Eswatini fait des Progrès sur les CDN grâce au Soutien de Partenariat Crucial

MBABANE, 17 novembre 2020 (IPS) – Barry de Maine, le directeur de Green Cross Pharmacy, a perdu environ 7675 $ d’actions lorsque The Mall, le plus grand centre commercial de Mbabane, a été inondé en 2003. Mais lorsque les crues éclairs ont frappé cette année encore, il avait déjà installé une bride pour empêcher l’eau d’entrer.

“C’est le mieux que je puisse faire dans ces circonstances”, a déclaré De Maineà IPS, ajoutant: “Sinon, depuis que nous avons commencé à subir des inondations au Centre Commercial (il y a 17 ans), rien n’a été fait.”

Outre les dommages causés aux magasins du Centre Commercial, les voitures des clients ont dû être remorquées parce qu’elles flottaient dans l’eau.

Bien que De Maine attribue les inondations au changement climatique, il a déclaré que personne ne l’avait engagé pour discuter d’une solution à long terme à ce qui est devenu un événement fréquent dans la capitale.

«J’entends des gens parler des inondations mais personne n’a jamais rien proposé. Je suis prêt à écouter, mais je suis plus intéressé par l’action », a déclaré De Maine.

Il est susceptible de voir des actions car la nation d’Afrique australe est déterminée à ne laisser personne de côté, alors qu’elle renouvelle son engagement envers l’Accord de Paris. Le pays a pris son premier engagement envers l’Accord en 2015 lorsqu’il a soumis ses Contributions Déterminées au niveau National (CDN) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

Mais les premiers CDN n’avaient pas de plan de mise en œuvre, ni d’outil de calcul des coûts ou de suivi, ce qui représentait un défi, a déclaré à IPS la directrice de la Météorologie au Ministère du Tourisme et des Affaires environnementales (MTEA), Duduzile Nhlengethwa-Masina.

«Nous essayons d’intégrer tous ces éléments dans le cadre du processus d’examen pour nous assurer que nous savons qui est censé faire quoi et combien il en faut», a-t-elle déclaré.

Dans le cadre de l’Accord de Paris, les pays révisent leurs CDN pour réduire les émissions de gaz à effet de serre afin de limiter la hausse de la température mondiale et mettre en œuvre des solutions pour s’adapter aux effets du changement climatique, tous les cinq ans.

Bien qu’Eswatini soit l’un des pays en voie de développement dont la contribution aux gaz à effet de serre est minime, avec 0,002% des émissions mondiales jusqu’en 2010, il subit de graves impacts climatiques tels que des sécheresses, des tempêtes de grêle et des inondations. Selon les projections, environ 26% de la population d’Eswatini aurait été confrontée à une insécurité alimentaire aiguë entre décembre 2018 et mars 2019. Selon la Classification Intégrée de la Phase de Sécurité Alimentaire, les faibles précipitations, le début tardif de la saison agricole et les périodes de sécheresse prolongées sont quelques-unes des raisons pour lesquelles les ménages ne pouvaient pas répondre à leurs besoins pendant la période projetée.

Grâce au soutien du Climate Action Enhancement Package (CAEP), une initiative du Partenariat CDN, 63 pays reçoivent une assistance financière et technique pour soumettre des CDN améliorées et accélérer leur mise en œuvre. Eswatini est l’un d’entre eux.

Selon le Dr Deepa Pullanikkatil, coordinateur des CDN pour Eswatini, huit partenaires – Partenariat CDN, Promesse Climat du Programme des Nations Unies pour le Développement, le Marché Commun pour l’Afrique Orientale et Australe, ONU Environnement, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, le Commonwealth, l’Agence Internationale d’Energie Renouvelable et le World Resources Institute – soutiennent différentes activités dans le processus d’examen des CDN d’Eswatini.

“Le processus de révision des NDC a commencé en mai 2020 et le pays prévoit de soumettre la NDC révisée d’ici juin 2021”, a déclaré Pullanikkatil à IPS.

Le Partenariat NDC a engagé 40 partenaires de mise en œuvre dans le cadre de son Programme de Renforcement de l’Action Climatique (PRAC (ou CAEP en anglais)) qui a fourni à 63 pays une assistance financière et technique pour soumettre des CDN améliorées et accélérer leur mise en œuvre. Gracieuseté: NDC Partnership

Le MTEA et le Ministère de la Planification économique et du Développement (MEPD) dirigent le processus.

Dans ses CDN de 2015, le pays s’était engagé à produire le Plan National d’Adaptation (PNA) d’ici 2020, qui se focalisera sur le renforcement de la résilience dans différents secteurs, notamment l’agriculture, l’eau, la biodiversité et les écosystèmes, entre autres.

Pour l’atténuation, le pays s’est engagé à se focaliser sur le secteur de l’énergie – en doublant la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique national d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2010. L’accent a également été mis sur le secteur des transports pour introduire l’utilisation commerciale d’un mélange d’éthanol à 10% d’ici 2030. Le pays a fait de plus grands progrès dans son engagement de remplacer les substances appauvrissant la couche d’ozone en éliminant les HFC, les PFC et les gaz SF6.

Nhlengethwa-Masina a déclaré que bien que le pays fût en mesure de mettre en œuvre de nombreux projets dans les différents secteurs des CDN, certains objectifs n’avaient pas été atteints. Par exemple, le pays n’a pas pu achever le PNA d’ici 2020, mais elle avait de l’espoir qu’il sera prêt d’ici 2021.

«Lorsque nous soumettions les CDN, nous avions également des déclarations de conditionnalité», a-t-elle déclaré, ajoutant: «Cela était lié au fait que, même si nous nous engageons, nous ne pouvons atteindre les objectifs qu’à condition de recevoir le soutien financier et technologique dont nous avons besoin, y compris le renforcement des capacités. »

Parmi les défis de la mise en œuvre de la CDN de 2015, elle a cité des investissements inadéquats, une connaissance limitée des CDN, une incohérence politique et une implication limitée des acteurs non étatiques.

Rex Brown, un défenseur du changement climatique, a noté que le secteur privé – les industries de la canne à sucre, de l’élevage et du bois – n’est pas engagé dans le processus des CDN, mais que le changement climatique a un impact énorme sur lui.

«Nous ne pouvons pas permettre au secteur privé d’échouer, mais s’il continue de se fourrer la tête dans le sable, il fait face à un avenir bloqué», a déclaré Brown à IPS, ajoutant: «Ce ne sont pas seulement les ONG et les parapublics qui doivent s’engager dans ce processus.”

Nhlengethwa-Masina a reconnu à IPS la faible participation du secteur privé, ajoutant que lorsqu’il est invité à des réunions, seule une poignée d’entre eux y assistent et que ce sont généralement les mêmes hommes d’affaires à maintes reprises.

Elle a déclaré que le processus des CDN proposera des stratégies pour stimuler l’intérêt du secteur privé, cela étant essentiel car la composante de financement climatique se focalise sur elle.

S’exprimant lors du lancement du premier examen des CDN le mois dernier, le secrétaire principal au MTEA, John Hlophe, a déclaré qu’il était du devoir de chacun de prendre des mesures pour le climat, quel que soit le secteur dont les gens venaient.

Hlophe, qui s’adressait à des experts du secteur privé, du gouvernement et des organisations de la société civile, a déclaré que les CDN devraient appartenir à «l’ensemble du gouvernement» et à «l’ensemble de la société».

«Nous devons réfléchir profondément à la meilleure façon de mettre en œuvre les CDN une fois qu’elles auront été révisées», a déclaré Hlophe. Il a réitéré l’appel aux efforts renouvelés lancés une semaine plus tôt par Moses Vilakati, le ministre de MTEA, auprès des dirigeants politiques.

Vilakati a déclaré que pour relever des défis complexes tels que le changement climatique, le pays devait réunir les meilleurs esprits, les ressources techniques et financières qui soutiennent une action pragmatique.

«Nous ne pouvons le faire que si nous unissons nos forces», a déclaré Vilakati.

Vilakati a déclaré que l’élaboration de stratégies viables d’adaptation et d’atténuation du changement climatique dans les CDN aidera Eswatini à atteindre ses objectifs nationaux tels que Vision 2022, sa Stratégie de Développement National et la Stratégie de Relance Economique COVID-19, car tous ces objectifs étaient menacés par le changement climatique.

«Le renforcement des CDN signale également des opportunités d’investissement pour les institutions financières publiques et les investisseurs privés», a déclaré Vilakati.

Le secrétaire principal auprès du MEPD, Bheki Bhembe, a déclaré que le Plan National de Développement 2019/20 – 2021/22 reconnaît le défi du changement climatique et est présenté comme un axe crucial pour la planification du développement.

«C’est pour cette raison que le ministère a sollicité un conseiller économique qui travaillera en étroite collaboration avec MTEA pour renforcer la capacité des agences centrales à intégrer le changement climatique dans les processus de développement national», a déclaré Bhembe.

Bhembe a remercié le Partenariat CDN pour son soutien technique et financier dans la révision des CDN ajoutant que, cette fois-ci, le processus s’est amélioré par rapport à 2015.

Mantoe Phakathi