BOGOTA, Colombie, 30 septembre 2020 (IPS) – Cette semaine, les chefs d’État et de gouvernement de 64 pays ont annoncé l’un des engagements les plus forts à ce jour pour inverser la perte de biodiversité et les contributions de la nature aux populations d’ici 2030. Passer de promesses puissantes à une politique concrète et l’action, cependant, signifie que la nature doit être placée au cœur de la prise de décision mondiale, nationale et locale. Il est temps que la nature soit réintégrée dans tout ce que nous faisons.

Ana María Hernández Salgar

L’engagement des dirigeants pour la nature est une déclaration explicite d’une urgence planétaire, motivée par des actions humaines qui dégradent la nature et notre climat à des taux et des niveaux sans précédent dans l’histoire de l’humanité.

En tant que réengagement ferme en faveur d’une action urgente avant le Sommet des Nations Unies sur la Biodiversité, qui se tient aujourd’hui à New York et pratiquement dans le monde, il peut être un tournant vital et positif vers le changement transformateur nécessaire pour les personnes et la nature – mais cela exigera une réorganisation fondamentale à l’échelle du système en tenant compte des facteurs technologiques, économiques et sociaux, y compris les paradigmes, les objectifs et les valeurs.

La biodiversité est le fondement de la vie et du bien-être humains. Lorsque nous détruisons le monde naturel, nous mettons en danger nos propres vies et moyens de subsistance. Une action efficace sur la nature doit donc se fonder sur la meilleure science et expertise disponibles – pour bien comprendre nos défis et les options disponibles pour un avenir meilleur.

L’engagement pris dans l’Engagement des Dirigeants – à savoir que la conception et la mise en œuvre de la politique seront fondées sur la science – est donc extrêmement la bienvenue. La science, les preuves et l’expertise existent déjà dans le rapport mondial d’évaluation de l’IPBES sur la biodiversité et les services écosystémiques et dans d’autres rapports clés de l’IPBES.

Il est évident, d’après la science, que nous vivons dans une spirale descendante insoutenable de changement d’utilisation des terres et de la mer, de surexploitation, de pollution, de changement climatique et d’espèces envahissantes – et que nous en sommes la cause. Cela entraîne la dévastation de la nature et affecte directement notre propre qualité de vie à travers la nourriture, la santé, l’économie et même la paix et la sécurité.

Placer la nature au centre des décisions dans des secteurs clés – notamment l’agriculture, la pêche et la foresterie, l’énergie, le tourisme, la santé, les infrastructures, les industries extractives et le commerce – contribuera à mettre fin à ce cercle vicieux. La nature apporte des contributions matérielles et immatérielles inestimables à nos vies dans tous les secteurs du développement et de l’activité humaines. L’approche de l’ensemble du gouvernement décrite dans l’Engagement est donc fondée sur une science solide et est absolument nécessaire.

L’utilisation durable, la gestion avisée et la conservation efficace des ressources naturelles – renforcées par la participation pleine et effective des peuples autochtones et des communautés locales, sont des éléments clés d’une approche plus efficace et intégrée.

Le fait que le tout premier Sommet des Nations Unies sur la Biodiversité ait lieu au milieu de la pandémie COVID-19 – exprime l’urgence de notre relation effilochée avec la nature en des termes qui rendent la perte de biodiversité extrêmement personnelle et indéniablement significative. L’humanité est maintenant à la croisée des chemins pour un changement significatif. Si nous ne saisissons pas cette occasion pour changer volontairement de cap, nous risquons de pénétrer dans des eaux inexplorées où les pandémies, par exemple, sont plus probables et plus dévastatrices.

Comme l’a dit le Secrétaire général de l’ONU lors de la Semaine de haut niveau de l’AGNU 75, «la solidarité est un intérêt personnel». Notre défi commun – en tant que dirigeants et citoyens – est de nous rallier autour de la nature comme notre terrain d’entente et notre maison commune – pour reconnaître que la nature elle-même contient la plupart des solutions pour faire face à nos menaces communes de perte de biodiversité et de changement climatique.

L’élément peut-être le plus encourageant de l’Engagement des Dirigeants pour la Nature est l’engagement explicite en faveur d’une action significative et d’une responsabilité mutuelle, au-delà des mots sur papier. Si nous voulons atteindre les Objectifs de Développement Durable et construire un avenir durable, nous devons laisser derrière nous les modèles obsolètes du «statu quo», éclairés par le paradigme actuel et limité de la croissance économique à tout prix.

Nous commençons par redécouvrir que la nature est inextricablement liée à chaque décision que nous prenons – dans les espaces économiques, sociaux, politiques et technologiques – et en saisissant cette opportunité sans précédent de faire évoluer notre monde vers un avenir plus durable, avec la nature au cœur de notre approche.

Comme l’ont convenu des centaines de scientifiques de premier plan dans le monde et des représentants intergouvernementaux de plus de 130 États membres en mai dernier: «De par sa nature même, un changement transformateur peut s’attendre à l’opposition de ceux qui ont des intérêts dans le statu quo, mais une telle opposition peut être surmontée pour le bien public au sens large.

L’auteur est président de l’IPBES

—————-

À propos de l’IPBES:
L’IPBES est un organe intergouvernemental indépendant comprenant 137 gouvernements membres. Établi par les gouvernements en 2012, il fournit aux décideurs des évaluations scientifiques objectives de l’état des connaissances concernant la biodiversité de la planète, les écosystèmes et les contributions qu’ils apportent aux populations, ainsi que les outils et méthodes pour protéger et utiliser de manière durable ces actifs naturels vitaux. Dans une certaine mesure, l’IPBES fait pour la biodiversité ce que le GIEC fait pour le changement climatique. Pour plus d’informations sur l’IPBES et ses évaluations, visitez www.ipbes.net