JOHANNESBOURG, Afrique du Sud /BULAWAYO, Zimbabwe, le 16 septembre 2019 (IPS) – Arama Sire Camara, un vendeur de fruits et légumes de la province de Kindia, située à 135 km de la capitale guinéenne Conakry, se sent plus en sécurité à faire du commerce tard dans la nuit grâce au Projet d’Electrification Rurale, financé par un investissement de 21 millions de dollars de la Banque africaine de développement.

«Avec la lumière sur la route la nuit et l’éclairage de nos marchandises, cela signifie que nous sommes plus en sécurité, en particulier avec toutes les voitures sur la route. Vous pouvez travailler plus longtemps après la tombée de la nuit et ainsi nous pouvons tirer davantage de nos produits », dit-elle.

Shuaibu Yusuf, un agriculteur nigérian, peut désormais non seulement se permettre de payer la nourriture pour sa famille grâce à ses rendements élevés qui résultent des engrais de haute qualité auxquels il a accès grâce au programme de la BAD, Nourrir l’Afrique, mais également payer les frais d’études de ses enfants et les frais médicaux de sa famille.

Dans la province du Limpopo, en Afrique du Sud, Sarina Malatji, aujourd’hui mère de trois enfants et âgée de 39 ans, a grandi dans une région où l’accès à l’éducation était limité. Mais grâce à l’investissement de la BAD dans l’initiative Medupi de Leadership de la compagnie d’énergie publique Eskom et à la Eskom Contractors Academy, sa vie est maintenant bien loin de celle qu´elle avait dans son enfance. Elle est maintenant propriétaire de sa propre entreprise de nettoyage – Green Dot – qui emploie actuellement 115 personnes à la centrale de Medupi, l’un des plus grands projets énergétiques du pays. Elle dit que les compétences qu’elle a acquises grâce à l’initiative de leadership l’ont aidée à développer son entreprise.

Ceux-ci ne sont que les récits de quelques personnes qui ont bénéficié des investissements réalisés par la BAD à travers le continent.

Du soutien à la construction d’une ligne de transport d’électricité de 563 km au Mozambique dans le cadre d’un engagement visant à aider le relèvement après le cyclone Idai à travers la restauration des moyens de subsistance et des infrastructures; en passant par la signature d´un accord de subvention de 28,8 millions de dollars avec la Somalie pour des projets routiers et hydrauliques; la signature d´une subvention de 4,8 millions de dollars avec l’Union africaine pour la création d’un secrétariat continental du libre-échange; et l’engagement à mettre ses ressources en commun avec d’autres parties prenantes pour lutter contre l’insécurité alimentaire sur le continent, la BAD, cette année, a déjà laissé une énorme empreinte en termes de développement.

L’année dernière, le programme de référence mondiale de la banque a lancé avec succès deux importantes émissions de référence mondiales sur le marché du dollar, d’une valeur de 2 milliards de dollars chacune et d’une obligation de 1,25 milliard d’euros à 10 ans.

“L’Afrique se développera non pas à travers l’aide mais à travers la discipline des investissements”, a déclaré le président de la BAD, Akinwumi Adesina, soulignant que la banque et ses partenaires avaient lancé le Forum pour l’investissement en Afrique en 2018, qui a permis de recueillir 38,7 milliards de dollars d’investissements.

Toutefois, alors que la BAD a clôturé la 20ème réunion annuelle des principales institutions financières mondiales à son siège à Abidjan, en Côte d’Ivoire, des plans sont en cours pour donner une nouvelle impulsion au développement de l’Afrique, la banque plaidant en faveur d’une augmentation générale du capital de ses actionnaires.

La banque s’est engagée à aider l’Afrique à exploiter son potentiel pour devenir une destination d’investissement compétitive au niveau mondial. Charles Boamah, vice-président directeur de la banque, a évoqué les pourparlers autour de l’augmentation générale du capital, soulignant que «cette année est une année charnière. Des décisions très importantes sont en train d’être prises concernant le type de banque que nous voulons avoir pour les 20 prochaines années. ”

Plus tôt cette année, le Canada a engagé 1,1 milliard de dollars en capital appelable temporaire pour soutenir la BAD. Le Canada a également exhorté les autres pays membres notés AAA à se joindre au Canada pour apporter un soutien à la banque.

À l’époque, Adesina a salué l’annonce, affirmant qu’il s’agissait d’un «énorme coup de pouce». Il a déclaré que cela permettrait à la banque de “renforcer sa notation Triple A et d’augmenter ses prêts aux pays membres pendant que des discussions sont en cours entre tous les actionnaires en vue d’une augmentation de capital générale”. Le Canada est membre de la BAD depuis 1983 et en est son quatrième plus grand actionnaire parmi les pays membres non régionaux de la banque.

Adesina était au Japon à la fin du mois d’août pour assister à la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD), où il a déclaré aux entreprises japonaises que «l’Afrique offre un retour intéressant pour les investisseurs».

La BAD est optimiste quant à la croissance économique de l’Afrique, qu’elle a appuyée par le biais de divers services de financement mis à la disposition de ses 54 pays membres régionaux.

En 2018, l’Afrique a enregistré une croissance du PIB réel de 3,5%, a indiqué la banque dans son rapport annuel 2018. Il s’agit là d’une évolution positive pour exploiter de nouveaux investissements sur le continent.

La banque a indiqué que 17 pays africains avaient réalisé une croissance du PIB réel supérieure à 5% en 2018 et que 21 pays avaient enregistré une croissance comprise entre 3 et 5%. Seuls cinq pays africains ont enregistré une récession en 2018, contre huit les deux années précédentes. Six économies africaines, dont le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie, la Libye, le Rwanda et le Sénégal, font partie des dix économies les plus dynamiques du monde.

Selon la banque, certains pays non riches en ressources affichaient des taux de croissance élevés en 2018, dont la Côte d’Ivoire (7,4%), le Rwanda (7,2%) et le Sénégal (7%), soutenus par la production agricole, la demande des consommateurs, et l´investissement public.

La conjoncture économique de la plupart des pays africains a continué de s’améliorer, a expliqué la banque, imputant cela à l’assainissement des finances publiques et aux investissements massifs dans les infrastructures, aux avancées majeures en matière d’innovation financière, à l’augmentation de la demande intérieure et à des améliorations substantielles du climat des investissements.

Afrique en développement

Convaincue du fort potentiel de croissance économique de l’Afrique, la banque a continué d’investir dans divers secteurs. En 2018, la banque a approuvé des prêts d’une valeur de 9,95 milliards de dollars au titre de ses programmes High 5s – cinq programmes axés sur des secteurs clés:

    • Des autorisations s’élevant à 1,9 milliard de dollars, soit 23% de plus qu’en 2017, ont été approuvées par le programme Eclairage et Energie pour l’Afrique. 447 MW de puissance totale nouvelle ont été installés, dont 197 MW sont renouvelables. Près de 90% des prêts bancaires ont été investis dans les infrastructures.

    Nourrir l’Afrique, 19 millions de personnes ont bénéficié de technologies agricoles améliorées et de 1 700 tonnes d’intrants agricoles (engrais, semences, etc.). Près de 1,54 milliard de dollars ont été approuvés en 2018 pour transformer l’agriculture sur le continent.

    L’industrialisation de l’Afrique a permis à 154 000 propriétaires-exploitants et micro, petites et moyennes entreprises d’accéder à des services financiers. Des prêts supplémentaires ont permis de financer des activités dans un large éventail d’entreprises manufacturières et de services du secteur privé.

    Intégrer l’Afrique a vu environ 14 millions de personnes accéder à de meilleurs services de transport. La banque a approuvé des investissements pour un montant de plus d’un milliard de dollars et investi plus de 20 millions de dollars au cours des cinq dernières années dans le soutien aux accords commerciaux et dans les infrastructures de transport transfrontalier et les infrastructures énergétiques.

    • le projet Améliorer la qualité de vie des populations africaines, a vu 8 millions de personnes bénéficier d’un meilleur accès à l’eau et à l’assainissement.

«À tous points de vue, ces chiffres et ces impacts sont impressionnants», a déclaré Adesina. «Mais les besoins en Afrique sont énormes. C’est pourquoi la banque est en pourparlers avec ses actionnaires en vue d’une augmentation générale du capital, qui fera beaucoup plus pour l’Afrique, en faveur de l’Agenda 2063. »

Les risques restent

Bien que le PIB de l’Afrique a augmenté d’environ 3,5% en 2018, la croissance économique du continent est menacée par des risques nationaux internes tels que le changement climatique, la sécurité et les migrations, une vulnérabilité croissante au surendettement dans certains pays et des incertitudes liées aux élections et transitions politiques, a déclaré la banque, tout en recommandant d’importants investissements du secteur privé et des financements externes dans les infrastructures et le financement régionaux.

En moyenne, le déficit budgétaire de l’Afrique est passé de 5,8% en 2017 à environ 4,5% en 2018, tandis que l’inflation est passée de 12,6% en 2017 à 10,9% en 2018. Toutefois, la banque a déploré que ces taux de croissance restent insuffisants pour faire face aux défis persistants de chômage élevé, de faible productivité agricole, d’infrastructures inadéquates, de déficits budgétaires et actuels ainsi que de vulnérabilités de la dette.

Bien que les recettes fiscales et l’efficacité des dépenses se soient améliorées, la mobilisation des ressources nationales est généralement restée bien en deçà de son potentiel, a déclaré la banque, notant que 16 pays africains étaient classés comme étant en situation de surendettement ou à haut risque de surendettement à la fin de 2018. La banque a appelé au renforcement des liens dette-investissement pour assurer un retour social élevé sur les investissements publics financés par la dette.

«Je suis optimiste quant à l’avenir de l’Afrique. Je suis confiant dans notre capacité de banque à avoir un impact plus important sur la vie de millions de personnes sur ce continent bien-aimé que nous avons été appelés à servir », a déclaré Adesina, ajoutant:« Nous avons besoin d’un accès universel à l’électricité. Nous devons aider à rendre l’Afrique autosuffisante en nourriture. Nous devons intégrer pleinement le continent. Nous devons industrialiser le continent. Et nous devons améliorer la qualité de vie des populations africaines. ”