NAIROBI, le 6 juillet 2020 (IPS) – En 2013, Alice Wahome s’est présentée aux élections dans sa troisième tentative de remporter le siège parlementaire très contestée de la circonscription de Kandara, du comté de Murang’a, dans le centre du Kenya. Comme c’est caractéristique dans la politique rurale, le terrain était dominé par les hommes, les enjeux étant élevés pour tous les candidats, mais plus particulièrement pour Wahome – aucune femme n’avait jamais occupé le siège parlementaire de la circonscription de Kandara.

«Ce fut une campagne très brutale. J’ai été harcelée, maltraitée verbalement, menacée de violence physique et de nombreuses choses non imprimables [m’ont été dites] même en public », a déclaré Wahome à IPS.

Elle dit que les attributs qui sont considérés comme admirables et souhaitables chez les hommes politiques ont été utilisés comme des armes contre elle et les autres femmes en politique.

«Lorsque nous avons vocalisé nos opinions, ils ont dit que nous parlions trop et le message sous-jacent est que les femmes décentes ne parlent pas trop. Lorsque vous avez une position et êtes ferme dans vos convictions et valeurs politiques, ils disent que vous êtes combative, intolérante et agressive. Les mêmes qualités chez les hommes sont acceptables », explique Wahome.

Le concours pour les électeurs de Kandara était si vicieux que le matin des élections générales de 2013, la communauté s’est réveillée pour trouver des paquets de préservatifs portant le nom de Wahome. Sur les paquets se trouvaient des messages, prétendument de Wahome, encourageant les électeurs à adopter la planification familiale.

«C’était une campagne de diffamation pour montrer à mon peuple que je n’étais pas apte à être leur leader. Il y a beaucoup de choses que les politiciens donnent aux électeurs, comme des produits alimentaires. La distribution de préservatifs dans une société rurale et conservatrice le jour des élections est un suicide politique », explique Wahome, avocate.

Heureusement, elle a passé des années à interagir avec la communauté, à promouvoir des initiatives de santé, l’éducation et l’autonomisation des femmes et des filles. Ainsi, malgré la campagne de diffamation, Wahome est devenue la première femme à remporter le siège de Kandara et exerce actuellement son deuxième mandat à l’Assemblée nationale après sa réélection en 2017.

La propagande, les menaces de violence et en particulier la violence sexuelle et physique, l’humiliation publique et les campagnes de dénigrement vicieuses des médias sociaux sont quelques-uns des défis que les femmes en politique, comme Wahome, doivent surmonter pour gagner et maintenir un leadership politique.

Cela s’ajoute aux défis globaux de la campagne tels que les ressources financières et humaines limitées et les politiques internes vicieuses. Mais même au niveau des partis politiques, le système est toujours biaisé en faveur des hommes qui possèdent et financent ces partis.

«L’arène politique est très hostile aux femmes. La campagne électorale est jonchée d’expériences vécues par des femmes qui ont été brutalisées pour avoir cherché à diriger », a expliqué à IPS Wangechi Wachira, directrice exécutive du Centre for Rights, Education and Awareness (CREAW) (Centre pour les droits, l’éducation et la conscience).

CREAW est un partenaire local de la campagne mondiale Deliver For Good qui poursuit une perspective de genre aux Objectifs de Développement Durable et est propulsé par l’organisation de plaidoyer mondiale Women Deliver. Les partenaires de la campagne «Deliver for Good» préconisent de conduire des actions dans 12 domaines d’investissement critiques, notamment le renforcement de la participation politique des femmes et de leur pouvoir de décision.

Wangechi a été à l’avant-garde pour tenir le gouvernement responsable de l’égalité et de l’équité entre les sexes, comme le prévoit la constitution 2010 kenyane progressiste en matière de genre, qui exige que tous les organes nommés et élus soient constitués d’un tiers des femmes.

L’article 27 (8) de la Charte des droits de la Constitution stipule: «L’État doit prendre des mesures législatives et autres pour appliquer le principe selon lequel au plus deux tiers des membres des organes électifs ou de nomination doivent être du même sexe.»

L’Assemblée nationale est sous l’obligation de promulguer le projet 2018 d’amendement de la Constitution du Kenya, également connu sous le nom de Gender Bill, pour mettre en œuvre cette disposition. Mais plus de 10 ans plus tard, cette obligation n’est toujours pas remplie. En 2019, le Parlement ne disposait même pas des deux tiers requis de membres présents à la Chambre – le quorum requis pour un amendement constitutionnel – pour voter sur le projet de loi.

«L’Assemblée nationale a fait faux bond aux femmes du Kenya. Nous sommes allées devant les tribunaux pour pousser l’Assemblée nationale à adopter une législation pour corriger les inégalités flagrantes entre les sexes. Il y a trop de résistance et de refoulement d’un système patriarcal », explique Wangechi.

C’est à cette résistance que les femmes en politique se heurtent dans leur quête de leadership. Les femmes ne représentent que 9,2% des 1835 personnes élues en 2017, une augmentation marginale par rapport à 7,7% en 2013, selon un rapport du National Democratic Institute et de la Fédération des femmes juristes du Kenya, cette dernière étant un autre partenaire local Deliver For Good.

Ce rapport montre qu’aux élections de 2017, 29% de femmes de plus se sont présentées aux élections qu’aux élections générales de 2013 et qu’il y a désormais plus de femmes aux postes électifs à tous les niveaux du gouvernement. Mais Asha Abdi, une ancienne députée de l’Assemblée du comté de Nairobi, a déclaré à IPS que les progrès ont été douloureusement lents.

Au total, il y a maintenant 172 femmes à des postes électifs – contre 145 en 2013. Aux élections générales de 2017, 23 femmes ont été élues à l’Assemblée nationale contre 16 en 2013, et 96 autres ont été élues aux assemblées de comté par rapport aux 82 femmes en 2013.

En tant que telles, les femmes représentent 23% de l’Assemblée nationale et du Sénat, ce chiffre incluant les 47 sièges réservés exclusivement aux femmes représentantes des comtés.

Les militants des droits de l’homme affirment que l’élan pour tenir l’Assemblée nationale responsable a repris mais comme la pandémie de COVID-19 fait rage, les inquiétudes sont nombreuses que le programme de genre n’est plus une priorité.

«COVID-19 n’a pas ralenti les activités politiques dans ce pays. En fait, les dirigeants se comportent comme si nous entamions des élections demain et non en 2022. Nous avons de sérieux réalignements politiques et personne ne parle au nom des femmes », a déclaré à IPS Grace Gakii, activiste politique et de genre basée à Nairobi.

«Les Kenyans ordinaires sont plus soucieux de se protéger du virus et de nourrir leurs familles. Ainsi, certains des petits gains que nous avons réalisés pourraient être perdus pendant cette pandémie parce qu’il n’y a personne pour tenir les partis politiques et les pouvoirs responsables », dit-elle.

Reconnu comme la puissance économique de l’Afrique de l’Est par la Banque mondiale, ce géant économique est à la traîne de ses voisins en ce qui concerne la représentation des femmes dans les organes gouvernementaux.

Au Soudan du Sud, les chiffres concernant les femmes en politique sont plus élevés, avec 28,9% aux postes électifs. L’Ouganda en détient 34%, la Tanzanie et le Burundi 36% et le Rwanda 61%.

«Les campagnes politiques et le lobbying intense qui les accompagne sont très difficiles pour les femmes. Il y a de nombreuses réunions le soir et des réunions exclusives dans les «clubs de garçons». La société se réchauffe aux femmes mais trop lentement. Lorsque vous affrontez des hommes, tous les adversaires masculins se liguent contre vous, car c’est considéré comme une grande insulte d’être vaincu par une femme », explique Abdi.

Alors que les élections générales de 2017 ont montré un petit changement dans le paysage politique, entraînant l’élection des trois premières femmes gouverneurs et des trois premières femmes sénatrices, Wahome dit que la route à parcourir reste longue et sinueuse.

Elle dit que les femmes en politique devraient et peuvent relever le défi avec succès.

Wahome encourage les femmes à tirer des forces de celles qui ont essayé et réussi, en disant qu’avec le temps, les attitudes et les coutumes patriarcales changeront. Elle encourage particulièrement les femmes à s’engager dans des projets de transformation à la base avec leurs communautés.

«Il existe de nombreux domaines parmi lesquels choisir, notamment l’éducation et la santé communautaire. Laissez les gens voir ce que vous pouvez faire et plus tard, ils vous soutiendront jusqu’au sommet. »