laquelle vous nous entendez tout le temps le mentionner est de nous rappeler que les paysages se produisent dans des mosaïques. »

Horticulture – une opportunité commerciale sous vos yeux

Pour Sokomani, le type d’arbres plantés reste important. Il a dit que, bien que nous entendions souvent parler de grandes initiatives audacieuses de plantations d’arbres en une seule journée, il a remis en question les types d’arbres plantés.

«Si nous ne créons pas d’opportunités entrepreneuriales en créant des pépinières qui cultivent des arbres [indigènes] et, dans certaines régions, des prairies [indigènes] et des racines tubéreuses et des plantes qui prospèrent réellement dans ces régions, nous allons vraiment gâcher », A déclaré l’horticulteur.

Il a dit avoir entendu parler des efforts de restauration des terres où le peuplier chinois, un arbre non indigène, était utilisé. “Vous ne pouvez pas restaurer des terres dégradées avec des espèces exotiques.”

Il a déclaré que les arbres indigènes devraient également être cultivés et propagés parmi les communautés locales et que les entreprises horticoles qui en résulteraient pourraient également empêcher la migration des populations locales vers les grandes villes.

«Pour les jeunes en Afrique, en Asie et en Afrique du Sud, je dis toujours qu’il est très facile de démarrer une entreprise horticole parce que vos intrants initiaux sont juste devant vous. Vous pouvez obtenir des graines d’un arbre, de votre bloc ou d’une forêt, vous pouvez faire de la division, vous pouvez faire de nombreuses autres techniques de propagation lorsque vous venez de démarrer votre entreprise », a-t-il déclaré.

Sokomani a dit que si quelqu’un n’étudiait pas l’horticulture comme il a fait, il faudrait un peu d’effort pour apprendre les techniques, mais il a insisté sur le fait qu’il ne croyait pas au mythe des «doigts verts» et que n’importe qui pouvait apprendre à propager et à cultiver des plantes.

Ce week-end, l’horticulteur/marathonien enfilera des chaussures de course et participera à l’une des courses les plus connues d’Afrique du Sud – le marathon de Soweto. Cette fois cependant, il le fera sans un arbre attaché à son dos.

“Commençons aujourd’hui, car nous n’avons vraiment pas le temps pour atténuer le changement climatique.”