CHINSALI, Zambie, 3 mai 2018 (IPS) – Alors que les experts mondiaux du climat se réunissent à Bonn cette semaine pour discuter de la manière de faire avancer les actions de lutte contre le changement climatique, la Zambie se classe parmi les leaders avec le lancement officiel par le président Edgar Lungu, de l’initiative Plant a Million (PAM) (Planter un million d’arbres).

En réalité, l’initiative est encore plus ambitieuse que son nom ne l’indique et vise à planter au moins deux milliards d’arbres d’ici 2021. Selon le président Lungu, cette initiative s’inscrit dans le septième plan national de développement du pays dont l’objectif est de diversifier l’économie pour la rendre moins dépendante du cuivre.

Le président Lungu affirme que l’initiative, qui cible les jeunes dans les écoles, les collèges et les universités, sera utilisée comme un moyen de changer les mentalités chez les Zambiens pour qu’ils commencent à apprécier l’importance de planter des arbres comme un outil de diversification de l’économie.

“Cette initiative marque le début de la croissance de l’argent à travers les arbres et le gouvernement est prêt à la soutenir et à la faire réussir”, a-t-il déclaré lors du lancement de l’Université Kapasa Makasa, dans la Province de Muchinga au nord de la Zambie.

Conformément aux engagements du pays envers les traités internationaux, en particulier l’accord de Paris sur le changement climatique, le président Lungu a déclaré que le gouvernement envisage non seulement de créer une économie basée sur les arbres, mais aussi d’atténuer le changement climatique grâce à cette initiative.

Il est tout particulièrement préoccupé par le taux alarmant de déforestation du pays qui se situe à 276 021 hectares par an, faisant de la Zambie l’un des pays les plus déboisés d’Afrique.

“L’initiative Plant A Million contribuera de manière significative à la réduction de la déforestation qui a valu à la Zambie la mauvaise réputation d’être l’un des pays les plus déboisés d’Afrique, du fait de l’abattage incontrôlé d’arbres”, a-t-il déclaré.

Le président zambien a ajouté qu’il était impressionné par le modèle bas é sur l’implication des jeunes dans les écoles, les collèges et les universités, affirmant que cela aidera à changer les mentalités parce que « lorsque nos apprenants apprécieront l’importance des arbres, cela aura à son tour un impact positif dans les familles et les communautés dans leur ensemble. ”

 

Le président Edgar Chagwa Lungu plante un arbre sous le regard du ministre des Domaines et des Ressources naturelles. Crédit photo : Munich Advisors Group

 

S’exprimant plus tôt, la ministre de l’Enseignement supérieur, Nkandu Luo, a déclaré que son ministère utilisera l’initiative pour redéfinir le système éducatif jusqu’ici basé sur les examens pour aller vers des évaluations pratiques basées sur le monde réel.

« Au fil des années, on a pensé notre système scolaire sur le principe qu’éduquer c’est réussir aux examens, mais nous sommes en train de redéfinir cette façon de penser, pour que les gens sachent que l’éducation est la transformation totale d’un être humain, et ce programme est l’un des moyens de le faire. », a-t-elle dit.

Le professeur Luo, l’un des cerveaux derrière l’initiative, a indiqué que la Zambie ambitionne de battre le record mondial de planter le plus d’arbres, record actuellement détenu par l’Inde. L’année dernière, des Volontaires en Inde ont planté plus de 66 millions d’arbres en seulement 12 heures dans un effort environnemental record.

Environ 1,5 million de personnes ont participé à cette vaste campagne, au cours de laquelle, toute la journée du dimanche, des jeunes arbres ont été plantés le long de la rivière Narmada, dans l’État du Madhya Pradesh.

L’Inde s’est engagée, en vertu de l’Accord de Paris, à augmenter ses forêts de cinq millions d’hectares avant 2030 pour lutter contre le changement climatique.

“Notre but est de battre le record du monde, de dépasser les 66 millions d’arbres réalisés par l’Inde. Notre objectif est de planter au moins un milliard d’arbres d’ici 2019 et un autre milliard d’ici 2021 ; et je suis convaincu qu’avec l’implication des universités, c’est faisable », a-t-elle déclaré.

Dans le même temps, le ministre des Domaines et des Ressources naturelles, Jean Kapata, se montre optimiste sur le fait que l’initiative va non seulement améliorer les moyens de subsistance des populations grâce aux revenus provenant de la vente de fruits et autres produits forestiers, mais aussi contribuera à atteindre les objectifs ambitieux d’atténuation du pays tels que définis par les Contributions Déterminées au niveau National (NDC).

“Comme vous le savez peut-être, la plantation d’arbres joue un rôle important dans la lutte contre les effets du changement climatique et l’atténuation des effets du changement climatique. À cet égard, l’initiative Plant A Million de la Zambie répond également aux efforts nationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre », a-t-elle déclaré.

La Zambie a entrepris et met en œuvre plusieurs projets de plantation et de préservation d’arbres à travers le pays. Au centre de ces initiatives, il y avait la bonne volonté du premier président du pays, le Dr. Kenneth Kaunda, qui fut un pionnier de la plantation d’arbres pendant son mandat.

Selon Emmanuel Chibesakunda, initiateur de PAM et chef de projet, l’initiative veut s’appuyer sur cette prévoyance et l’activisme du combattant de la liberté de 94 ans et père fondateur de la nation.

“Je suis heureux d’annoncer ce matin que le Dr. Kenneth Kaunda a aimablement accepté d’être l’ambassadeur de bonne volonté pour cette initiative”, a annoncé Chibesakunda sous un tonnerre d’applaudissements de ceux qui se sont rassemblés pour assister à la cérémonie dans un district qui est également la demeure de Dr. Kaunda. . “Le Dr. Kaunda a non seulement conduit notre pays à l’indépendance, mais il a aussi été le pionnier de la plantation d’arbres en Zambie. ” Chibesakunda a partagé son inspiration pour l’initiative, qui lui vient de son père qui lui a enseigné que le talent était comme une graine qui avait besoin d’être plantée dans le bon sol pour germer et donner de beaux fruits. Cela a abouti à sa passion pour les arbres, et en particulier à l’implication des enfants et des jeunes.

“Mon père m’a dit que nous avions tous des talents, mais ce qui compte, c’est où nous les plantons”, a-t-il déclaré à l’assemblée. “Et mon désir pour ce projet est que nous implantions ce savoir dans la jeune génération ; laissons l’avenir entre leurs mains.” Jusqu’à présent, des pépinières ont été créées dans 12, écoles à Lusaka et le projet prévoit d’atteindre 720 écoles dans les deux prochaines années dans 60 districts du pays.