POHNPEI, le 8 avril 2019 (IPS) – Au cours de ses 22 années de carrière dans le secteur de la santé, Marcus Samo a vu les États fédérés de Micronésie (FSM) souffrir d’un fardeau accru de la maladie pendant que des ressources nécessaires pour y faire face soit n’ont pas évolué soit ont diminué.

Samo est Secrétaire adjoint au Département des services de santé du pays, poste qu’il occupe depuis une décennie. Il a assisté à la croissance rapide des maladies non transmissibles (diabète et affections cardiaques) et des maladies transmissibles (tuberculose et lèpre).

La Micronésie, les Îles Marshall et le Kiribati comptent parmi les taux les plus élevés au monde de lèpre, également connus sous le nom de maladie de Hansen. Mais selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la Micronésie a la prévalence la plus élevée de la maladie de Hansen dans le Pacifique.

Et Samo considère la maladie comme la principale préoccupation de son pays en matière de santé.

«Nous ne semblons pas réduire le nombre de cas de lèpre comme nous le devrions. C’est donc une grande préoccupation pour nous. Nous apprécions la manière dont nous obtenons du soutien, comme des médicaments », a déclaré Samo à IPS.

Novartis, par l’intermédiaire de l’OMS, offre actuellement la polychimiothérapie ou PCT gratuitement dans le monde entier.

Ce mois de mars, Samo a rencontré une équipe de la Fondation pour la santé Sasakawa / Fondation Nippone, dirigée par le PDG de la fondation, Takahiro Nanri. L’équipe était à Pohnpei, la capitale de la Micronésie, pour comprendre les raisons de la prévalence élevée de la maladie de Hansen dans le pays et pour évaluer son programme national de lutte contre la lèpre. L’équipe de la fondation comprenait le Dr Arturo Cunanan, un expert mondial de la lèpre, qui dirige actuellement le sanatorium et l’hôpital général de Culion aux Philippines.

Outre l’aide philanthropique, la Micronésie, à l’instar des Îles Marshall, dépend de l’aide financière des États-Unis. Cet accord est prévu dans l’accord de libre association, qui, selon le département de l’Intérieur des États-Unis, signifie «les États-Unis fournissent une assistance financière, défendent l’intégrité territoriale des FSM et permettent aux citoyens de ces États de se rendre sans entrave aux États-Unis». Cette année, 65 millions de dollars en financement Compact ont été alloués à la nation des atolls.

Samo admet que garantir les soins de santé à environ 105 000 personnes, dispersées sur 65 des 607 îles du pays, est un acte d’équilibre. Son personnel utilise souvent le budget consacré à la tuberculose pour soigner les patients atteints de la maladie de Hansen. De plus, avec un seul journal et une station de radio dans le pays, son département dispose de peu d’outils de communication de masse et dépend fortement des réseaux sociaux pour sensibiliser le public à la lèpre.

Les bureaux du Département des services de la Santé de Pohnpei, capitale de la Micronésie. Assurer les soins de santé aux quelque 105 000 personnes dispersées sur 65 des 607 îles du pays est un défi permanent. Crédit: Stella Paul/IPS

Des extraits de l’interview suivent:

Inter Press Service (IPS): Outre l’approvisionnement en médicaments, dans quels autres domaines les FSM ont-ils besoin du soutien de la communauté internationale?

Marcus Samo (MS): Outre les médicaments, le transport est un domaine dans lequel nous avons besoin d’aide. Nous rendre dans les îles pour distribuer des médicaments aux patients est très difficile pour nous. Donc, le transport est un [besoin] et la formation en est un autre.

IPS: De quel type de formation avez-vous besoin?

MS: Des formations destinées aux médecins et aux cliniciens sur l’administration des médicaments, la gestion des complications de la lèpre et des cas extrêmes. Récemment, un membre de notre personnel a reçu une formation en Inde, ce qui est très utile.

IPS: Avez-vous déjà pensé à construire un centre de traitement pour ceux qui pourraient avoir des cas graves de lèpre avancée?

MS: Nous n’y avons pas vraiment pensé, mais je pense que c’est certainement quelque chose que nous envisagerons plus tard. Je ne sais pas si nous avons des cas aussi extrêmes ici, mais seul le temps nous dira si nous devons y réfléchir sérieusement.

IPS: La lèpre est-elle une priorité? Est-ce que vous allouez suffisamment de fonds pour lutter contre la maladie?

MS: Comme vous le savez, la Micronésie tire l’essentiel de ses ressources du gouvernement américain via le Compact Fund. La plupart de nos allocations budgétaires viennent de là. Mais, tout récemment, notre ministère a également commencé à recevoir des fonds supplémentaires qui sont collectés par notre propre gouvernement national au niveau local grâce à la collecte de recettes et à d’autres fonds plus modestes que nous recevons d’autres gouvernements. Nous l’appelons le fonds juridique. Nous distribuons une partie de cet argent aux départements de la santé de nos États pour soigner toutes les maladies endémiques telles que le diabète, la tuberculose et la lèpre. C’est pourquoi je dis que la lèpre est une priorité pour nous.

IPS: Donc, pour le budget annuel de votre département, le gouvernement national vous donne de l’argent à la fois du Fonds Compact et de divers autres fonds?

MS: Oui

IPS: Mais votre programme national de lutte contre la lèpre (PNL) n’a toujours pas de fonds propre et dépend du budget du programme de la tuberculose. Est-ce correct?

MS: Nous en sommes conscients. Mais la tuberculose et la lèpre sont maintenant combinées en un seul service intégré. Parfois, ils font des ajustements internes. Mais, comme je l’ai dit, nous avons hâte de bénéficier d’un soutien financier extérieur plus important. Si nous l’obtenons, nous pourrons fournir des fonds séparément au PNL.

IPS: Quel est le montant que vous allouez aux États? Est-ce assez?

MS: Je ne peux pas vous donner de chiffre pour le moment, mais ce n’est pas suffisant. Mais, comparé à ce que nous avions il y a cinq ans, il a légèrement augmenté et nous avons juste besoin de le maintenir. Bien sûr, nous travaillons également avec nos bailleurs de fonds comme [les États-Unis] à ce sujet.

IPS: Quelle est l’importance du rôle des médias dans l’éradication de la lèpre et comment collaborez-vous avec les médias?

MS: Le rôle des médias est très important, en particulier pour éliminer la stigmatisation liée à la lèpre. Nous n’avons pas de chaîne de télévision ici. Nous avons une station de radio et un journal qui décident de leur propre contenu. Nous pouvons envisager de [faire équipe] avec eux pour produire un contenu axé sur la lèpre, comme une discussion en groupe ou une interview spéciale avec un expert invité. Mais actuellement, nous utilisons des supports que nous produisons tels que des affiches, des brochures et des dépliants.

IPS: Avez-vous déjà rencontré un patient lépreux vous-même?

MS: Seulement quand j’étais enfant. Depuis lors, je n’ai pas.