GENÈVE, 29 janvier 2019 – Dans une lettre adressée au Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres et signée par S.A.R. le Prince El Hassan bin Talal de Jordanie, le Secrétaire général du Conseil œcuménique des Eglises Dr. Olav Fykse Tveit et le Directeur exécutif du Centre de Genève pour la Promotion des Droits de l’Homme et le Dialogue Global Ambassadeur Idriss Jazairy, les cosignataires ont appelé le Secrétaire général de l’ONU à contribuer au règlement pacifique de la question de la Chrétienne Pakistanaise Asia Bibi.

Dans ladite lettre, les cosignataires soulignent qu’ils ” se félicitent de la décision de la Cour suprême du Pakistan du 31 octobre 2018 d’acquitter et de libérer Asia Bibi, une chrétienne pakistanaise condamnée à mort en 2010 en vertu des lois sur le blasphème au Pakistan “.

Toutefois, ils ont exprimé leur préoccupation face aux appels lancés par des groupes extrémistes et radicaux pour annuler la décision de la Cour suprême du Pakistan et rétablir la peine de mort à l’encontre de Bibi.

À cet égard, les cosignataires ont déclaré que cette situation inquiétante est en violation de l’article 3 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 qui stipule que ” Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.”

Les cosignataires ont également fait référence aux textes sacrés du christianisme et de l’islam sur le caractère sacré de la vie et sur l’importance de s’estimer mutuellement. L’Ancien Testament fait savoir que « Toute vie est sacrée », tandis que le Saint Coran [5:32] affirme que « quiconque tuerait une personne non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur la terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. »

C’est dans ce contexte que les cosignataires ont appelé le Secrétaire général de l’ONU à soutenir “notre appel lancé à la communauté internationale, ainsi qu’aux autorités et au peuple pakistanais à respecter l’article 3 de la DUDH “.

La Lettre (en anglais) peut être téléchargée ci-dessous : Letter to UN Secretary General