ROME, le 23 décembre 2018 (IPS) – Tandis que l’agriculture italienne occupe une position de leader en termes d’agriculture bio, d’agriculture durable et de pointe en matière de conservation de la biodiversité, la pénurie d’eau, les travailleurs clandestins et le rôle des femmes et le vieillissement combiné de sa main-d’œuvre demeurent des préoccupations pressantes.

“L’agriculture italienne est la plus verte d’Europe”, a déclaré à IPS Lorenzo Bazzana, directeur économique de Coldiretti, la principale organisation d’agriculteurs au niveau italien et européen.

«L’Italie occupe également une position de leader en matière de produits bio avec 72 000 opérateurs bio», a poursuivi Bazzana. En effet, selon les données 2014 de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 10,5% des terres arables sont consacrées à l’agriculture bio.

«Notre pays est à la pointe de la conservation de la biodiversité, avec la décision de ne pas cultiver d’organismes génétiquement modifiés (OGM) et avec 40 000 exploitations agricoles engagées pour préserver et conserver les semences et les plantes menacées de disparition. De plus, elle a la primauté en termes de sécurité alimentaire, avec le plus grand nombre de produits agroalimentaires respectant les résidus chimiques irréguliers [99,4%]. ”

L’Italie et l’indice de durabilité de l’alimentation (FSI): meilleur résultat en agriculture durable

Les données positives ont été confirmées par diverses études, telles le Food Sustainability Index (Indice de Durabilité de l’Alimentation) (FSI), développé par le Centre Barilla pour l’alimentation et la nutrition (BCFN), un groupe de réflexion multidisciplinaire travaillant pour la durabilité alimentaire. Le FSI est un indicateur de durabilité alimentaire qui a analysé 34 pays représentant 87% de l’économie mondiale (produit intérieur brut, PIB) et plus des deux tiers de la population mondiale. Il s’est focalisé sur trois grands piliers, à la lumière des objectifs de développement durable (ODD):

• agriculture durable;
• perte et gaspillage des aliments;
• défis nutritionnels.

En matière d’agriculture durable, l’Italie se hisse en tête des 34 pays classés. Il obtient des scores élevés pour «les sous-indicateurs de l’impact environnemental de l’eau sur l’agriculture, de la durabilité des prélèvements d’eau, de la rareté de l’eau et de la gestion de l’eau», selon un rapport du BCFN résumant les données dévoilées par le FSI de 2017.

“L’Italie a mis au point de nouvelles techniques pour réduire les pertes d’eau dans les milieux domestiques et agricoles”, indique le rapport.

Cependant, la pénurie d’eau dans le centre et le sud de l’Italie, par exemple au cours de l’été 2017, a mis en lumière la criticité des infrastructures d’approvisionnement en eau, qui sont mauvaises et inadéquates. Le pays affiche des résultats positifs pour de nombreux autres indicateurs tels que l’agriculture bio et des lois strictes existent pour protéger les droits fonciers des petits exploitants.

La question du travail illégal dans l’agriculture

Toutefois, selon le rapport du BCFN, le taux de participation des femmes à l’agriculture ne représente qu’un pour cent et celui des jeunes seulement 3,1%, un chiffre infime comparé à celui d’économies similaires, telle celle de l’Espagne dont près d’un tiers de sa main-d’œuvre agricole est constituée de femmes et de jeunes.

L’emploi de travailleurs clandestins est également un sujet de vive préoccupation. Selon le syndicat italien des agriculteurs, Flai-Cgil, de très nombreux agriculteurs – environ 400 000 – emploient des travailleurs clandestins.

Selon le syndicat, ces agriculteurs emploient des travailleurs clandestins par l’intermédiaire d’un marché noir exploité par des organisations criminelles, ce qui en fait un phénomène appelé «agromafia» ou «caporalato», un fléau économique et social pour le pays.

Le renouvellement des générations dans le travail agricole ne se produit pas

«Je travaille ici depuis 1981 et j’ai consacré ma vie à cette coopérative de production de produits bio», a déclaré à IPS, un sexagénaire membre de la «Cooperativa Agricoltura Nuova» («Nouvelle Coopérative Agricole»). La coopérative s’étend sur des centaines d’hectares, située à seulement 10 km du centre de Rome, et produit exclusivement des produits bio.

«Notre coopérative est déjà une réalité, elle n’a pas besoin d’être construite à partir de rien», ajoute-t-il. «Ce qui m’inquiète – et qui nous préoccupe tous ici, c’est en fait le renouvellement de génération: nous sommes pour la plupart des personnes âgées – de 50 à 60 ans – qui travaillent ici. Il n’y a pas de jeunes qui travaillent ici, ils ne veulent pas. ”

La crainte des agriculteurs, des éleveurs et des apiculteurs qui y travaillent réside dans le fait que cette région mourra un jour, car personne ne sera en mesure de gérer toutes les activités dont s’occupe la Cooperativa Agricoltura Nuova.

«Je suis terrifié par cette perspective», a déclaré à IPS Davide Pastorelli, l’un des rares jeunes travaillant dans cette coopérative. Pastorelli n’a que 30 ans et travaille depuis 10 ans chez Cooperativa Agricoltura Nuova, où il gère la production de lait et de fromage. Il doit souvent former des personnes qui viennent au travail, mais qui ne restent généralement que peu de temps et s’en vont.

«Beaucoup de jeunes ne veulent tout simplement pas faire les travaux agricoles, c’est une réalité», a-t-il déclaré. «S’il n’y avait pas assez de migrants et de handicapés qui restent ici assez longtemps pour travailler pour nous, je ne saurais vraiment pas comment nous pourrions aller de l’avant.»

Cooperativa Agricoltura Nuova est une «coopérative intégrée», c’est-à-dire qu’elle promeut une politique d’intégration en son sein, ce qui explique la présence de migrants et de personnes handicapées souffrant de maladie mentale. «Selon la loi, nous devrions avoir au moins 30% de personnes handicapées parmi nos travailleurs, alors qu’il y en a beaucoup plus», explique Letizia, membre de la coopérative.

Perspectives: “L’Italie a encore beaucoup de chemin à parcourir”

Sur la base des données positives FSI évoquées plus haut, l’Italie est sur la bonne voie, mais ne devrait sous-estimer aucun défi, que ce soit à court ou à long terme. Par exemple, le score de l’Italie dans le pilier nutritionnel du FSI n’était que modéré, avec des scores élevés dans les catégories «qualité de la vie» et «espérance de vie», et diminués par des indicateurs faibles dans la catégorie des régimes alimentaires. En particulier, des indicateurs tels que “l’activité physique”, “le nombre de personnes par restaurant fast food” ou “la réponse politique aux habitudes alimentaires” n’ont pas des scores aussi enviables par rapport à d’autres pays, ce qui fait du pilier nutritionnel celui que l’Italie doit certainement le plus mettre sous observation.

Il ne faut pas non plus sous-estimer l’objectif de réduction du gaspillage alimentaire et de sensibilisation aux habitudes alimentaires. Grâce à une attention particulière portée à la qualité des aliments et à la tradition liée au «régime méditerranéen», considéré comme le plus équilibré par les nutritionnistes du monde entier, l’Italie est au sommet en termes de longévité, avec 89,10 sur 100 le FSI. “Cependant,” a averti Bazzana, “il est vrai que, surtout chez les nouvelles générations, ces bonnes habitudes alimentaires liées au régime méditerranéen risquent de disparaître au profit de modèles alimentaires moins équilibrés, empruntés aux mauvaises habitudes et aux comportements importés. ”

«Dans les 130 recherches associées au « Manifeste pour l’Alimentation et la Santé », un document édité par l’organisation Navdanya International, qui se veut un outil utile pour tous ceux qui souhaitent amorcer une transition vers un paradigme plus durable, beaucoup des questions critiques soulignées concernent de près l’Italie », a déclaré Cavazzoni.

«Le fait qu’aujourd’hui les aliments en conserve inondent les supermarchés grâce à un marketing « astucieux » a dissocié les connaissances en matière d’aliments de leur fonction nutritionnelle, qui est très souvent médiocre», a déclaré Cavazzoni. «Et au lieu de cela, nous devons rattraper ces écarts».

Il a dit que le point crucial de la discussion est que la consommation bio doit devenir quelque chose de “populaire”, ce qui signifie “du peuple”.

«Cela ne signifie pas massifié et banalisé. Nous devons favoriser la désintermédiation, c’est-à-dire rapprocher le plus possible les producteurs des consommateurs, le long de la chaîne alimentaire. Et nous devons relancer les marchés de producteurs, car la production industrielle et les supermarchés non seulement nuisent aux petits producteurs, mais compromettent également la qualité même de nos aliments », a déclaré Cavazzoni.

«Mettre en relation les consommateurs et les producteurs, sans renoncer à la question de la qualité et à celle du prix maximum de la nourriture, voilà le point crucial sur lequel nous devons travailler.»