Les Agriculteurs des Zones Arides du Kenya Adoptent l’Agriculture Régénérative pour Braver un Climat Difficile

MAKUENI, Kenya, le 11 mai 2021 (IPS) – Il est rare de voir des fermes avec des cultures saines et florissantes dans le comté semi-aride de Makueni au Kenya. Mais dans le village de Kithiani, la parcelle de deux acres de Justus Kimeu se distingue des autres. Après avoir adopté la technique de l’agriculture régénérative (AR), cet agriculteur de 52 ans attend avec impatience une récolte de maïs exceptionnelle, alors que tous ses voisins comptent leurs pertes après la mauvaise saison de cette année.

“Je suis agriculteur depuis de nombreuses années, mais je n’ai jamais vu une récolte aussi saine pendant une saison aussi sèche”, a déclaré Kimeu à IPS. “Tous les usagers de la route qui passent devant cette ferme peuvent difficilement s’en aller sans s’arrêter pour jeter un second regard sur une récolte qui a défié les conditions climatiques difficiles qui prévalent.”

Kimeu est l’un des 900 agriculteurs dans deux comtés arides du Kenya, Embu et Makueni, qui participent à un projet pilote pour voir comment l’AR peut être utilisée pour améliorer la productivité alimentaire.

La technique, qui est pilotée par l’Alliance pour une Révolution Verte en Afrique (AGRA), est une méthode d’agriculture dynamique et holistique qui fait appel à tous les principes de la permaculture et de l’agriculture biologique, tels que le labourage minimum du sol, l’utilisation de cultures de couverture, la rotation des cultures, la construction de terrasses pour réduire l’érosion des sols, le paillage intensif pour maintenir les sols humides, l’utilisation de bassins pour préserver l’humidité du sol et l’utilisation de fumier composté pour donner à la couche arable la texture d’une terre arable fertile vierge.

“La théorie principale de cette technique est en fait de ramener la terre arable à son état d’origine”, a déclaré à IPS Michael Mutua, un responsable de programme associé en charge de la RA à l’AGRA. “Au lieu de nourrir la culture, nous nous focalisons sur l’alimentation du sol”, a-t-il dit.

Selon l’Indice de Durabilité Alimentaire créé par le Barilla Centre for Food and Nutrition (BCFN) et l’Economist Intelligence Unit, l’adoption accrue de pratiques agricoles régénératives réduit les émissions de carbone pendant la culture et séquestre le carbone dans le sol.

Dans une proposition de 10 actions interdisciplinaires visant à trouver des moyens de nourrir à la fois les gens et la planète après le COVID-19, l’une des suggestions du BCFN était que le monde développe des normes internationalement reconnues pour les pratiques d’agriculture régénératrice et l’agro-écologie, ainsi que des définitions communes pour les systèmes alimentaires et les aliments sains et durables.

Les experts du BCFN ont en outre reconnu que les pratiques agricoles régénératives et agro-écologiques ont le potentiel de renforcer la santé des sols, de préserver les ressources en eau et de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Pour populariser la nouvelle technique agricole au Kenya, l’AGRA a collaboré avec les deux gouvernements des comtés de Makueni et d’Embu, ainsi qu’avec l’Association des producteurs de céréales (CGA), afin d’identifier les agriculteurs principaux.

Les agriculteurs ont ensuite été formés aux pratiques de l’AR et ont été soutenus pour créer des parcelles connues sous le nom de “démos mères”.

“Une démo mère est en fait un lieu pour les leçons pratiques des agriculteurs”, a déclaré Mutua. “Elle se compose de quatre parcelles, dont une est réalisée en utilisant toutes les pratiques recommandées de l’AR, la deuxième en utilisant les méthodes agricoles couramment utilisées dans la région, la troisième en utilisant une partie des principes de l’agriculture régénérative, et la quatrième est la parcelle témoin, où la même culture est plantée sans aucune pratique agronomique”, a-t-il expliqué.

Chaque agriculteur a ensuite recruté jusqu’à 100 petits exploitants agricoles du voisinage pour leur enseigner à partir de la démonstration mère. Une fois que les agriculteurs se sont sentis en confiance, ils sont retournés dans leurs propres fermes pour mettre en place une démo bébé, qui est une parcelle unique utilisant tous les principes de l’AR.

“Presque tous nos agriculteurs en sont au stade de la démo bébé”, a déclaré Mutua. “Mais quelques audacieux comme Kimeu sont passés directement à la mise en œuvre sans faire de petite démonstration à des fins d’apprentissage”, a-t-il ajouté.

Selon Kimeu, les leçons au stade de la démonstration mère étaient suffisantes, “et faire une démonstration bébé pour lui, équivaudrait à une saison perdue”, a-t-il dit à IPS.

“Quand j’ai décidé de mettre en œuvre cette technique, ma ferme était nue, sans beaucoup de végétation. J’ai donc commencé par faire des terrasses et après la pluie, différentes mauvaises herbes ont poussé. Avec les membres de mon ménage, nous avons déraciné manuellement toutes les mauvaises herbes et les avons laissées sur la ferme pour qu’elles sèchent et se décomposent avant de faire de petits bassins dans lesquels nous allions planter la culture”, a expliqué le fermier.

Les bassins ont ensuite été remplis de fumier organique et d’un peu de terre végétale. Et lorsqu’il a plu pour la deuxième fois, les graines de la variété de maïs hybride tolérante à la sécheresse ont été plantées à l’intérieur des bassins humides et toute mauvaise herbe qui a germé a été déracinée manuellement et laissée à sécher et à pourrir dans la ferme.

“Nous essayons autant que possible d’éviter le labourage du sol ou toute forme de perturbation du sol pour qu’il se régénère naturellement et retrouve sa forme d’origine”, a déclaré M. Kimeu, en précisant qu’il évitait également d’utiliser des engrais conventionnels.

Avec l’agriculture régénérative, les mauvaises herbes sont utilisées pour former une partie du sol. L’agriculteur Justus Kimeu a produit une récolte de maïs exceptionnelle pendant une saison très sèche en utilisant cette technique agricole. Crédit : Isaiah Esipisu/IPS

Près de 900 agriculteurs des deux comtés devraient passer le cap du stade de la démo bébé et mettre en œuvre l’AR au cours de la saison 2021/2022. “Si elle est bien mise en œuvre, elle fera plus que doubler la sécurité alimentaire des ménages participants”, a déclaré Mutua.

Bob Kisyula, le Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche du Comté de Makueni, a déclaré à IPS : “Si nos petits exploitants agricoles pouvaient adopter ces techniques et produire des cultures aussi saines, alors nous n’aurons jamais besoin d’aumônes et d’aide alimentaire, même pendant les saisons les plus difficiles.”

Kisyula a déclaré que le gouvernement du comté a également investi dans des rippers, qui sont utilisés pour s’assurer qu’il y a une perturbation minimale du sol dans le cadre de l’approche AR.

Aujourd’hui, Kimeu est devenu un modèle et un héros du village.

“Dans cette courte période, j’ai été approché par des centaines d’agriculteurs de mon village et d’autres endroits qui cherchent à comprendre comment la technique fonctionne”, a-t-il déclaré.

Uncategorized